Sir Horace Walpole, Shadowforger

horace_walpole.jpg

Aujourd'hui marque le 290e anniversaire de la naissance de Horace Walpole, le brillant aristocrate qui avec Château d'Otrante (1764) a commencé le roman gothique.

L'auteur lui-même précise l'origine de ce roman fondateur: «Un matin de début juin dernier, je me suis réveillé d'un rêve dont je me souviens seulement que j'étais dans un vieux château (…) et que, sur la balustrade du haut d'un grand escalier, j'ai vu une gigantesque main gantée de fer. Dans l'après-midi, je me suis assis et j'ai commencé à écrire, ne sachant pas ce que je voulais vraiment dire. Le travail a grandi entre mes mains ».

Peu à peu les personnages émergèrent (le tyran Manfredo, la charmante Isabel, le jeune Teodoro…) et l'intrigue débordante de rebondissements dramatiques, de malédictions, d'identités révélées par surprise et apparitions spectrales. Le tout dans un espace menaçant: ce château médiéval du rêve de Walpole, une scène présente dans la majeure partie du roman.

Vous pourriez dire ça Château d'Otrante c'est comme une machine de torture médiévale pleine de poulies rouillées, d'engrenages et de pointes. Bien que cela ne fonctionne pas et que nous percevions qu'il appartient à une autre époque, sa vision nous cause une certaine inquiétude. Ainsi le roman, même avec ses défauts et ses faiblesses, parvient parfois à générer une atmosphère inquiétante inéluctable.

Et malgré ce à quoi on pouvait s'attendre, leur lecture est un divertissement. Peut-être grâce aux rebondissements exagérés de l'intrigue et à un humour qui lui donne parfois un caractère qui frôle l'auto-parodique. Une auto-parodie, sûrement que volontaire, car Walpole était conscient à la fois des limites et du potentiel de son travail. Ainsi déclare-t-il dans le prologue de la deuxième édition: «Mais [l'auteur,] si le nouveau chemin qu'il a entrepris ouvre des possibilités aux hommes de plus grand talent, il avouera avec plaisir et modestie qu'il était conscient que l'idée pouvait mieux recevoir parures que celles qui ont offert leur imagination ou leur maniement des passions ».

Pourtant, le mérite de Walpole est grand. Plus que gros, énorme. D'abord pour avoir planté cette graine qui portera plus tard ses fruits comme Le moinepar MG Lewis. Deuxièmement, parce que la création de Château d'Otrante elle constitue un acte de rébellion héroïque devant le panorama littéraire et intellectuel du XVIIIe siècle, dominé par le rationalisme et le néoclassicisme, qui avait accaparé l'imaginaire et poursuivi le goût du surnaturel dans l'art.

C'est le temps des précepteurs comme Samuel Johnson, qui écrit en 1750 que l'œuvre du roman consiste à «provoquer des événements naturels de manière réalisable, et entretenir la curiosité sans l'aide de l'émerveillement: il est donc exclu des mécanismes et des ressources du roman héroïque; et il ne peut pas employer des géants pour arracher une dame aux rites nuptiaux, ni des chevaliers pour la ramener: il ne peut pas non plus désorienter ses personnages dans les déserts ou les héberger dans des châteaux imaginaires ».

Géants, dames kidnappées, chevaliers héroïques, châteaux imaginaires ... juste les éléments que Walpole utilisera dans Château d'Otrante. Outre les spectres, les mystères et les malédictions, bien sûr.

Pour faciliter l'acceptation de son roman, Walpole a utilisé le subterfuge de le publier sous un faux nom, comme s'il s'agissait de la traduction d'un exemplaire italien du XVIe siècle trouvé dans une ancienne bibliothèque. La tromperie fut efficace, le roman devint un succès public et la deuxième édition parut déjà avec sa signature.

fraise-colline.jpgÀ présent, il est clair qu'Horace Walpole était aussi intelligent qu'excentrique. Fils de Sir Robert Walpole, Premier ministre anglais entre 1721 et 1742, comte d'Orford, après avoir voyagé à travers l'Europe, il s'empara d'un poste parlementaire et mena une vie toujours conforme à ce qu'il jugeait approprié. À partir de 1750, il vécut à Strawberry Hill, un manoir qu'il transforma en une fantaisie gothique adaptée à ses goûts.

En dehors de Château d'Otrante, a écrit des centaines de pages entre des lettres, des mémoires, des critiques, des études d'histoire et d'art, y compris une tragédie sur l'inceste, La mère mystérieuse, et une série d'histoires courtes appelées Contes hiéroglyphiques. Il n'y a pas de traduction espagnole de la pièce, mais il y a du livre de contes, et aux mains de Luís Alberto de Cuenca.

Walpole a écrit ces histoires avec une technique proche de l'écriture automatique, laissant libre cours à l'imagination, sans que la raison n'intervienne au-delà de l'intention initiale de placer l'action en Orient. Le résultat est des histoires rapides et originales, avec une abondance d'éléments absurdes qui mènent parfois au macabre, comme dans certains dessins d'Edward Gorey. Pour Luís Alberto de Cuenca, ils constituent un antécédent du surréalisme français, et il semblerait que, comme le Alicia par Lewis Carroll, rendre hommage «à l'imagination turbulente et anarchiste de l'enfance».

Dans son édition du Contes hiéroglyphiquesÀ propos, une annexe de 30 pages sur le roman gothique anglais essentiel est incluse pour ceux qui s'intéressent au genre et les adeptes de la littérature fantastique et terrifiante en général.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.