Sherlock Holmes de Basil Rathbone et ses adaptations cinématographiques

Sherlock Holmes, la création universelle de Sir Arthur Conan Doyle, dont la mort a 90 ans aujourd'hui, a eu plusieurs visages dans les films. Et comme je l'ai dit dans cet article, le mien est et sera déjà celui de Basil Rathbone. L'acteur britannique, né à Johannesburg en 1892, a joué le détective le plus célèbre du monde avec un élégance, savoir-faire et touche unique. Le mois dernier, j'ai passé en revue la série de films qu'il a interprété entre les années 1939 et 1946 pour Fox et Universal. J'avais des vues sur le saut et finalement je les ai vraiment appréciées. Ceci est mon avis.

Basil Rathbone

Ceux d'entre nous de plus d'un âge ou cinéphiles de longue date connaissent Basil Rathbone. Cet acteur britannique a été et sera toujours deux personnages mythiques de l'histoire du cinéma le plus classique: le perfide Sir Guy de Gisborne, à Robin des bois (1938), y Sherlock Holmes. Il a brodé les meilleurs méchants comme Gisborne ou Capitaine français Levasseur en Capitaine Blood (1935) - sa duels à l'épée avec Errol Flynn dans les deux sont sans pareil-. Dans la vraie vie, il était un épéiste accompli et combattu pendant la Première Guerre mondiale où en avez-vous un croix militaire à la bravoure. Et au début de sa carrière, il allait être un idiot romantique.

Mais c'était aussi le Sherlock Holmes se souvient le plus, peut-être parce qu'avec son physique aquilin, son geste ambigu et son roulement élégant a donné à Holmes une touche unique de délicatesse. Il est vrai que son incarnation du célèbre détective - tant au cinéma qu'à la radio - a été pour lui un énorme atout. transtypage dont il a toujours regretté. Mais en retour, Holmes lui a donné l'immortalité.

Basil Rathbone était aussi un acteur de théâtre prestigieux et rendu magnifique dramatisations radiophoniques de la poésie d'auteurs tels que Poe. Il mourut à New York à 75 ans en 1967 d'un arrêt cardiaque.

Films de Sherlock Holmes

Comme cela arrive souvent au cinéma, les œuvres littéraires et les personnages sont réinterprétés ou adaptés aux intérêts et aux goûts des producteurs et du public. Ainsi, le Holmes et Watson qu'ils ont recréé Basil Rathbone et Nigel Bruce ils ont juste marché dans leur période littéraire dans les deux premiers films que le Fox.

Puis avec l'Universal, l'action et les personnages ont été déplacés vers le Âge contemporain pour être au complet Seconde Guerre mondiale. Et nous avons donc un Holmes presque au service de Sa Gracieuse Majesté pour empêcher les complots nazis d'armes secrètes ou d'espions. Bien qu'ils n'oublient pas l'inspecteur Routes, toujours à la remorque de Holmes, ni de son ennemi juré, le professeur Moriarty, ni de sa déduction proverbiale et de sa sagacité lors de la résolution d'un crime ou d'un mystère.

20th Century Fox

  • Sherlock Holmes et le chien des Baskerville.
  • Sherlock Holmes contre Moriarty.

C'était ainsi grand le succès du premier titre - c'est sûrement aussi le plus connu - que le suivant a été réalisé immédiatement, également situé à l'époque holmesienne. Et cette même année 1939 Rathbone et Bruce ont échangé un film pour la radio.

Universel

En 1942 est revenu au cinéma avec Universal, qui avait désormais les droits sur la série, et a filmé d'autres 12 XNUMX films. D'un seul heure et peu durée, avec un même en-tête et mélodie et un casting de presque Compagnie de théâtre, peut être vu dans un marathon d'été. Certains sont basés sur des histoires de Conan Doyle et ils sont tous dans YouTube, à la fois en espagnol et dans la version originale.

Je reste, à part celui du chien Baskerville, avec La perle maudite, Femme araignée, La griffe écarlate et, en particulier, avec Terreur dans la nuit, l'avant-dernier de la série. Peut-être que je le souligne pour la mise dans un train (pour laquelle j'ai un faible), avec le vol d'un diamant, quelques meurtres et cette fin de plusieurs changements.

  • Sherlock Holmes et la voix de la terreur.
  • Sherlock Holmes et l'arme secrète, où il affronte un Moriarty au service des nazis.
  • Sherlock Holmes à Washington.
  • Défier la mort, titre avec lequel il est sorti ici, ou aussi Sherlock Holmes défie la mort.
  • Femme araignée, avec un maléfique à la hauteur de Moriarty.
  • La griffe écarlate est considéré comme le meilleur titre, avec un ton de terreur rappelant Le chien des Baskerville.
  • La perle maudite o La perle de la mort.

De là, la série décline un peu. Vous commencez à voir le les acteurs portent pour les personnages, en particulier Rathbone. Mais ils méritent tous d'être vus.

  • En Sherlock Holmes et la maison de la mort le contact d'un sinistre manoir écossais est retrouvé où Holmes enquête sur des meurtres parmi un groupe d'amis vétérans.
  • Le cas des doigts coupés La femme en vert.
  • Persécution à Alger. Considéré comme le plus faible. Cependant, peut-être encore parce qu'il se déroule dans un environnement fermé comme celui d'un navire, il parvient également à entretenir l'intrigue jusqu'au bout.
  • Terreur dans la nuit o Terreur nocturne.
  • Dressé pour tuer.

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.