Rafael Alberti, 19 ans sans le poète de la mer. Versets dans sa mémoire

Sont remplies aujourd'hui 19 ans après la mort d'un des plus grands poètes espagnols, Raphaël Alberto. Le 28 octobre 1999, ce poète et dramaturge a quitté les amarres, membre de la Génération des 27. Il était considéré comme l'un des écrivains les plus représentatifs de ce qui devint l'âge d'argent de la littérature espagnole dans le premier tiers du XXe siècle. Aujourd'hui Je souligne ces 5 poèmes se souvenir.

Raphaël Alberto

Alberti est né à El Puerto de Santa María le 16 décembre 1902 et mourut dans la même ville. À 15 ans, il est allé à Madrid et y a vécu depuis. Lorsque son père est mort en 1920, fait qui le marqua surtout, a commencé à écrire de la poésie. Et pendant qu'il se découvrait en tant que poète, il a rencontré un tout Génération de jeunes aussi brillants que lui qui constitueront l'un des plus représentatifs et influents de tout le XXe siècle espagnol. Était le le 27 et parmi eux se trouvaient Federico García Lorca, Pedro Salinas ou Vicente Aleixandre.

Quand le Guerre civile s'est positionné idéologiquement à travers l'Alliance des intellectuels antifascistes. Après le conflit, est allé en exil et il vivait dans diverses parties du monde, de Paris à Buenos Aires.

Concernant son travail, Il était l'auteur d'une longue liste de recueils de poèmes, y compris sa connaissance Marin sur terre, qui a remporté le Prix ​​national de poésie, Un fantôme hante l'Europe, Souriez la Chine, sur les anges Chansons pour Altair.

5 poèmes

Ce que j'ai laissé pour toi

J'ai laissé mes forêts pour toi, ma perte
bosquet, mes chiens sans sommeil,
mes années capitales exilées
jusqu'à presque l'hiver de la vie.

J'ai laissé un shake, j'ai laissé un shake,
une flambée de feux non éteints,
J'ai laissé mon ombre dans le désespoir
yeux qui saignent de la séparation.

J'ai laissé des colombes tristes au bord d'une rivière
chevaux au soleil des sables,
J'ai arrêté de sentir la mer, j'ai arrêté de te voir.

J'ai laissé tout ce qui était à moi pour toi.
Donne-moi toi, Rome, en échange de mes peines,
autant que je suis parti pour vous avoir.

***

Vers Garcilaso de la Vega

… En avance sur le temps et presque en fleur coupée.

G. DE LA V.

Tu aurais vu le lierre pleurer quand l'eau la plus triste passait une nuit entière à veiller sur un casque déjà sans âme,
à un casque mourant sur une rose née dans la brume qui dort les miroirs des châteaux
à cette heure où les tubéreuses les plus sèches se souviennent de leur vie quand elles voient les violettes mortes abandonner leurs boîtes
et les luths se noient en se piétinant.
Il est vrai que les fosses ont inventé le rêve et les fantômes.
Je ne sais pas à quoi ressemble cette armure vide immobile sur les créneaux.
Comment y a-t-il des lumières qui décrétent si tôt l'agonie des épées
si vous pensez qu'un lis est gardé par des feuilles qui durent beaucoup plus longtemps?
Vivre peu et pleurer est le sort de la neige qui se trompe sur sa route.
Au sud, l'oiseau froid est toujours coupé presque en fleur.

***

Avec lui

Je mettrai les voiles, à l'aube, du port,
vers Palos de Moguer,
sur un bateau sans rames.
La nuit, seul, en mer!
et avec le vent et avec vous!
Avec ta barbe noire toi,
J'ai barbu.

***

Le bon ange

Celui que je voulais est venu
celui que j'ai appelé.
Pas celui qui balaie le ciel sans défense.
étoiles sans huttes,
des lunes sans pays,
neige.
Neige de ces chutes de main,
un nom,
un rêve,
Un front.
Pas celui qui à ses cheveux
mort liée.
Celui que je voulais.
Sans rayer l'air,
sans blesser les feuilles ou déplacer les cristaux.
Celui qui à ses cheveux
lié le silence.
Car sans me faire de mal,
creuse un rivage de douce lumière dans ma poitrine
et rendre mon âme navigable.

***

El Mar

La mer. La mer.
La mer. Seulement la mer!
Pourquoi m'as-tu amené, père,
à la ville?
Pourquoi m'as-tu déterré
de la mer?
Dans les rêves le raz-de-marée
ça me tire par le cœur;
Je voudrais le prendre.
Père pourquoi m'as-tu amené
ici? Gémissant de voir la mer,
un petit marin sur terre
soulevez cette complainte dans les airs:
Oh mon chemisier marin;
le vent le gonflait toujours
repérer le brise-lames!


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.