Michel Houellebecq a un anniversaire. 5 poèmes de son œuvre

Michel Houellebecq. Photographie: EFE Andreu Dalmau

Michel Houellebecq est né un jour comme aujourd'hui de 1958 sur l'île de la Réunion. Écrivain, essayiste et poète, est l'auteur de romans qui ont fait de lui une star des médias internationaux controversée. Mais c'est aussi l'un des conteurs contemporains plus énergiques et transgressifs. Et poète. Aujourd'hui je sélectionne 5 poèmes de son œuvre lyrique.

Michel Houellebecq

Il est né sous le nom de Michel Thomas, mais a adopté le pseudonyme de Michel Houellebecq pour sa grand-mère, qui était celle qui l'a élevé.

Il a connu un succès en 2001, avec le tout aussi acclamé comme rejeté Plate-forme. Et plus tard, avec La carte et le territoire, a eu un grand impact après avoir remporté le Prix ​​Goncourt. Mais sa plus grande controverse allé avec Soumission, où il élève une future France islamiste.

Su poésie suivre la même ligne de son récit et complète la figure de l'un des rares écrivains véritablement radicaux de la littérature contemporaine.

Dans son travail La poésie (publié par Anagrama) rassemble ses quatre livres du genre -Survivre, le sens de la lutte, la poursuite du bonheur Renaissance- et il est en version bilingue. Alternez vers libre, prose classique et poétique avec les thèmes les plus variés.

En poésie, ce ne sont pas seulement les personnages qui vivent, mais les mots.

Michel Houellebecq

5 poèmes

Mon corps

Mon corps est comme un sac bordé de fils rouges
La pièce est sombre, mes yeux brillent faiblement
J'ai peur de me lever, je me sens à l'intérieur
Quelque chose de doux, de mal, qui bouge.

J'ai détesté cette viande pendant des années
Cela couvre mes os. De surface adipeuse,
Sensible à la douleur, légèrement spongieux;
Un peu plus bas, un organe se resserre.

Je te hais, Jésus-Christ, pour m'avoir donné un corps
Les amis disparaissent, tout fuit, vite,
Les années passent, elles s'échappent, et rien ne ressuscite,
Je ne veux pas vivre et la mort me fait peur

Crack

Dans l'immobilité, le silence impalpable,
Je suis ici. Je suis seul. S'ils me frappent, je bouge.
J'essaye de protéger une chose rouge et saignante
Le monde est un chaos précis et impitoyable.

Il y a des gens autour, je les entends respirer
Et ses marches mécaniques se croisent sur le treillis.
Cependant, j'ai ressenti la douleur et la colère;
Près de moi, tout près, un aveugle soupire.
J'ai survécu longtemps. Ca c'est drôle.
Je me souviens très bien des temps d'espoir
Et je me souviens même de ma petite enfance
Mais je pense que c'est mon dernier rôle.

Vous connaissez? Je l'ai vu clairement dès la première seconde,
Il faisait un peu froid et je transpirais de peur
Le pont était cassé, il était sept heures
La fissure était là, silencieuse et profonde.

Une vie de rien

Je me sentais déjà vieux peu de temps après la naissance;
Les autres se battaient, désiraient, soupiraient;
En moi, je n'ai ressenti qu'un vague désir.
Je n'ai jamais rien eu de tel qu'une enfance.
Au fond de certaines forêts, sur un tapis de mousse,
Des troncs d'arbres dégoûtants survivent à leur feuillage;
Autour d'eux une atmosphère de formes de deuil;
Les champignons se développent sur sa peau noircie et sale.
Je n'ai jamais servi rien ni personne;
Dommage. Vous vivez mal quand c'est pour vous-même.
Le moindre mouvement est un problème,
Vous vous sentez misérable et pourtant important.
Vous bougez vaguement, comme un petit insecte.
Vous n'êtes presque plus rien, mais quel mauvais moment vous avez!
Tu emportes avec toi une sorte d'abîme
Moyenne et portable, légèrement ridicule.
Vous arrêtez de voir la mort comme quelque chose de fatal;
De temps en temps, vous riez; surtout au début;
Vous essayez en vain d'adopter le mépris.
Alors vous acceptez tout, et la mort fait le reste.

Si longtemps

Il y a toujours une ville, avec des traces de poètes
Qu'entre ses murs ils ont croisé leurs destins
De l'eau partout, la mémoire murmure
Noms de personnes, noms de villes, oubli.

Et toujours la même vieille histoire recommence,
Horizons défaits et salles de massage
Solitude assumée, voisinage respectueux,
Il y a cependant des gens qui existent et qui dansent.

Ce sont des gens d'une autre espèce, des gens d'une autre race,
Nous dansons exalté une danse cruelle
Et, avec peu d'amis, nous possédons le paradis,
Et la demande sans fin d'espaces;

Le temps, l'ancien temps, qui projette sa vengeance,
La rumeur incertaine de la vie qui passe
Le sifflement du vent, le ruissellement de l'eau
Et la chambre jaunâtre dans laquelle la mort avance.

Ce n'est pas ça…

Ce n'est pas ça. J'essaye de garder mon corps en bon état. Peut-être qu'il est mort, je ne sais pas. Il y a quelque chose à faire que je ne fais pas. Ils ne m'ont pas appris. Cette année j'ai beaucoup vieilli. J'ai fumé huit mille cigarettes. J'ai souvent mal à la tête. Pourtant, il doit y avoir un moyen de vivre; quelque chose qui n'est pas dans les livres. Il y a des êtres humains, il y a des personnages; mais d'une année à l'autre je reconnais à peine les visages.

Je ne respecte pas l'homme; cependant, je l'envie.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)