Rabindranath Tagore. 77 ans sans le plus célèbre des poètes indiens.

Aujourd'hui sont remplies 77 ans. du décès de Rabindranath Tagore, le plus célèbre des poètes indiens. Il y a sûrement dans de nombreuses maisons une édition de ses œuvres choisies. Dans le mien est le plus connu, celui de la Éditorial Aguilar (Bibliothèque du prix Nobel), avec la version de Zénobie Camprubi, épouse du poète Juan Ramón Jiménez.

Cette édition très caractéristique, avec une pâte souple bleue, des lettres en relief et un dos en or, m'a attiré dès mon plus jeune âge. C'était l'une des raisons pour lesquelles il avait pris le livre et lu la poésie de Tagore même s'il comprenait très peu. Aujourd'hui je sauve 4 de ses poèmes d'amour pour se souvenir de cet écrivain qui a remporté le Prix ​​Nobel en 1913.

Rabindranath Tagore

Né en Calcuta en 1861, en plus d'être poète, Tagore était aussi philosophe et peintre. Le plus jeune de quatorze frères et sœurs, il appartenait à un famille aisée où il y avait une grande atmosphère intellectuelle. Il est allé en Angleterre à l'âge de dix-sept ans pour terminer ses études, mais est retourné en Inde avant de terminer ses études.

Tagore a écrit histoires, essais, nouvelles, livres de voyage et pièces de théâtre. Mais sans aucun doute, sa renommée lui est venue pour la beauté particulière de ses poèmes, auxquels il a également mis de la musique. Il a été défenseur de l'indépendance indienne et en 1913, il a reçu le Prix ​​Nobel de littérature en reconnaissance de l'ensemble de sa carrière et aussi pour son implication politique et sociale. Et en 1915, il a été nommé chevalier par le roi George V. Dans les dernières années de sa vie, il se consacre également à la peinture.

Parmi sa production extensive se distingue Chants de l'aube, inspiré par certaines expériences mystiques qu'il a eues; Le mouvement national, un essai politique sur sa position en faveur de l'indépendance de son pays; L'offrande lyrique, des plus connus; Le facteur du roi, oeuvre de théatre. Ou les livres de poésie Le jardinier, nouvelle lune o Le fugitif. 

4 poèmes

Il me dit doucement: «Mon amour, regarde-moi dans les yeux ...

Il me dit doucement: «Mon amour, regarde-moi dans les yeux.
"Je l'ai grondé, aigre, et j'ai dit:" Va-t'en. " Mais cela n'a pas disparu.
Il est venu vers moi et m'a tenu les mains… Je lui ai dit: "Laissez-moi."
Mais cela n'a pas disparu.

Il a mis sa joue contre mon oreille. Je me suis éloigné un peu
Je l'ai regardé fixement et j'ai dit: "N'as-tu pas honte?"
Et ça n'a pas bougé. Ses lèvres effleurèrent ma joue. J'ai frissonné,
et j'ai dit: "Comment osez-vous dire?" Mais il n'avait pas honte.

Il a épinglé une fleur dans mes cheveux. J'ai dit: "C'est en vain!"
Mais ça ne bougerait pas. Il a enlevé la guirlande de mon cou et est parti.
Et je pleure et je pleure, et je demande à mon cœur:
"Pourquoi, pourquoi ne revient-il pas?"

***

Il me semble, mon amour, qu'avant le jour de la vie ...

Il me semble, mon amour, qu'avant le jour de la vie
tu étais debout sous une cascade de rêves heureux,
remplir votre sang de sa turbulence liquide.
Ou peut-être que votre chemin était à travers le jardin des dieux,
et la joyeuse multitude de jasmin, de lys et de lauriers roses
tombé dans tes bras en tas et, entrant dans ton cœur,
il y avait du bruit là-bas.
Ton rire est une chanson dont les mots se noient
dans le cri des mélodies; un ravissement de l'odeur de certaines fleurs
ne porte pas; C'est comme le clair de lune traversant
De la fenêtre de tes lèvres, quand la lune se cache
Dans ton cœur. Je ne veux plus de raisons; J'oublie la raison.
Je sais seulement que ton rire est le tumulte de la vie en rébellion.

***

Pardonne-moi aujourd'hui mon impatience, mon amour ...

Pardonne-moi aujourd'hui mon impatience, mon amour.
C'est la première pluie de l'été et le bosquet de la rivière
Elle est jubilatoire, et les arbres kadam, en fleurs,
Ils tentent les vents qui passent avec des verres de vin aromatique.
Regarde, pour tous les coins du ciel la foudre
leurs regards s'élancent, et les vents montent dans vos cheveux.
Pardonne-moi aujourd'hui si je m'abandonne à toi, mon amour. Qu'en est-il de chacun
jour il est caché dans le vague de la pluie; tous les
les emplois ont cessé dans le village; les prairies sont
abandonné. Et la venue de la pluie a trouvé dans votre
yeux sombres sa musique, et juillet, à ta porte, attends, avec
jasmin pour tes cheveux dans sa jupe bleue.

***

Je prends tes mains, et mon cœur, à ta recherche ...

Je prends tes mains, et mon cœur, à ta recherche,
que tu m'échappe toujours après les mots et les silences,
sombre dans l'obscurité de vos yeux.
Pourtant je sais que je dois me contenter de cet amour,
avec ce qui vient par rafales et fuit, parce que nous avons trouvé
un instant à la croisée des chemins.
Suis-je si puissant que je peux vous porter à travers ça
essaim de mondes, à travers ce labyrinthe de chemins?
Ai-je de la nourriture pour vous soutenir à travers le passage sombre béant,
d'arcs de la mort?


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.