La rose des vents. Anthologie poétique, par Juan Ramón Torregrosa

La rose des vents. Anthologie poétique.

La rose des vents. Anthologie poétique.

La rose des vents. Anthologie poétique, est une compilation de poèmes réalisés par différents écrivains à travers l'histoire. Il a été publié comme guide didactique pour la première fois en 2002 par Editorial Vicens Vives, avec Juan Ramón Torregrosa comme rédacteur en chef. Les illustrations correspondent à Jesús Gabán.

D'après le portail littéraire Lune Miguel (2019), «le livre vous propose d'entreprendre un voyage imaginaire où vous rencontrez d'autres cultures, des terres étranges et des paysages inimaginables». Un voyage aussi émouvant et fantastique ne peut être évoqué que par la plume des poètes les plus brillants du monde.

À propos de l'éditeur, Juan Ramón Torregrosa

Juan Ramón Torregrosa est né en 1955 à Guardamar del Segura (Alicante), Espagne. Il est diplômé en philologie hispanique de l'Université autonome de Barcelone. Depuis 1979, il travaille comme enseignant au secondaire; Il travaille actuellement à l'IES Doctor Balmis à Alicante. De plus, il a travaillé comme codirecteur de la classe de poésie de l'Université d'Alicante entre 1999 et 2005.

Il a également dirigé des éditions critiques de Benjamín Jarnés (Votre ligne de mire), Becquer (Légendes et comptines) et Alejandro Casona (Notre Natacha). Ses premiers ouvrages connus datent de 1975, la plupart d'entre eux étant des recueils de poèmes et d'anthologies. Il a également produit une adaptation jeunesse du roman de Dickens, Histoire de deux villes.

Quelques publications remarquables de Juan Ramón Torregrosa

  • L'étang triangulaire (1975). Livre de poésie.
  • Soleil de sieste (1996). Livre de poésie.
  • Les quatre saisons. Invitation à la poésie (1999). Anthologie de poésie pour enfants.
  • Ruisseau clair, fontaine sereine (2000). Anthologie de poésie pour enfants.
  • Aujourd'hui, ce sont des fleurs bleues. Tradition orale chez les poètes de 27 (2007). Anthologie de poésie pour enfants.
  • Demain sera chérie (2007). Anthologie de la poésie juvénile.
  • La solitude (2008). Livre de poésie.
  • Concert des contraires (2017). Livre de poésie.

Analyse de La rose des vents. Anthologie poétique

Les dernières éditions de l'anthologie comprennent des notes explicatives ou clarifiantes ainsi qu'une annexe de devoirs pour l'analyse des poèmes. Bien sûr, étant une analogie, le type d'écriture, la terminologie et le style narratif varient en fonction de l'auteur travaillé. De plus, les illustrations de Jesús Gabán constituent le complément parfait pour percevoir l'essence des lettres étudiées.

Le grand mérite de l'anthologie Torregrosa

Juan Ramón Torregrosa a fait une sélection très méticuleuse des écrivains et poèmes inclus dans son anthologie en fonction des thèmes abordés. Y a-t-il une meilleure façon d'encourager la découverte de soi chez les jeunes qu'avec des génies comme Neruda ou Gómez de la Serna? Même les écrits anonymes peuvent être aussi ou plus attrayants que ceux créés par les poètes les plus reconnus.

De la même forme, La rose des vents parvient à susciter un intérêt significatif parmi les lecteurs occasionnels. Bien qu'il soit destiné à un public enfantin, la lecture de ce livre est très agréable pour un public de tous âges. Bien qu'il s'agisse d'un livre avec un objectif pédagogique clair, sa structure peut devenir fascinante pour les lecteurs passionnés de poésie.

structure

Juan Ramón Torregrosa présente les poèmes regroupés en sept thèmes. Des auteurs tels que Rubén Darío, Rafael Alberti, Pablo Neruda, Bécquer, Juan Ramon Jimenez ou Federico García Lorca, sont décrits dans plus d'un thème. Dans chaque poème, l'éditeur signale des activités afin d'élucider les motivations et les sentiments de l'écrivain. De la même manière, ces affectations facilitent la compréhension des dispositifs littéraires utilisés.

