Jesús Maeso de la Torre: «C'est une profession et les muses n'existent pas»

Photographie: Jesús Maeso de la Torre. Profil Facebook.

Jésus Maeso de la Torre C'est l'une de mes grandes références de romans historiques. Son premier roman, La pierre du destinJ'étais fasciné par cela et je l'ai suivi avec dévouement depuis. Plus tard, des titres tels que, entre autres, Comanche, La boîte chinoise, L'esclave de Manille, Les larmes de Jules César. Le dernier est oléum.

Aujourd'hui accorde-moi ça interview Quoi Je vous remercie beaucoup pour leur gentillesse, leur dévouement et leur temps. Mettez le colophon à cette série sur les écrivains espagnols de genre historique.

ENTRETIEN AVEC JESÚS MAESO DE LA TORRE

  • NOUVELLES DE LA LITTÉRATURE: Vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu? Et la première histoire que vous avez écrite?

JESÚS MAESO DE LA TORRE: Le premier livre que j'ai lu, qui n'était pas un TBO, était Le moine du monastère de YusteSur Juan d'Autriche —Jeromín— et l'empereur Carlos V. Son auteur était Léandro Herrero et cela a marqué mes goûts littéraires.

La première histoire que j'ai écrite, qui a ensuite été éditée par Edhasa, était La pierre du destin, sur la croisade écossaise du roi Robert Bruce au royaume nasride de Grenade.

  • AL: Quel a été le premier livre qui vous a frappé et pourquoi?

JMT: Il y en a eu beaucoup, mais celui dont je me souviens le plus est Bomarzo, de la platine Manuel Mujica Laínez, qui en plus de raconter l'histoire d'un duc de la Renaissance italienne, sa prose, pleine de finesse, d'élégance, de musicalité et de nostalgie, est une chronique lucide de la civilisation européenne, qu'il apprend à écrire.

  • AL: Quel est votre écrivain préféré? Vous pouvez en choisir plusieurs et parmi toutes les époques.

Comme les livres, il y a beaucoup d'auteurs qui me ravissent: John Willians, Vargas Llosa, Blasco Ibáñez, Tom Holand, Juan Eslava, Philipp Meyer et Emilio Lara. La lecture de leurs histoires me détend et m'emmène dans des mondes imaginaires qui me sauvent de la réalité grise.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

Je n'ai aucun doute: Fray Jorge de Burgos, l'énigmatique bibliothécaire de Le nom de la rose. Et aussi Jean argent, le capitaine pirate de Treasure Island.

  • AL: Avez-vous des passe-temps en matière d'écriture ou de lecture?

Pas spécialement, mais J'ai l'habitude de ranger le bureau avant et en mettre musique de fond, quel que soit le style, même si je préfère le Classique ou polyphonique.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

Toujours dans ma chambre (Je n'envoie pas, car je ne vends rien), dont j'ai plein de livres, d'ustensiles d'écriture et de centaines de cassettes, disques et CD de tous les temps. Ce n'est qu'avec eux que je suis heureux. Le moment, n'importe qui. C'est un métier et il n'y a pas de muses, seulement du travail, du dévouement et de l'amour de la littérature.

  • AL: Quel écrivain ou livre a influencé votre travail en tant qu'auteur?

En raison de ma formation classique, que nous considérons tous comme essentielle et qui m'a aidé à apprendre. Ce est à dire: Le Lazarillo de Tormes, Quevedo, Gongora, Garcilaso, Bond, Cervantes ou Rojas, sans oublier les classiques comme Homer, Virgile, Horacio ou Isidoro de Séville.

  • AL: Vos genres préférés en plus de l'historique?

Sans aucun doute le Nouveauté, que j'inclus généralement dans mes récits, et le théâtre de tous âges. J'aime aussi le récit fictif.

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

je suis en train de finir Stoner, par John Willians. Très intéressant et sérieux sur un professeur d'université aux États-Unis.

Je travaille sur une histoire se déroulant dans l'empire byzantin, dans lequel il est nécessaire de construire une archéologie historique profonde.

  • AL: Comment pensez-vous que la scène de l'édition est pour autant d'auteurs qu'il y a ou veulent publier?

J'estime, avec tout le respect que je dois à ceux qui écrivent, que la modestie a été perdue pour la démangeaison d'assurer à ses amis qu'il a écrit un livre, et ils jettent n'importe quoi. J'ai attendu jusqu'à l'âge de quarante ans pour avoir le maturité suffisante écrire, et toujours avec un respect indescriptible à publier. Les éditeurs diffusent parfois, essayant de trouver le best-seller idéal, et ils publient des livres méprisables, par des auteurs qu'ils ont à peine lu.

  • AL: Le moment de crise que nous traversons est-il difficile pour vous ou pourrez-vous garder quelque chose de positif pour les futurs romans?

Au moins j'ai récupéré temps pour profiter de mon principal plaisir: lecture, et je suis parti pour préparer nouveaux projets littéraire.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.