Ramón M.ª del Valle-Inclán. Anniversaire de sa naissance. Fragment

Ramón Maria del Valle Inclan Il est né un jour comme aujourd'hui en 1866 à Villanueva de Arosa. Il faisait partie du Génération du 98 et son œuvre étendue (il a cultivé le théâtre, la poésie, l'histoire et le roman) s'inscrit dans le modernisme. Développer et promouvoir l'appel grotesqueavec Lumières bohèmes comme le titre le plus représentatif et le plus célèbre. Il a également signé des titres comme Paroles divines, drapeaux de tyran o Mardi Carnaval. C'est un sélection fragments à retenir.

Ramón María del Valle Inclán - Fragments

Jardin ombragé

Je ne distinguais qu'une ombre priant sous la lampe du presbytère : c'était ma mère, tenant un livre ouvert dans ses mains et lisant la tête baissée. De temps en temps, le vent balançait le rideau d'une haute fenêtre. J'ai alors vu dans le ciel, déjà sombre, le visage de la lune, pâle et surnaturel comme une déesse qui a son autel dans les bois et dans les lacs... J'avais peur comme je ne l'ai jamais été, mais je ne voulais pas ma mère et mes sœurs me prenaient pour un lâche, et je restais immobile au milieu du chœur, les yeux fixés sur la porte entrouverte. La lumière de la lampe vacilla. Au sommet, un rideau de fenêtre se balançait, et les nuages ​​passaient au-dessus de la lune, et les étoiles s'allumaient et s'éteignaient comme nos vies.

Sonate d'automne

Je suis arrivé dans sa chambre, qui était ouverte. Là, l'obscurité était mystérieuse, parfumée et chaude, comme si elle gardait le galant secret de nos dattes. Quel tragique secret il doit garder alors ! Prudent et prudent, je laissai le corps de Concha étendu sur son lit et je m'éloignai sans bruit.À la porte j'étais irrésolu et je soupirais. Je doutais de retourner déposer le dernier baiser sur ces lèvres gelées : j'ai résisté à la tentation. C'était comme le scrupule d'un mystique. Je craignais qu'il y eût quelque chose de sacrilège dans cette mélancolie qui alors m'accablait. Le parfum chaleureux de sa chambre m'éclairait, comme un supplice, le souvenir voluptueux des sens.

Lumières bohèmes

Scène Douzième

Max : Don Latino de Hispalis, personnage grotesque, je t'immortaliserai dans un roman !
Don Latino : Une tragédie, Max.
Max : Notre tragédie n'est pas une tragédie.
Don Latino : Eh bien, quelque chose sera !
Max : L'esperpento.
Don Latino : Ne te tords pas la bouche, Max.
Max : J'ai froid !
Don Latino : Lève-toi. Allons marcher.
Max : Je ne peux pas.
Don Latino : Arrêtez cette comédie. Allons marcher.
Max : Donne-moi ton souffle. Où es-tu allé, Latino ?
Don Latino : Je suis à tes côtés.
Max : Depuis que tu es devenu un bœuf, je n'ai pas pu te reconnaître. Donne-moi ton souffle, illustre bœuf de la crèche belenita. Muge, latino ! Tu es le licou, et si tu meugles, l'Apis Ox viendra. Nous le combattrons.
Don Latino : Tu me fais peur. Tu devrais arrêter cette blague.
Max : Les ultraistes sont des imposteurs. Le grotesque a été inventé par Goya. Les héros classiques sont allés se promener dans l'Allée du Chat.
Don Latino : Vous êtes complètement caillé !
Max : Les héros classiques reflétés dans les miroirs concaves donnent l'Esperpento. Le sens tragique de la vie espagnole ne peut se produire qu'avec une esthétique systématiquement déformée.
Don Latino : Miaou ! Vous l'attrapez !
Max : L'Espagne est une déformation grotesque de la civilisation européenne.
Don Latino : Pourrait ! Je m'inhibe.
Max : Les plus belles images dans un miroir concave sont absurdes.
Don Latino : D'accord. Mais ça m'amuse de me regarder dans les miroirs de la Calle del Gato.
Max : Et moi. La déformation cesse d'être lorsqu'elle est soumise à des mathématiques parfaites. Mon esthétique actuelle est de transformer les normes classiques avec des mathématiques à miroirs concaves.

Le passager

Ma vie est brisée ! En combat
de tant d'années mon souffle s'évanouit,
et la fière pensée vers le bas
l'idée de la mort, qui le hante.

Je voudrais entrer chez moi, vivre avec moi,
pouvoir faire la croix sur mon front,
et sans connaître ami ou ennemi,
mis à part, vivre avec dévotion.

Où la banqueroute verte de la hauteur
avec des troupeaux et des bergers musiciens ?
Où profiter de la vision si pure

Qu'est-ce qui fait que les âmes et les fleurs sont sœurs ?
Où creuser la tombe en paix
et faire du pain mystique avec mes douleurs ?


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)