Qu'est-ce que l'illumination

Couvrir ce qui est Illustration

Les Lumières ont été le mouvement culturel qui a donné naissance à la raison. Il est communément appelé le Siècle des Lumières, le XNUMXe. C'était un mouvement qui a non seulement changé la littérature, mais aussi les arts, la science, la philosophie et la politique, et a encouragé les mouvements sociaux, comme la Révolution française.

Au cours de la seconde moitié du XVIIIe et du début du XIXe siècle, les Lumières se sont répandues dans les couloirs des érudits et des penseurs et ont contribué à améliorer le monde. Cependant, c'était peut-être aussi sa faute. D'une part, il a favorisé la démolition des barrières, mais de nouvelles ont également été formées. Bref, c'était un mouvement bourgeois.

Origine et contexte des Lumières

Il a été nommé Siècle des Lumières car il est né dans le but d'éclairer les fondements obscurantistes sur lesquels reposait encore la vie politique et publique, la religion jouissant d'une place privilégiée. Cette société ancienne était caractérisée par l'ignorance et la superstition. Les croyances anciennes, l'analphabétisme et la hiérarchisation stratifiée et militaire ont continué à prédominer jusqu'alors. De haut en bas. Le pouvoir monarchique était également indiscutable, car les rois régnaient et ils le faisaient parce qu'ils étaient choisis par Dieu.

Et bien que les Lumières aient promu de nombreux changements transformateurs, elles se sont précipitées dans un continuisme qui a continué à séparer les décideurs du peuple. Par conséquent, le pouvoir a été conçu à nouveau verticalement. Ils voulaient tracer un chemin d'amélioration pour tout le monde, mais sans compter sur toutes les couches sociales. Pour cette raison, il fonctionnera sûrement à l'époque pour réaliser une transition culturelle et sociale ultérieure. Ainsi, le XIXe siècle apportera de nouveaux changements dans diverses directions sociales beaucoup plus transversales.

Le salon de Madame Geoffrin

Salon de Madame Geoffrin (1812), tableau de Charles Gabriel Lemonnier.

Caractéristiques

  • Despotisme éclairé: les pouvoirs sont tombés dans une sorte de paternalisme avec le peuple. Ils voulaient éduquer les gens à travers les diktats des Lumières avec la conviction de faire ce qui était le mieux pour les citoyens, mais sans les impliquer. Et le pouvoir restait absolu pour le roi.
  • Anthropocentrisme: Dieu est supplanté par l'homme.
  • Rationalisme: la raison l'emporte sur la foi.
  • Pragmatisme et la ligne philosophique conséquente de l'Utilitaire. Étroitement lié à la pédagogie et à l'importance de n'apprendre que des matières pouvant être mises en pratique.
  • Imitation: tentatives de retour aux auteurs classiques (néoclassicisme).
  • Idéalisme: en prétendant s'éloigner de la réalité et du brut et en recherchant l'esthétique, ils s'éloignent aussi des gens et de leurs besoins authentiques. C'est un rejet du populaire.
  • Universalisme: retour à l'origine classique de la littérature et de la philosophie. Ce qui est universel à la culture occidentale, mais encore une fois ne répond pas à la situation réelle des gens.

Les Lumières en Europe

Parler des Lumières, c'est parler de la encyclopédie (Encyclopédie) Denis Diderot et Jean le Rond d'Alembert, qui en ont assuré la coordination. Aussi appelé Dictionnaire raisonné des sciences, arts et métiers C'est un texte étendu qui tente d'englober la connaissance des lettres et celle du domaine scientifique d'un point de vue pragmatique. De grands personnages comme Voltaire ou Rousseau ont coopéré à ce texte. Il a été publié en 1751 en France et est sûrement l'ouvrage le plus important du XVIIIe siècle.

La langue française était le vecteur de transmission des idées à cette époque.. Très bien pensés, les grands ouvrages ont été écrits dans cette langue. Cependant, outre la France, les Lumières avaient également une importance particulière en Angleterre et en Allemagne. L'anglais, l'allemand ou l'espagnol sont saturés de gallicismes.

En littérature, les genres les plus fréquents appartenaient au classicisme : la tragédie et la comédie au théâtre et de nombreuses fables et satires qui encourageaient l'apprentissage par l'enseignement moral. Cependant, de nombreux ouvrages de grande profondeur parlaient d'économie et de philosophie; parmi ses auteurs les plus éminents figurent Adam Smith (La richesse des nations), Emmanuel Kant, David Hume, Montesquieu, et Voltaire et Rousseau, bien sûr. René Descartes ou John Locke ont été une source d'inspiration pour tous.

