Juan Díaz Canales, une grande bande dessinée. De Blacksad à Corto Maltese.

Juan Díaz Canales. Fnac, 2 décembre 2016.

Juan Díaz Canales. Fnac Callao, 2 décembre 2016.

Juan Diaz-Canales (Madrid, 1972), dessinateur et scénariste, a participé le dernier jour 2 à la Conférence Comiqueras de Fnac. Il était l'un des nombreux grands noms qui ont signé des copies de ses œuvres et ont salué les admirateurs et le grand public qui ont rempli le magasin Callao. L'un était moi et j'étais content de pouvoir le voir.

Tout fan de bandes dessinées et de romans graphiques le sait Diaz-Canales en tant que scénariste et Juanjo Guarnido en tant que dessinateur Sont les parents de l'un des personnages les plus charismatiques et les plus réussis du genre: John Blacksad, Ce détective taciturne dans l'Amérique des années 50 avec de la fourrure de chat noir. Mais Díaz-Canales a son propre roman graphique, Comment l'eau voyage, et signe également le script pour la nouvelle tranche de Maltais court. Passons en revue son travail.

Je viens de la vieille école. De ceux avec qui nous avons appris à lire des bandes dessinées au lieu d'anglicismes adaptés. Nous avons appris avec les professeurs Ibáñez et Escobar, Segura, RAF, Vázquez, Purita Campos... Et puis on se passionne pour Jeudi. J'ai aussi lu ceux de Marvel et DC Comics, qui les a donnés à mon petit frère. Quoi qu'il en soit, nous étions encore très politiquement incorrectes. Ou non. Mon frère n'a pas lu Esther et son mondeMais j'adorais déjà Wolverine.

Puis on devient plus friand du livre et on laisse les sandwichs pour une collation, mais on ne cesse de jeter un œil à ce qui sort et atteint un statut beaucoup plus reconnu et prestigieux. Un jour tu vieillis, tu prends pour le genre noir et puis tu te retrouves une couverture très sombre avec un look de fumeur félin. Vous feuilletez l'album et vous voyez les noms espagnols qui signent des vignettes spectaculaires et une histoire aussi classique qu'attrayante. Parmi les plus vôtres. Bref, j'étais irrémédiablement conquise.

Mes albums Blacksad.

Mes albums Blacksad.

Blacksad

John Blacksad est un détective privé dans la tradition la plus classique du genre noir et ses histoires se déroulent en Amérique dans les années 50. Solitaire, ironique, avec un passé mystérieux et des méthodes peu orthodoxes. Il part seul, mais il a un ami dans la police. Oui c'est un chat noir qui n'aime pas le lait. Parce que le monde d'où il vit vient animaux anthropomorphes.

La série se compose de 5 volumes jusqu'à présent, ils se rencontrent également Blacksad intégral (2015). Il y a aussi Comment cela a été fait du premier titre. Oui la liste des prix (pour le meilleur album, auteurs, dessins, édition ...) qu'il a réalisé est sans fin. Du prestigieux Festival d'Angoulême ou Eisner et Harvey jusqu'à plusieurs Salon de la bande dessinée de Barcelone. Mais surtout il a obtenu le prix d'un très nombreux public fidèle et dévoué aux cas, aux dialogues, aux personnages et aux environnements qui dépeignent une époque et une société avec un énorme pouvoir d'attraction.

Qui rappelle un ton Disney dans son esthétique Guarnido et Díaz Canales ont rapidement précisé que leur influencer il y avait plus fables classiques. Et bien sûr Les dialogues de chaîne ne sont pas très adaptés aux enfants.

I. Une place dans l'ombre

Le début est ce que toute bonne histoire noire doit avoir: la découverte dans un grand manoir du cadavre d'une actrice, ancien amant de Blacksad, ils revivre au détective les jours qu'il a passés avec elle. L'enquête fait le tour de la typique producteurs de films, scénaristes romantiqueschefs de police sympathiques (Super ce berger allemand qui est le commissaire Smirnov), voyous des enfers qui ne peuvent être que des lézards, chantage, millionnaires sombres… Le finale est également canonique et ne fait pas de concessions.

C'était un début très applaudi mais aussi avec critique, comme si elle était prévisible, de l'histoire avec un grand arôme classique mais mille fois racontée. Raison insuffisante pour un succès immédiat et des adeptes fidèles.

