Mario Villén Lucena. Entretien avec l'auteur de Nazarí

Photographie : Mario Villén Lucena. Profil Facebook.

Mario Villen Lucena, écrivain de genre né à Grenade histórico, a déjà publié quelques romans. Le dernier est Nasrides, une fiction sur la fondation de l'émirat de Grenade, qui accompagne Le bouclier de Grenade y 40 jours de feu, également défini à l'époque. J'apprécie vraiment le temps et la gentillesse que vous avez consacrés à cela interview où il parle d'eux et de tout un peu.

Mario Villén Lucena - Entretien 

  • NOUVELLES DE LA LITTÉRATURE: Nasrides est votre nouveau roman de genre historique. Que nous en dites-vous et d'où est venue l'idée ?

MARIO VILLÉN LUCENA : L'histoire racontée à Nazarí Je suis tombé dessus quand je documentais pour mon premier livre, il y a plus de dix ans. À ce moment-là, je ne me sentais pas prêt à l'écrire, mais plusieurs années plus tard, le tournage terminé, j'ai commencé à travailler dessus. 

Dans ce livre le fondation de l'émirat nasride de Grenade et l'origine de la dynastie qui l'a gouvernée pendant plus de deux siècles et demi. Le premier émir nasride était Ibn al Ahmar. Après la bataille de Las Navas de Tolosa, il réussit à rassembler les restes d'al-Andalus et à former avec eux un puissant émirat. Entre autres choses, il a commencé construction de l'Alhambra

De l'autre côté de la frontière, l'histoire de Ferdinand III, qui unifia définitivement la Castille et León et conquit des lieux aussi importants que Cordoue, Jaén et Séville. 

  • AL : Vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu ? Et la première histoire que tu as écrite ?

MVL : Le premier livre dont je me souviens avoir lu est L'architecte et l'empereur d'Arabie. Il a été publié dans une collection jeunesse, mais je ne me souviens pas de l'auteur. 

La première chose que j'ai écrite était un poème sur la mort, avec un peu plus de 11 ou 12 ans. Un peu sombre. 

  • AL : Un scénariste en chef ? Vous pouvez en choisir plusieurs et de toutes les époques. 

MVL : J'en citerai deux : Amin Maalouf y Tariq Ali. Tous deux ont écrit un roman historique très lyrique, avec une grande attention aux personnages et à leurs sentiments. J'aime leur façon de raconter. Ils ont tous deux écrit sur al-Andalus.  

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

MVL : Umar, du A l'ombre de la grenade. Je dois avouer que je l'ai pris comme référence pour construire un de mes personnages dans Le bouclier de Grenade. Sa personnalité me fascinait. 

  • AL: Y a-t-il des habitudes ou des habitudes particulières en matière d'écriture ou de lecture?

MVL : j'utilise habituellement música d'écrire, de m'inspirer et d'éliminer les bruits gênants. Au-delà de cela, je pense qu'il n'y a pas de manie notable. 

À propos de mes lectures, je lis habituellement dans Allumer et je contrôle le porcentaje En lisant. J'essaie d'imposer un rythme quotidien et j'essaie de m'y conformer, mais je ne suis pas non plus obsédé par le sujet. 

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

MVL : Je pense que le manque de temps, un mal si typique de nos jours, fait que je n'ai pas trop de dégoût quand il s'agit d'écrire ou de lire. N'importe où et n'importe quand ils valent. S'ils me laissent le choix, je préfère écrire à la première heure du matin, réveillez-vous. 

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez?

MVL : L'historique est mon préféré, mais j'aime aussi le roman contemporain. Je lis presque tout, mais pour le moment je veux juste écrire un roman historique. Dans un futur Je n'exclus pas d'essayer avec d'autres genres. 

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

MVL : En ce moment je lis Le guérisseur de chevaux, du Gonzalo Gin. J'aime ça. 

Je suis à phase de relecture d'un manuscrit et la documentation pour un nouveau. Je réserve le thème... 

  • AL : Comment pensez-vous que la scène de l'édition est ? Beaucoup d'auteurs et peu de lecteurs ?

MVL : Nous vivons un moment délicat dans le monde de l'édition. Même avant la pandémie, le marché avait changé. La piraterie il a fait et continue de faire beaucoup de dégâts. En Espagne, vous lisez beaucoup, mais vous n'achetez pas tout ce que vous lisez. La pandémie a aggravé la situation des éditeurs. Les conséquences restent à voir, mais cela ne semble pas bon. À mon avis, ils seront faits apuestas plus sécurisé, il prendra peu de risques, les courses seront raccourcies et moins seront investis dans la promotion. 

  • AL : Le moment de crise que nous vivons est-il difficile pour vous ou saurez-vous garder quelque chose de positif pour les histoires à venir ?

MVL : J'ai publié en juin 2020, en pleine pandémie, avec de nombreuses librairies fermées et avec un contrôle de la capacité dans laquelle elles étaient ouvertes. Cela a été une année difficile, mais Nasrides ça s'est pas mal passé du tout. Le positif de tout cela, ce que je pense que nous avons retiré de cette situation pour qu'elle reste avec nous, ce sont les événements virtuels. Présentations, rencontres littéraires, causeries... Les restrictions nous ont contraints à une chemin alternatif assez intéressant que j'aimerais qu'il complète les actes traditionnels quand tout cela arrive. 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.