Récit illustré européen

Il est également juste de nommer les autres auteurs qui ont écrit de la fiction et qui, avec leurs œuvres, ont également contribué au XVIIIe siècle et plus tard. Parce que c'étaient eux a développé le roman moderne:

  • Daniel Defoe: Robinson Crusoë (1719). C'est l'histoire bien connue d'un homme qui passe près de 30 ans sur une île déserte après le naufrage du navire dans lequel il voyageait.
  • Jonathan Swift: les voyages de Gulliver (1726). Roman d'aventures, le pays de Lilliput, où se déroule l'action et ses habitants, les Lilliputiens, est également très célèbre.
  • Laurence Sterne: Vida et avis de monsieur Tristram Shandy (1759) est un classique qui se distingue par la technique narrative qu'il utilise avec des monologues internes et des questions ironiques.
  • Pierre Choderlos de LaclosAmitiés dangereuses (1782) est un roman épistolaire.
  • Donatien Alphonse François de Sade, plus connu sous le nom de Marquis de Sade: est l'un des écrivains les plus controversés de tous les temps. Son nom a servi à ajouter un nouveau mot au dictionnaire, sadisme (adjectif: sadique), en raison des détails impitoyables de ses textes, ainsi que de ses arguments pleins de perversions. Mais ses livres, bien que controversés, avec ou sans ironie, tentent aussi à leur manière d'instruire le lecteur. Ils se démarquent : Justine ou les malheurs de la vertu (1791), Philosophie sur la coiffeuse (1795) un Les 120 jours de Sodome ou l'école de la débauche écrit en 1785, mais publié plusieurs années plus tard.
Académie royale espagnole

Siège à Madrid de l'Académie Royale Espagnole.

Les Lumières en Espagne

Le contexte politique en Espagne au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle était le suivant : les règnes bourboniens de Carlos III (1759-1788) et de Carlos IV (1788-1808). Des monarques absolutistes dans les régences desquels les idées éclairées et progressistes de l'Europe la plus avancée n'ont pas pénétré avec une force suffisante. Pas comme en France, du moins. En Espagne, les doctrines les plus traditionalistes et la religion catholique étaient trop profondément enracinées dans la mentalité et les coutumes du peuple espagnol., qui n'a jamais promu le changement.

Il faudra attendre le XIXe siècle pour que l'abdication effective de Carlos IV ait lieu, et qu'il y ait en Espagne une monarchie progressiste à la française, que les Espagnols les plus raffinés se francisent et que tout finisse enfin par une guerre d'indépendance et le retour de l'absolutisme le plus de fer par la main de "le Désiré", Fernando VII.

En outre, Dans le domaine culturel, la création de l'Académie royale espagnole (1713) se distingue, depuis lors, elle est chargée de "nettoyer, réparer et donner de la splendeur" à notre langue, ainsi que l'Académie royale des beaux-arts de San Fernando (1752), l'Académie d'histoire (1738) ou ce qui est aujourd'hui le Musée national des sciences naturelles, entre autres institutions d'une importance et d'un prestige énormes. De même, la Société économique des amis du pays était un groupe élitiste et intellectuel formé par quelques nobles de l'époque et qui a traversé différentes étapes, mais n'a jamais abandonné son caractère aristocratique.

Jovellanos de Goya

Peinture de GM de Jovellanos (1798), par Goya.

Auteurs espagnols du XVIIIe siècle

  • Fray Benito Jeronimo Feijoo (1676-1764). Moine bénédictin, il était une figure fondamentale de l'essai et de la pensée critique. Ses œuvres les plus importantes sont Théâtre critique universel (1726) y Lettres savantes et curieuses (1742).
  • Grégory Mayans (1699-1781). Historien éclairé, il a été très important dans l'essai historique et ses travaux se distinguent par leur rigueur. Son œuvre la plus importante : Origines de la langue espagnole (1737).
  • Gaspar Melchor de Jovellanos (1744-1811). En plus d'écrire divers essais sur l'économie ou l'agriculture (très important est son travail Rapport sur la loi agraire), a contribué au courant illustré espagnol une comédie classique écrite en prose, Le criminel honnête (1787), encadrée dans ce théâtre raffiné des Lumières.
  • José de Cadalso (1741-1782). Grand narrateur espagnol du XVIIIe siècle. Ils mettent en valeur leur Cartes marocaines (1789), un excellent traité sous forme épistolaire par un hôte espagnol et un élégant étranger d'origine marocaine qui tente d'apprendre les coutumes curieuses et un peu rustiques des Espagnols. Il est également essentiel nuits sombres (1789-1790), chant mortuaire exquis et triste, bien que plus proche du pré-romantisme espagnol.
  • Juan Melendez Valdès (1754-1814), le grand représentant de la poésie espagnole du XVIIIe siècle.
  • Thomas d'Iriarte (1750-1791) y Félix Maria Samaniego (1745-1801) représentent la fable pédagogique de la littérature illustrée espagnole.
  • Leandro Fernández de Moratin (1760-1828) était le dramaturge le plus important du XVIIIe siècle en Espagne. Ses comédies se démarquent Le vieil homme et la fille (1790), Le oui des filles (1805), ainsi que la nouvelle comédie (1792)

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Vladimir Portela dit

    Complètement surestimé. A cette époque, on ne savait pas que l'intelligence (iq) était normalement distribuée. Pour cette raison, nous savons aujourd'hui que c'était un groupe de nerds français qui pensait que grâce à un calcul rationnel, une vie meilleure était possible. Célébrons aujourd'hui ce que nous savons, c'est qu'il n'en est rien. Nous, les Hispaniques, n'avions pas de lumières. C'était des bibelots importés.
    Ne croyons pas en la France. Jamais.

    1.    Belen Martin dit

      Bonjour Vladimir ! Merci pour ton commentaire. En effet, j'ai essayé de faire passer le message que les Lumières n'étaient pas un mouvement pour tout le monde et que, comme tout le reste, cela aurait aussi pu être mieux fait. De plus, les lumières en Amérique latine étaient très faibles ! Depuis lors. Salutations.