Ruben Dario. Une partie des poètes de l'anthologie.

Ruben Dario. Une partie des poètes de l'anthologie.

Décoller

Torregrosa regroupe les premiers, sépare les deux premiers poèmes autour des relations entre père et fils (a). Le premier poème analysé est "Rueda que irás muy mucho", de Miguel Hernández. Le cœur de motivation de cet écrit est le dévouement qu'un père ressent pour son fils. L'éditeur interroge ses lecteurs sur les moyens utilisés par le protagoniste pour appeler son fils, le type de mots utilisés et les souhaits projetés.

Le deuxième poème est "Margarita Debayle", de Rubén Darío. À cette occasion, Torregrosa met l'accent sur l'amour du bien et de la beauté éveillé chez le poète par la fille décrite dans l'histoire. Les questions posées visent à faciliter l'interprétation des figures rhétoriques, des rêves et des hyperboles. De la même manière, la composante religieuse et spirituelle est expliquée comme un élément crucial pour la clôture du poème.

Désirs de voyage, rêves de liberté

Dans ce groupe de poèmes, Torregrosa met en évidence les différentes perspectives des poètes qui ont écrit sur les voyages et les évasions. Evidemment, ce sont des poèmes dont le noyau en lui-même va au-delà des transferts d'un endroit à un autre d'une personne. En réalité, il aborde les limites, les prisons, la liberté, la peur, le courage, les voyages au-delà d'un horizon inconnu ... Tout est dans l'esprit de l'écrivain et du lecteur.

«Cartes», par Concha Méndez

Torregrosa interroge les lecteurs sur la sensation transmise par le protagoniste lorsqu'elle regarde les cartes. En conséquence, l'éditeur comprend que le contexte est propice à l'ingérence dans les attitudes typiques des adolescents. Parmi eux, le désir d'échapper ou d'échapper à des situations (ou à elles-mêmes). Pour cette raison, une carte peut signifier à la fois un défi face au courage ou la peur d'affronter des lieux inconnus.

"Balade sur la mer", par Rafael Alberti

De toute évidence, les paroles de Raphaël Alberto ils reflètent son amour pour la mer. Ainsi, les vastes horizons et leur force indomptable éveillent des sentiments de liberté, de pouvoir, de danger ou d'encouragement. Toutes les contradictions sont valables dans leurs domaines. Beau, implacable, apaisant et orageux; la mer d'Alberti est apportée par Torregrosa comme un exercice pour laisser voler l'imagination, littéralement.

Juan Ramón Jiménez. Une partie des poètes de l'anthologie.

Juan Ramón Jiménez. Une partie des poètes de l'anthologie.

«Les bâtons télégraphiques», par Celia Viñas et Patopar Blas de Otero

L'expression des deux poètes est claire à travers un train et la ligne télégraphique. Torregrosa utilise les deux écrits pour expliquer comment le plaisir de voyager peut provenir de circonstances différentes chez chaque personne. À cet égard, l'éditeur insiste sur le droit à la liberté de l'être humain et sur l'idéal d'éliminer les frontières. Des concepts exprimés dans un style plus explicite par Blas de Otero.

«Adolescencia», de Juan Ramón Jiménez et Chanson de piratepar José de Espronceda

Probablement, le poème de Jiménez est le texte de La rose des vents avec lequel les jeunes lecteurs se sentent plus identifiés. Pourquoi l'adolescent veut-il quitter sa ville? Combien pèse l'amour dans les décisions prises? Cette dernière question est aussi le thème central de José de Espronceda dans son poème d'une expression romantique très musicale exquise.

Autres pays, autres personnes

Traits et qualités

"Black Sensuality", de Jorge Artel, décrit l'extraordinaire beauté d'une femme à l'héritage génotypique afro-descendant. Torregrosa souligne la manière dont Artel met en valeur les traits sublimes de sa muse avec un sourire ivoire et une peau d'ébène. De même, le poème «Saga» d'Aramís Quintero est analysé par Torregrosa pour mettre en évidence l'utilisation précise des adjectifs pour évoquer des perceptions sensorielles.

