Les problèmes d'Ildefonso Falcones avec le Trésor

1473276180_660823_1473276358_noticia_normal

Photographie d'Ildefonso Falcones au Musée d'Histoire Maritime de Barcelone.

Il y a une semaine, les médias ont répété que le tribunal de Barcelone a rouvert l'affaire Falcones et sa prétendue fraude fiscale découlant de la publication de son roman "La cathédrale de la mer". Apparemment, d'après «El País«, L'affaire avait été archivée en février mais avec cette décision, l'écrivain devra à nouveau faire face à un grave problème qui le préoccupe depuis longtemps et qui, apparemment, continuera de l'accompagner jusqu'à ce que l'affaire soit enfin résolue.

Selon El País, lui et sa femme sont accusés d'avoir escroqué 1,4 million d'euros au Trésor public et la justice leur impute, pour cela, trois crimes. L'enjeu provient du "copyright" de ses romans et de la création, par Falcones et son frère, d'une structure d'entreprise dans des pays à faible fiscalité afin, ainsi, d'obtenir des avantages fiscaux inexistants en Espagne.

Les associations qui tournaient autour de cette structure étaient donc celles qui détenaient les droits sur les romans de Falcones. couvrant ainsi le véritable bénéficiaire, l'écrivain lui-même.

C'est la thèse qui soutient l'accusation et il faudra donc voir comment le sujet évolue et si Falcones, enfin, parvient à prouver son innocence face à ce prétendu complot.

Paradoxalement cette nouvelle coïncide avec la publication de son nouveau roman, "Les héritiers de la Terre". Avant cela. nous sommes, sans aucun doute, dans des temps doux-amers pour l'écrivain qui voit, avec ce cas, taché la présentation de son travail nouveau et tant attendu.

Cette situation est encore curieuse depuis  nous ne voyons pas souvent des écrivains impliqués dans ces affaires tortueuses. Malgré le fait qu'en Espagne, il y en a beaucoup qui, d'une manière ou d'une autre, tentent de frauder le Trésor, ce n'est pas habituel ou il n'est pas si fréquent qu'un auteur de renom intervienne sur cette question. Des nouvelles qui, par conséquent, aux adeptes du monde de la littérature nous intéressent et nous surprennent.

De notre côté, nous n'avons d'autre choix que d'apprécier ses œuvres et, sans entrer dans des évaluations sur le sujet pour le moment, de garder un œil sur la réalisation des faits.

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

3 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   RICHARD dit

    Bon pour payer on est tous pareils, alors il dira que ça a été un échec et le Trésor l'a chassé je n'ai jamais acheté ses livres et maintenant avec plus de raison de voleur chorizo

    1.    Alex Martinez dit

      Salut Richard,

      Comme vous le dites, si cette accusation est enfin prouvée, laissez-le payer comme nous le faisons tous. Nous allons voir quelle répercussion cette actualité a auprès de ses lecteurs et si elle influence enfin le nombre de ventes de ses livres. Nous allons voir ce qui se passe.
      Salutations.

  2.   FÉLISUCO dit

    L'Espagnol KEN FOLLET Je n'ai pas acheté de livre, plus un chorizo ​​BIEN TRAVAIL M. MINISTRE MONTORO qui paie toute la dette