II. Nation arctique

La disparition d'une fille emmène Blacksad dans une ville où il se retrouvera en grande difficulté racisme (clin d'œil clair au Ku Klux Khan) et violence. Classes riches et consanguines, séparation ethnique et corruption à tous les niveaux, des meurtres ... Tout et tout le monde dans cette petite communauté n'est pas ce qu'il semble. Et ce qui marque l'intrigue est Chercher la vengeance.

Nous rencontrons ici l'un des personnages qui accompagnera Blacksad dans les histoires suivantes: le journaliste et photographe Hebdomadaire, skunk curieux que le chat sérieux ne s'amusera pas mais finira par apprécier.

III. Âme rouge

Les retrouvailles de Blacksad avec une vieille connaissance de son passé l'introduisent dans le monde des artistes de tous horizons qui partagent des idées de gauche. La Paranoïa de la guerre froide à propos de la terreur nucléaire et du communisme est impeccablement dépeint. Aussi les trahisons et quelques autres péchés du passé. Même peut-être l'amour.

IV. Enfer, silence

Ce temps nous allons à la Nouvelle-Orléans. Jazz, vaudou, environnements sordides, échec, drogues. Weekly convainc Blacksad de rechercher un musicien disparu. La folie dans l'atmosphère du mardi Gras cela compliquera tout. Blacksad sera sur le point de perdre sa vie, mais quelqu'un de très spécial apparaîtra pour le sauver.

V. Jaune

Blacksad, fatigué de tant de violence, décide de prendre un peu de temps avant de rentrer chez lui. Un inconnu, reconnaissant d'une faveur de Blacksad, l'engage pour conduire sa voiture, une Cadillac Eldorado, depuis la Nouvelle-Orléans jusqu'au jaune.

Mais ces autoroutes du sud sont imprévisibles et vous devrez traverser le pays sans le vouloir pour résoudre le meurtre d'un écrivain du mouvement. becquet, mouvement culturel en plein essor. Motards, avocats, écrivains maudits, un cirque de personnages ambigus ... Et nous en saurons plus sur le famille blacksad.

Autres oeuvres de Díaz Canales.

Autres oeuvres de Díaz Canales.

En savoir plus sur Díaz Canales

Comment l'eau voyage

Après le succès de Blacksad, qui promet de continuer avec plus de titres, la carrière de Díaz Canales s'est poursuivie avec votre propre roman graphique, Comment l'eau voyageoù il est en charge à la fois du scénario et du dessin. Le noir et blanc des balles et des textes a un récit en noir et code social, situé dans l'actuel Madrid. Entre lui les manières et le thriller urbain avec un élément fantastique, son esthétique expressionniste montre une réflexion sur la vie et la mort à travers trois membres d'une famille de générations différentes.

Niceto, 83 ans, et ses amis du même âge se consacrent à trafic de vente au détail et de marchandises volées. Mais ce qui est un passe-temps se transforme en tragédie quand les compagnons de Niceto commencent à paraître morts dans des circonstances étranges et violentes. Lorsque Niceto disparaîtra, son fils Román et son petit-fils Álvaro le chercheront dans toute la ville et doit résoudre l'étrange mystère inexplicable.

Maltais court

Un jalon plus pour Díaz Canales: signer le Lignes de Sous le soleil de minuit, le dernier titre d'une série aussi mythique que celle de Hugo Pratt. Lui et l'Espagnol Rubén Pellejero maintiennent l'esprit de Pratt pour raconter une autre aventure du marin peut-être le plus célèbre de la bande dessinée.

Cette fois, on retrouve Corto Maltés traversant les immenses étendues gelées du Grand Nord, entre les États-Unis et le Canada. Il porte un message de son ami, le célèbre écrivain Jack London, une lettre destinée à l'amour de la jeunesse. En échange de son accouchement, Londres lui a promis une nouvelle aventure dans laquelle elle s'implique un trésor mystérieux.

En fin de compte

Que Díaz Canales non seulement est sur Olympus des grands de la bande dessinée et des romans graphiques, mais promet de rester là depuis longtemps. Et continuez à monter. Pourquoi pas?

Le plus regrettable: que comme toujours dans cette péninsule ibérique, continuons à des années-lumière de la reconnaissance plus générale que méritent des artistes comme Canales, dont la carrière et les succès les plus importants ont été réalisés hors de nos frontières. Bonne chose que ça semble changer. Qu'il en soit ainsi.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.