Adjectifs pour la nature et la jungle de béton

A ce sujet, l'éditeur poursuit son étude des noms utilisés pour décrire la nature dans "Magred", de Francisco Brines. En revanche, Torregrosa continue dans le poème suivant -L'Aurore, de Federico García Lorca - pour se plonger dans les récits surréalistes d'une métropole déshumanisée (New York). Ces images irrationnelles sont détaillées pour explorer les paroles qui reflètent les cauchemars, la violence, l'anxiété et la mort.

Dans le royaume de l'amour

Épithètes et saisons

Juan Ramón Jiménez apparaît à nouveau dans l'anthologie poétique avec son Matin de printemps. A cette occasion, Torregrosa interroge le public sur les raisons pour lesquelles le poète a choisi les fleurs d'un matin d'avril pour exprimer sa joie. De même, dans «Rimas» de Gustavo Adolfo Bécquer, l'éditeur scrute les mesures métriques d'un récit lyrique faisant référence aux différentes étapes de l'amour: illusion, désir et échec.

De même, Torregrosa demande aux lecteurs d'écrire leur propre scène sensuelle similaire à celles capturées par Ángela Figuera dans son poème "Automne". De même, avec "Frutos del amor" d'Antonio Carvajal, les rimes d'assonance autour de métaphores passionnées basées sur la nature sont analysées.

L'amour dans la poésie traditionnelle

En Soleares, Seguidillas et autres couplets par Manuel Machado se concentrent sur les structures métriques traditionnelles. À la discrétion de l'éditeur, le travail de Machado représente l'occasion parfaite pour comprendre une rime d'assonance avec des vers impairs ou pairs. Que ce soit en vers, Seguidillas ou soleas.

De plus, Torregrosa présente des activités pour identifier les métaphores du poème «Rima», de Bécquer et le type de métrique traditionnelle dans deux poèmes anonymes. Dans le premier, "L'amour est plus puissant que la mort" (anonyme), l'auteur a des sentiments mitigés de résignation et d'espoir. Le deuxième d'entre eux est "El romance de la condesita", avec ses 134 lignes octosyllabiques de rime d'assonance aiguë dans ses vers pairs.

Le langage des émotions

En se référant à "La Reine", de Pablo Neruda, Torregrosa met en perspective l'expérience subjective de l'amant. Alors, demandez aux lecteurs s'ils ont regardé avec ce voile qui sublime l'apparence et les gestes de l'être cher. En même temps, l'éditeur explique à travers "Le petit déjeuner" (de Luis Alberto Cuenca) que le langage ordinaire est parfaitement valable en poésie. Un lexique complexe et / ou élaboré n'est pas indispensable.

Marchons main dans la main

Spiritualité et valeurs universelles

Dans "La roue de la paix", de Juan Rejano, Torregrosa insiste sur l'importance des figures phoniques du discours. C'est-à-dire les éléments rythmiques réalisés à travers une structure parallèle et répétitive tout en réfléchissant sur l'enfance, les jeux, la guerre et la paix. De la même manière, l'éditeur s'adresse à l '«Ode à la tristesse» de Neruda pour souligner la relation établie par le poète entre les animaux «sales» et leur affliction.

Malgré le sentiment sombre, Neruda a capturé quelques passages pleins d'espoir dans ce travail, car il comprend la tristesse comme un élément naturel de la spiritualité. De même, Blas de Otero explore le thème de la foi en Dieu et en l'humanité dans son poème «Dans la grande majorité». Dans l'idéologie de l'éditeur, l'écriture d'Otero privilégie l'analyse des sujets spirituels (religion, confiance, valeurs et force intérieure).

Société, amitié et empathie

Le poème «Bares», de Nicolás Guillén, est approché par Torregrosa pour projeter un examen minutieux du langage familier utilisé par les habitants des petites villes dans les tavernes. Dès lors, elle soulève des questions sur la typologie des personnages et le rythme effréné de la ville en contraste avec les discours agréables loués par Guillén. Ensuite, l'éditeur de l'anthologie poétique étudie la générosité prêchée par José Martí dans Une rose blanche.

