Olavo Bilac. Anniversaire de sa naissance. Poèmes

Olavo Bilac était un poète, essayiste et journaliste brésilien qui est né à Rio de Janeiro un jour comme aujourd'hui en 1865. Je m'en souviens ou le découvre avec ce sélection de poèmes dans sa mémoire.

Olavo Bilac

Dès son plus jeune âge, il se consacre à journalisme et a fondé les magazines une cigale y Meio. Il est considéré comme l'un des poètes les plus importants de son pays avec Alberto de Oliveira et Raimundo Correia. Il a été publié pour la première fois en 1888. C'était un livre intitulé Poésie qui a été suivie de chroniques, de conférences et d'ouvrages pour enfants et éducatifs. Il a également occupé des fonctions publiques et a été l'un des fondateurs de la Académie brésilienne des lettres. Son œuvre posthume a été Après-midi et a été publié en 1919.

Poèmes

Exil

Tu ne m'aimes plus? Bien! je partirai en exil
de mon premier amour à un autre amour que j'imagine...
Adieu chair aimante, raptor divin
de mes rêves, adieu beau corps adoré !

En toi, comme dans une vallée, je me suis endormi ivre
dans un rêve d'amour au milieu de la route;
Je veux te donner mon dernier baiser de pèlerin
comme quelqu'un qui quitte la patrie, exilé.

Adieu, corps parfumé, patrie de mon enchantement,
nid de plumes douces de ma première idylle,
jardin, dans lequel se sont faites des fleurs, mon premier baiser a germé !

Adieu! Cet autre amour doit me rendre si amer,
comme le pain mangé au loin, en exil,
malaxé avec de la glace et mouillé de larmes.

Vanité

Aveugle, fiévreux, insomniaque, avec entêtement nerveux,
l'artiste polit le marbre de la strophe tant désirée :
le veux palpitant, le veux excité,
il veut imprégner le marbre d'un tremblement d'agonie.

Il triomphe galamment de la manière courageuse ;
combattez, brillez, et le travail brille fini :
- « Monde qu'avec mes mains j'ai arraché de nulle part !
Fille de mon travail ! -Elle brille à la lumière du jour.

« Rempli de mon angoisse et brûlant de ma fièvre,
tu étais la pierre brute; Je t'ai donné un éclat profond
et irisé vos facettes avec un soin d'orfèvre.

Je peux espérer, parce que tu vis, une mort sereine ».
Et imaginez qu'épuisé il roulera au pied du monde,
et, ô vanité, succombe à côté d'un grain de sable.

Nouvelle vie

Si avec les mêmes yeux brûlants,
tu m'invites à la même joie ancienne,
tuer le souvenir des heures passées
dans lequel nous vivons séparés.

Et ne me parle pas de larmes perdues
ne me blâmez pas pour les baisers dissipés ;
cent mille vies tiennent dans une vie,
comme cent mille péchés dans un cœur.

Je t'aime! La flamme de l'amour, plus forte
ravive. Oublie mon passé, fou !
Qu'importe combien de temps j'ai vécu sans te voir

si je t'aime encore, après tant d'amours,
et si j'ai encore, dans mes yeux et dans ma bouche,
nouvelles sources de baisers et de larmes !

Aux cloches

Cloches de la tour, sonnez fort !
La terre que notre désir d'infini ne satisfait pas,
nous voulons la conquête d'un monde dans lequel les choses
être éternel dans une source de grâce.

D'ici, de la boue de ces plages ennuyeuses
aussi loin que le saphir du ciel est espacé,
porte dans tes voix nos voix qui pleurent
et le cri antique de la terre en disgrâce.

En carillons festifs, en doubles d'amertume,
dans des combats d'angoisse, tout ce que nous souffrons
emmenez-le dans la solitude impassible de la hauteur.

Et oh cloches ! dis-leur dans des cris suprêmes,
notre douleur à ces étoiles dans lesquelles nous sommes nés,
notre espoir à ces étoiles où nous irons !

langue portugaise

La dernière fleur du Latium, inculte et belle,
Tu es à la fois splendeur et grave :
L'or natif, celui en denim impur
La mine brute parmi les graviers de navigation...

Je t'aime comme ça, inconnu et sombre,
Baignoire bruyante, lyre simple,
Que tu as le klaxon et le sifflet du procela
Et l'attrait du désir et de la tendresse !

J'aime ta sauvagerie et ton parfum
De forêts vierges et de vaste océan !
Je t'aime, ô langue grossière et douloureuse,

Dans laquelle des voix maternelles ai-je entendu : « Mon fils !
Et dans lequel Camões pleura, dans un exil amer,
Génie malchanceux et amour terne !


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)