Pourquoi le livre papier continue-t-il de battre le livre numérique par un glissement de terrain?

Au milieu de l'ère numérique, le livre papier continue d'être le favori des lecteurs de tous âges.

Au milieu de l'ère numérique, le livre papier continue d'être le favori des lecteurs de tous âges.

Quand ceux d'entre nous qui ont grandi en lisant Mortadelo et Filemón sur papier et nous apprécions la lecture dans le format classique par rapport à toute autre expérience numérique nous avons disparu, le monde sera peuplé de gens qui a grandi avec YouTube et ils ont étudié avec des livres numériques sur leurs tablettes.

S'il est vrai qu'il reste encore plusieurs décennies pour que cela se produise, il ne semble pas probable que, d'ici là, le livre papier soit plus valorisé que comme un objet de collection. L'odeur et la sensation du papier, le grincement agréable et léger qui se produit lors de la rotation des pages, aura perdu de la valeur devant de avantages du faible poids, de la capacité de stockage et de la connectivité que les médias numériques permettent.

Le lent passage du livre papier au livre numérique. Pourquoi résistons-nous à l'ebook?

Bien que l'on puisse déjà voir dans le métro ou sur le bus des représentants de la génération Mortadelos en train de lire les derniers succès littéraires en su portable, la vérité est que, quelle que soit la génération que vous êtes, c'est inconfortable et si la vue ne vous accompagne pas, cela devient une tâche impossible. Dans les transports en commun, les lecteurs du livre papier coexistent avec des lecteurs qui portent leur ebook et avec des lecteurs peu fréquentés qui consultent WhatsApp ou les réseaux sociaux sur leur mobile.

L'avantage actuel du livre numérique est sa capacité de stockage.

Cela fait de vous le compagnon de vacances idéal pour les lecteurs avides qui n'ont pas besoin de transporter une valise pleine de livres en papier épais. En échange, pour la lecture au jour le jour, au coucher, au travail ou à la maison pendant le week-end, cet avantage disparaît, car personne ne lit généralement plus d'un livre à la fois. Renoncer aux plaisirs du papier n'est pas compensé par la capacité de stockage.

Le livre papier est moins fatiguant pour les yeux, n'a pas de reflets sur ses pages et ne manque jamais de batterie.

Les dernières recherches tentent de développer une puce à travers laquelle le contenu de millions de livres peut être implanté dans le cerveau.

Les dernières recherches tentent de développer une puce à travers laquelle le contenu de millions de livres peut être implanté dans le cerveau.

L'appareil unique sera le déclencheur du changement définitif.

La recherche des entreprises technologiques vise à concentrer tous les appareils que nous utilisons en un seul (mobile, tablette, ordinateur portable, etc.). Entre porter un téléphone portable et un livre papier ou un portable et un ebook, la différence ne suffit pas pour que les amateurs de papier y renoncent.

Pour atteindre un appareil unique deux choses sont nécessaires:  Ajustez la taille à chaque utilisation et ayez des piles longue durée.

Quand nous avons un appareil qui peut avoir le taille d'un mobile o peut afficher vos écrans jusqu'à la taille d'un téléviseur et nous n'avons pas à dépendre du chargeur toutes les quelques heures d'utilisation, nous lirons, regarderons des films, parlerons, jouerons et naviguerons avec.

Si nous ajoutons à ces appareils realité virtuel, quand on se lasse de lire, on peut se déplacer dans le métro en visitant le MoMA à New York.

Les distances au travail ne seront plus importantes, nous aurons hâte d'être en retard.

Appareil unique ou aussi ...

L'alternative à ce type d'inventions, qui selon les experts fournit l'expérience la plus réelle et avec laquelle elles sont déjà réalisées les premiers tests est le puce dans le cerveau, mais pour le moment l'être humain la trouve beaucoup moins attractive.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Xavier dit

    J'ai un lecteur électronique depuis plusieurs années et je l'utilise pour lire des romans: c'est un genre littéraire qui peut être lu sur ce type d'appareil sans les tracas du poids et avec la commodité de pouvoir transporter tous les romans que vous voulez et modifiez la lecture comme vous le souhaitez. Mais j'ai tous les livres d'essais sur papier car il m'est plus facile de fixer des idées en rechutant sur une feuille soulignant des concepts ou en notant des notes dans la marge: cela n'a pas encore été réalisé par un e-book. Et d'un autre côté, les livres d'essais sont des livres qui valent la peine d'être lus plusieurs fois et c'est une aide inestimable de trouver ces annotations dans la marge pour réinterpréter ou réévaluer ce que l'auteur veut dire.

  2.   Alejandro Palma Zenteno dit

    Je suis heureux, en tant que lecteur de tablette, que les livres imprimés continuent d'être très attrayants à lire. Quiconque voyage en transports en commun ou souffre d'insomnie et se divertit en lisant l'appareil électronique est idéal. Amoureux des librairies et de la vérification des actualités, de la recherche sur les livres en général, une situation très particulière m'est arrivée, presque une transformation mentale parce que je n'ai plus continué avec ma bibliothèque physique, au contraire je l'ai augmentée électroniquement. Je trouve choquant de discuter de ce qui est mieux ou de ce qui est mieux, je ferais mieux d'essayer de me regarder dans mon temps, où j'ai une forte réticence à l'égard des réseaux sociaux bien que j'aie Facebook et Twitter, et cela m'inquiète de savoir où en est la lecture. Aller. La puce dans le cerveau pour lire, ou toute autre manifestation virtuelle, je pense, sera une expérience qui parviendra à sortir de la crise au niveau global - surtout générationnel - dans lequel se trouve la lecture. C'est un défi qui pointe vers un avenir qui était hier!