José de Espronceda. 175 ans après sa mort. Sélection de versets.

Hier, ils ont été comblés 175 ans. de la mort de José de Espronceda, l'un des poètes les plus grands, les plus célèbres et les plus admirés de la Romantisme espagnol XNUMXème siècle. C'est ainsi qu'il a été considéré quand il est mort. Et rien de mieux que de ramasser certaines de ses phrases, vers et strophes mieux connu que nous ayons tous récité.

Le poète d'Estrémadure nous a laissé une partie du travaux du sommet de la littérature romantique de la patrie. L'étudiant de Salamanque, El monde du diable, où est ton Je chante pour Teresa, Sancho saldana, Blanc de Bourbon. Et ses courts poèmes se sont rassemblés Des chansonsComme Le bourreau, la Chanson du cosaque et bien sûr l'immortel Chanson de pirate. Eh bien, profitons simplement de cette sélection.

  • L'étudiant de Salamanque. Démarrer

Il était plus de minuit, racontent de vieilles histoires, quand dans un rêve et dans un silence sombre enveloppait la terre, les vivants semblent morts, les morts quittent la tombe. C'était l'heure où peut-être des voix effrayantes sonnent sans forme, où des pas silencieux et creux se font entendre, des fantômes effrayants errent dans l'obscurité dense et des chiens terrifiés hurlent lorsqu'ils les voient.

  • Chanson de pirate.
Vingt barrages
nous avons fait
en dépit
d'anglais,
et ils ont cédé
leurs bannières
cent nations
À mes pieds.
 
C'est mon bateau, mon trésor,
cette liberté est mon dieu,
ma loi, la force et le vent,
ma seule patrie, la mer.
  • Chanson de la mort.

Un faible mortel ne vous fait pas peur
mes ténèbres ni mon nom;
l'homme trouve dans mon sein
un terme à son regret.
Je t'offre avec compassion
loin du monde un asile,
où dans mon ombre tranquille
dormir pour toujours en paix.

  • Sonnet.

Frais, luxuriant, pur et parfumé,
gala et ornement du pensil fleuri,
gallarda placé sur le bouquet debout,
le parfum répand la rose naissante.

Mais si le soleil brûlant est un feu en colère
vibre, du canon en feu,
le doux parfum et la couleur perdue,
ses feuilles portent l'aura précipitée.

C'est ainsi que ma chance a brillé pendant un moment
sur les ailes de l'amour et beau nuage
J'ai feint peut-être de gloire et de joie.

Mais hélas, ce bien s'est transformé en amertume,
et sans feuilles dans l'air, il se lève
la douce fleur de mon espoir.

  • Le monde du diable, Canto I.

"Qui pensera jamais, ma Teresa,
que c'était une source éternelle de larmes
tant d'amour innocent, tant de joie,
tant de délices et de délire?
Qui pensera jamais qu'un jour viendra
dans lequel, perdu le charme céleste
et le bandeau est tombé,
combien de plaisir provoquerait la colère? "

Les siècles aux siècles se succèdent;
les hommes succèdent aux hommes,
dans la vieillesse vos calculs échouent,
leur faste et leurs gloires à mort cèdent:
la lumière que leurs esprits clignotent
mourir dans la brume qu'ils ne peuvent conquérir,
Et c'est l'histoire de l'homme et de sa folie
une tombe étroite et puante!

  • À une étoile.

Je suis indifféremment mon chemin
à la merci des vents et de la mer,
et livré, dans les bras du destin,
Je me fiche de sauver ou de chavirer.

  • La nuit.

Salut, ou toi, nuit sereine,
Puissiez-vous voir le monde en août,
et les regrets d'un triste
avec tes ténèbres tu adoucis.

  • À un rossignol.

Chante la nuit, chante le matin
rossignol, dans la forêt vos amours;
chante, qui pleurera quand tu pleures
les perles de l'aube dans la fleur précoce.

  • Vers la Lune.

Lune languissante, que mes tristes plaintes
doux tu ramasses avec un visage gentil,
si ma misère amère te touche,
pleure avec moi.

  • Vers la patrie.

Oh mon pays bien-aimé!
Où sont passés vos héros en difficulté,
Votre épée n'est pas vaincue?
Oh! de vos enfants sur le front humble
Il y a le blush gravé;
À ses yeux tristement tombés
Les pleurs sont bondés.

  • Chanson du cosaque.

Notre caprice y dictera des lois,
nos maisons seront des forteresses,
les sceptres et les couronnes des rois
quels jouets pour enfants rouleront.
Hourra! Mouche! pour satisfaire nos envies:
les plus beaux nous donneront leur amour,
et ils ne trouveront pas nos visages laids,
que le vainqueur brille toujours beau.
Hourra, cosaques du désert! Hourra!
L'Europe vous apporte un splendide butin:
ensanglantée que leurs champs soient,
des tours son festin d'armée.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)