Ce n'est pas un détail mineur, puisque Martí professe dans ses écrits une qualité qui définit la personnalité des individus: la courtoisie avec l'adversaire. Plus tard, Torregrosa contraste le poème Personne n'est seul, d'Agustín Goytisolo, où l'auteur critique l'indolence du monde développé. Ces attitudes individualistes font l'objet du rejet de Goytisolo dans son appel au reste du monde.

Federico García Lorca. Une partie des poètes de l'anthologie.

Federico García Lorca. Une partie des poètes de l'anthologie.

Les noms comme ressources d'expression dans différents motifs

Le trentième poème analysé par Juan Ramón Torregrosa dans son analogie est "Distinto", de Juan Ramón Jiménez. C'est une écriture où la diversité ethnique, culturelle et religieuse est défendue au milieu d'un monde infesté de fanatisme et d'intolérance. Jiménez utilise différents noms de la nature (oiseau, montagne, route, rose, fleuve et homme) en analogie avec la pluralité même des manifestations humaines.

Ensuite, l'éditeur invite à étudier les noms placés par Rubén Darío dans «Les motifs du loup». Beaucoup d'entre eux sont des synonymes utilisés pour mettre en évidence les différences entre le comportement naturel des animaux et la méchanceté volontaire des gens. Plus tard, Torregrosa poursuit la thèse sur les noms au moyen des comparaisons avec la nature utilisées par Rafael Alberti dans Chanson.

Une promenade dans la nature

En lien avec le thème précédent, Torregrosa prolonge son exposition sur les noms dans «Romance del Duero», de Gerardo Diego. Dans ce poème, l'auteur place la sagesse de la nature (personnifiée dans la rivière) avant les éléments anthropiques polluants. La réalité sensible perçue à travers les sens est à nouveau traitée dans les questions posées sur «Je jouais de ma flûte», par Jiménez.

De la même manière, l'éditeur revient pour se plonger dans les arguments spirituels décrits au moyen des verbes et des noms présents dans «El peuplier et eau dans l'amour. Pour cette raison, le poème de Pedro Salinas démontre l'importance de la vie spirituelle pour les poètes. Ensuite, Torregrosa interroge le lecteur sur les manières des écrivains de donner de la personnalité à tous les éléments (naturels ou non) de leur environnement.

Au pays de l'esprit et de l'humour

Une question de créativité

Au début de ce thème, Torregrosa exprime: «Il n'y a pas d'objet ou de réalité qui ne puisse faire l'objet d'un poème. Tout dépend de l'ingéniosité ou de la capacité du poète à transformer quelque chose de quotidien ou de vulgaire en matière poétique, comme le fait Pedro Salinas dans `` 35 bougies d'allumage '' ». À partir de là, la complexité de la composition est déjà clairement une question de compétence.

Pour cette raison, l'éditeur prend comme référence Lope de Vega avec son "Soneto soudain" pour expliquer la difficulté de composer dans ce style de "vers-poème". De plus, Torregrosa loue la capacité inventive de Ramón Gómez de la Serna en Grégueries. En raison de sa capacité extraordinaire à établir des relations prodigieuses entre des entités - apparemment - différentes.

Les fables

Ensuite, Torregrosa guide les lecteurs à travers des activités conçues pour reconnaître les caractéristiques de la fable traditionnelle. En conséquence, les poèmes sont pris comme référence La taupe et autres animaux par Tomás de Iriarte et La moquerie d'amour de Baltazar de Alcázar. Parce qu'ils représentent d'excellents exemples de littérature contemporaine et de la précision requise pour écrire une épigramme, respectivement.

Sur le chemin des rêves et du mystère

Pour le thème final de son analogie poétique, Juan Ramón Torregrosa s'appuie sur de grands maîtres de la poésie espagnole du XXe siècle. Ce fantastique voyage dans les profondeurs et les désirs de l'esprit humain vient de la main de:

  • Antonio Machado, «C'était un enfant qui rêvait et la nuit dernière quand il dormait».
  • Federico García Lorca, «Romance de la lune, lune».
  • Juan Ramón Jiménez, «Nostalgie».

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.