Christine Rossetti. Anniversaire de sa mort. Poèmes

Christina Georgina Rossetti Il mourut un jour comme aujourd'hui en 1894 à Londres. C'était l'un des grands poètes anglais, bien que la renommée ait été prise davantage par son frère, également poète et peintre Dante Gabriel Rossetti. Mais Christina s'est aussi démarquée par son propre mérite dans le poésie victorienne et le mouvement préraphaélite. Il s'agit d'une sélection de poèmes dans votre mémoire ou pour le découvrir.

Christina Rossetti - Poèmes

La beauté est vaine

Alors que les roses sont rouges
tandis que les lys sont si blancs,
Est-ce qu'une femme va exalter ses traits
juste pour faire plaisir ?
Elle n'est pas aussi douce que la rose
le lys est plus haut et plus pâle,
et si elle était comme rouge ou blanche
ce ne serait qu'un parmi plusieurs.

Si elle rougit en été d'amour
ou dans son hiver il devient desséché,
si elle affiche sa beauté
ou se cache derrière un faux rougissement,
elle s'habille de soie blanche ou rouge,
et il a l'air tordu ou comme du bois droit,
le temps gagne toujours la course
qui nous cache sous un linceul.

Alors ils crieront

Cela semble être une chose facile parfois
envie de chanter un jour,
mais le lendemain
nous ne pouvons même pas parler.
Soyez sincèrement silencieux
tandis que le silence s'installe ;
un autre jour nous chanterons et dirons tous les deux
Soyez silencieux, en comptant le temps
attaquer dans l'instant :
préparez-vous pour le son,
notre fin est proche.
Ne pouvons-nous pas chanter ou nous exprimer ?
Alors, en silence, prions,
et méditer sur notre chanson d'amour
pendant que nous attendons.

Chanson

Quand je suis mort mon amour
Ne chante pas des chansons tristes pour moi
Ne plante pas de roses sur ma pierre tombale
ni cyprès sombres :
Sois l'herbe verte sur moi
avec des gouttes et de la rosée, mouille-moi.
Et si vous vous flétrissez, souvenez-vous ;
Et si vous vous fanez, oubliez.

Je n'ai plus besoin de voir les ombres,
je ne sentirai plus la pluie,
je n'entendrai plus le rossignol
chanter sa douleur.
Et rêvant dans ce crépuscule
qui ne se fixe ni ne diminue,
Heureusement peut-être que je me souviens de toi
Et heureusement peut-être que je t'oublierai.

La seule certitude

Vanité des vanités, dit le prédicateur,
Toutes choses sont vanité.
L'œil et l'oreille ne peuvent pas être remplis
Avec des images et des sons.
Comme la première rosée, ou le souffle
Pâle et soudain du vent
Ou l'herbe arrachée de la montagne,
L'homme aussi,
Entre espoir et peur :
Comme tes joies sont petites,
Comme c'est petit, comme c'est sombre !
Jusqu'à ce que tout s'arrête
Dans la lente poussière de l'oubli.
Aujourd'hui c'est pareil qu'hier
Demain, l'un d'eux doit l'être ;
Et il n'y a rien de nouveau sous le soleil ;
Jusqu'à ce que l'ancienne course du temps passe
La vieille aubépine poussera sur son tronc fatigué,
Et le matin sera froid, et le crépuscule sera gris.

Près de la mer

Pourquoi la mer pleure-t-elle pour toujours?
Du ciel la fait pleurer
briser contre la frontière de la côte;
tous les fleuves de la terre ne peuvent le remplir ;
la mer boit encore, insatiable.

De simples miracles de grâce
ils se cachent dans leur lit inattendu :
anémones, sel, impartial
pétales fleuris; assez vivant
souffler, se multiplier et prospérer.

Escargots pittoresques avec des courbes, des points ou des spirales,
des êtres vivants incrustés comme les yeux d'Argos,
tous également beaux, mais tous sans égal,
ils naissent sans angoisse, ils meurent sans douleur,
et ainsi ils passent.

Rappeler

Souviens-toi de moi quand je suis parti
au loin, vers la terre silencieuse ;
quand ma main ne peut plus tenir,
même moi, hésitant à partir, je ne veux toujours pas rester.
Souviens-toi de moi quand il n'y a plus de quotidien,
où tu m'as révélé notre futur projeté :
rappelle-moi juste, tu le sais bien,
quand il est trop tard pour les consolations, les prières.
Et même si tu dois m'oublier un instant
pour me le rappeler plus tard, ne le regrette pas :
pour les ténèbres et la corruption
un vestige des pensées que j'ai eues :
tu ferais mieux de m'oublier et de sourire
que tu dois te souvenir de moi avec tristesse.

Source : Le miroir gothique


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)