Quelques histoires complètes, par Domingo Villar. Revoir

Quelques histoires complètes est le titre du nouveau livre de Domingue Villar, qui est illustré par linogravures de son ami Carlos Baonza. Il vient de sortir dans une édition très soignée et peut être lu en milieu d'après-midi, ou moins. C'est une compilation de 10 histoires ou des nouvelles et j'ai eu la chance que l'auteur me la dédie lors de la dernière Foire du livre de Madrid. Ceci est mon examiner.

Un privilège

En janvier 2020, j'ai assisté à un réunion avec Domingo organisé par Portée culturelle à Madrid et animée par Rafael Caunedo. Nous étions une vingtaine de personnes et nous avons passé un bon moment à discuter avec lui de ses livres mettant en vedette l'inspecteur de Vigo Léo Caldas. Trois romans, Yeux d'eau, La plage des noyés y Le dernier bateau que, bien qu'avec un long intervalle entre ses publications, elles lui ont apporté un succès et, surtout, un prestige que beaucoup d'autres avec 20 titres voudraient.

Dans la dernière partie de la réunion du dimanche il nous a raconté ces histoires et il nous en a lu un. Nous avons été tellement ravis et encouragés qu'il les a publiés que s'il pouvait déjà avoir l'idée de le faire, nous pourrions être totalement convaincus. De plus, cela pourrait aussi être une façon de nous « payer » pour le patience à cause des longues attentes entre romans et romans auxquelles nous sommes habitués aux nombreux lecteurs qui sont les siens. C'était donc un privilège.

Maintenant, après avoir lu les histoires, j'identifie l'histoire : il s'agit de Don Andrés le beau. Et ça m'a redonné le sourire. Eh bien, tout en fait.

L'idée

À la manière de Avant-propos, l'auteur nous raconte un peu comment a toujours écrit des histoires sans autre prétention que de les partager ou de les compter dans réunions de famille ou d'amis. Aussi, que certains avaient déjà été publiés et que chaque fois qu'ils l'encourageaient à leur donner la forme d'un livre, il prétendait vouloir les quitter pour cet environnement plus intime et plus proche.

En même temps, et pour son amitié avec l'artiste Carlos Baonza, qui a commencé à les illustrer au fur et à mesure qu'il les lisait. Mais vient alors un argument aussi fantastique que la réalité d'un pandémie qui verrouille le monde à la maison. Et vous devez essayer de recréer ces meilleurs moments que vous ne pouvez ni avoir ni partager. Il était donc temps de mettre ces histoires en lumière.

Humour, nostalgie, magie, mystère

Les titres sont:

  1. Eliška et la lune
  2. La Maruxaina et M. Guillet
  3. Le spirite d'O Grove
  4. L'Union Sainte de Bella
  5. Philippe le Messie
  6. Mabel et les talkies
  7. Don Andrés le Beau
  8. Michael « Chico » Cruz
  9. Les quinze ans d'Isabel Daponte
  10. Commodore Ledesma

Et tous, dans une mesure plus ou moins grande, ont des touches de nostalgie, retour à dernier, du magie, mystère et, bien sûr, de humour, mais de celui ainsi de la terre galicienne dont se trouve Villar. Le plus long est le dernier, une histoire courte plutôt qu'une histoire. Et quoi aussi partager est le ton musical de la prose de cet écrivain, aussi exquise que belle et presque lyrique.

Pour ceux d'entre nous qui connaissent un peu la partie la plus aseptique et fonctionnelle du langue, en plus de sensibilité transmissible, lire Domingo Villar est une double plaisir. Tant dans ses romans que dans ces histoires, dans lesquelles peut-être encore plus ressortent, le traitement qu'il a de lui et le cadence et l' ritmo narratif qui imprime le contenu sont incomparables. Et cela s'apprécie dans un panorama de la littérature si facile ou facilement digestible.

Ces contes se lisent comme des chansons et ils laissent un écho et une trace, de la mer, des étoiles, des mythes et des légendes, des miracles ou des fantômes, de la guerre et de la paix. Ils obtiennent un sourire de ces doux et ils vous renvoient toujours à ce fond magique qui distille une terre si particulière.

Rester avec un ? Je ne pourrais pas. ET un mais? Qu'ils sont peu nombreux et qu'ils finissent vite. C'est le problème avec Domingo Villar : peu importe s'il écrit des romans de 640 pages ou des histoires de 1 000 mots. Cela vous laisse toujours en redemander.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.