Pavlichenko et Záitsev. Les tireurs d'élite russes les plus meurtriers. Souvenirs

Il a été traduit pour la première fois Sniper de Staline, autobiographie de Liudmila Pavlichenko, et le Mémoires d'un tireur d'élite à Stalingradpar Vasili Záitsev, peut-être l'un des plus célèbres de la Seconde Guerre mondiale.

Et c'est que les tireurs d'élite, ces soldats invisibles si précis et meurtriers, produisent généralement un fascination particulière pour la réalité et la fiction. Les protagonistes de ces livres et leurs histoires étaient réels. Et nous savons déjà que la réalité dépasse toujours la fiction. Aujourd'hui je vous dédie cet article.

Les snipers et moi

«Nous les hommes aimons la guerre, Camarade Soukarov, la guerre, l'honneur et la gloire que la mort se charge de distribuer avec justice et sans elle ». C'est une des phrases de mon dernier roman que je viens de sortir. Je fais dire à un personnage mineur, un ancien révolutionnaire russe, le protagoniste, Nikolai Sukarov. Ils sont en Union soviétique depuis 1944.

J'adore la Seconde Guerre mondiale évidemment et ce roman était mon très modeste hommage au terrible épisode historique. Et j'ai toujours été plus intéressé par le front européen, en particulier par l'invasion allemande de la Russie. J'ai donc placé, uniquement en référence, pas dans le récit lui-même, mon protagoniste dans les batailles Moscou, Stalingrad et Koursk. Et à Stalingrad, cela coïncidait avec Khrouchtchev et, bien sûr, avec Vasily Zaitsev, bien qu'avec ce dernier il ne se soit pas retrouvé parce qu'il était invisible, un fantôme. Ni avec Ludmila Pavlichenko, encore plus meurtrier que Zaitsev mais beaucoup moins connu et qui était sur d'autres fronts.

Alors j'avoue aussi ma faiblesse pour eux, snipers. En fait, un autre des protagonistes de mes histoires est un détective des années 50 qui était aussi un détective sur le front européen et qui raconte une expérience qu'une autre à la première personne. En d'autres termes, j'ai voulu entrer dans cette peau spéciale à partir d'une vision aussi lointaine, étrangère et ignorante que la mienne. Mais c'est à cela que sert la littérature, entrer dans d'autres peaux et sexes, et vivre d'autres temps et d'autres vies. Ou imaginez-les. Oui Záitsev et Pavlichenko sont deux de mes références.

Maintenant leurs histoires se rencontrent dans les librairies Et, pour les fans du genre de guerre et des biographies, ils sont essentiels.

Sniper de Staline - Ludmila Pavlichenko

Lorsque Hitler a envahi la Russie en 1941, Liudmila Pavlichenko s'est enrôlé dans l'armée soviétique et a demandé à être affecté à infanterie et maniez un fusil. Il était le premier dans le Défense d'Odessa et plus tard dans la bataille de Sébastopol. Sur ces fronts, il a tué 309 ennemis avec son fusil, et est devenu le tireur d'élite le plus important du conflit, excellant au-dessus de ses collègues masculins comme Zaitsev.

Un mortier la blessa en 1942, se retira du front et fut envoyée missions de propagande au Canada et aux États-Unis. Là, il a donné plusieurs conférences de presse et a participé à de nombreux événements politiques. Elle a même été logée à la Maison Blanche et a commencé une bonne amitié avec Eleanor Roosevelt. Il a reçu la décoration de Héroïne de l'Union soviétique et a continué à servir dans l'Armée rouge en donnant des conférences et des conférences internationales jusqu'en 1953.

Lorsque la guerre a pris fin, il a pu terminer son Etudes d'histoire qu'il avait garé. C'était le sien journaux de guerre ceux qui l'ont aidée à écrire ces mémoires. Il y raconte l'insécurité et l'incertitude du combat quotidien. Et aussi leur expériences plus personnelles, comme sa relation avec le lieutenant Alexei Kitsenko, qu'elle a épousé. Il est décédé à 58 ans d'une crise cardiaque.

Mémoires d'un tireur d'élite à Stalingrad - Vasily Zaitsev

Vasily Zaitsev, chasseur né dans l'Oural, c'était un tireur hors du commun. Il a également étudié la comptabilité et a été inspecteur des assurances. En 1937, ils l'ont appelé et il était comme marin dans la flotte du Pacifique. Puis il a demandé le transfert à une entreprise de fusiliers et s'est terminé en Stalingrad. Là, il a tué 242 Allemands et 11 autres tireurs ennemis. Il a remporté de nombreuses décorations, dont le héros de l'étoile d'or de l'Union soviétique.

Ce livre maintenant réédité est le récit personnel de leurs expériences dans le combat, et dans cette bataille considérée comme la plus sanglante de l'histoire. Mais ça commence avec son enfance, à cause de la façon dont son grand-père, issu d'une longue lignée de chasseurs de l'Oural, lui a donné son premier fusil de chasse. Et comment a-t-il appris àastrear et tige tuant des loups. Ensuite, il y a de nombreux témoignages sur leur actes et évidemment sa vision de l'histoire est subjective. Cela donne également de nombreux Conseils pour les tireurs d'élite, en fait, il est devenu plus tard instructeur.

Le réalisateur français Jean-Jacques Annaud est allé au cinéma en 2001 sa figure dans Ennemi aux portes, mettant en vedette un doux et trop beau Jude Law. C'était une version ratée, avec beaucoup de falsification de l'histoire originale, mais cela peut être vu par curiosité et pour le réglage soigné.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)