"Né de la Brume I: L'Empire Final". La meilleure façon de commencer avec Brandon Sanderson.

Tout au long de ma vie, j'ai lu des centaines de livres de fantasy (épiques, sombres, urbains, etc.), car cela a toujours été mon genre préféré. Comme cela arrive souvent dans ces cas, il est arrivé un moment où toutes les histoires me semblaient les mêmes. J'ai rencontré les mêmes personnages et situations, les mêmes clichés (le voyage, l'objet numineux, le groupe, le seigneur des ténèbres, le thème du traître et du héros…). Cependant, L'empire final de Brandon Sanderson, le premier volet de sa trilogie Né de la brume (Mistborn), m'a montré que la fantaisie n'est pas morte, mais plus vivante que jamais.

Alors que j'aimais les sagas comme Chanson de glace et de feu de George RR Martinou Chroniques de l'assassin des rois de Patrick Rothfuss En leur temps, ils ne m'ont pas laissé une empreinte durable. J'ai un meilleur souvenir de Martin pour sa prose sale et réaliste (bien qu'il n'ait pas été le premier à l'utiliser dans le genre fantastique). De Rothfuss pas tellement pour son protagoniste Gary Stu à qui tout se passe bien, et dont le nombril est le centre de la création (personnellement, je trouve ce genre de personnages pesant), bien que j'admire le lyrisme de leurs textes. Bref: ce que les deux auteurs ont en commun, c'est que j'ai aimé leurs histoires, mais ils ne m'ont pas marqué. Ce n'était pas comme quand j'ai lu pour la première fois quand j'étais enfant Le Hobbit de Tolkienou Roi oublié Gudú de Ana Maria Matute. Quelque chose qui m'est arrivé, plusieurs décennies plus tard, avec L'empire final.

Cet être de lumière nommé Brandon Sanderson

Les passages à tabac ne faisaient presque plus mal parce que les abus fréquents de Reen l'avaient rendue résistante et lui avaient appris à paraître pathétique et brisée en même temps. D'une certaine manière, les coups étaient autodestructeurs. Les ecchymoses et ecchymoses guérissaient, mais chaque nouveau coup rendait Vin plus dur. Plus fort.

Je suis fasciné par beaucoup de choses sur Sanderson. Pour n'en nommer que quelques-uns, il rend le difficile aspect facile, écrit simplement mais avec précision et parvient à insuffler une nouvelle vie à un genre sur lequel l'héritage de Tolkien pèse lourdement. Mais surtout, ça me fascine que avec ses mots il excite. Cela ne vous laisse jamais indifférent. Vous sentez leurs personnages vivants, vous pouvez presque toucher le monde qu'ils habitent, aussi différent qu'il soit du nôtre, et vous ne pouvez pas arrêter de lire chapitre après chapitre. Cette passion sincère et palpable pour son travail se ressent à chaque page de L'empire final.

Depuis mille ans, les cendres sont tombées et rien ne fleurit

Parfois, je crains de ne pas être le héros que tout le monde pense que je suis.

Les philosophes m'assurent que c'est le moment, que les signes se sont accomplis. Mais je me demande toujours s'ils n'ont pas le mauvais homme. Tant de gens dépendent de moi… Ils disent que j'ai l'avenir du monde entier entre mes mains.

Que penseraient-ils s'ils savaient que leur champion, le héros des âges, leur sauveur, doutait de lui-même? Peut-être ne seraient-ils pas du tout surpris. D'une certaine manière, c'est ce qui m'inquiète le plus. Peut-être, au fond de leur cœur, ils doutent, tout comme je doute.

Quand tu me vois, vois-tu un menteur?

Pouvez-vous imaginer ce qui se serait passé si, il y a mille ans, Sauron avait gagné la guerre de l'Anneau et s'était couronné dieu-empereur de la Terre du Milieu? Cette prémisse, en gros, sert à comprendre de quoi il s'agit L'empire final si vous n'avez jamais entendu parler du livre. C'est une histoire sur combat héroïque et désespéré d'un groupe de ska (la caste inférieure des esclaves) contre les nobles et les terriblement inhumains Seigneur souverain. À propos d'une rébellion suicidaire contre la théocratie d'un empire en décomposition et de la tentative de trouver la vie sur une planète mourante.

ville luthadel, où une grande partie de l'intrigue de "The Final Empire" est développée.

Je ne m'agenouillerai pas devant un faux dieu

"Vous avez essayé," répondit Kelsier. Sa voix forte et ferme se fit entendre sur toute la place. Mais vous ne pouvez pas me tuer, Lord Tyrant. Je représente ce que vous n'avez jamais pu tuer, peu importe vos efforts. Je suis l'espoir.

L'empire final c'est bien plus qu'une histoire fantastique. C'est un livre avec l'un des systèmes magiques (allomancie) plus réaliste et mieux construit que j'ai pu lire. Il aborde également la croissance personnelle de la jeune femme. Vin, l'une des rares héroïnes à sortir des clichés du genre, et qui se révèle être une femme forte sans perdre sa féminité (comme cela arrive souvent à chaque fois qu'un auteur veut donner une épée à un personnage féminin).

Nous sommes devant un livre de hautes passions, de souffrances illimitées, d'amours tragiques, de sacrifices désespérés et d'un volonté de puissance ignifuge au milieu de la mort et de la désolation. Le travail de Sanderson est plein de héros imparfaitsComme Kelsier. Des personnages qui, par la force de leur charisme, resteront dans l'esprit du lecteur longtemps après avoir fermé la dernière page. Si vous vous ennuyez avec les romans fantastiques typiques, lisez L'empire final de Sanderson. Vous ne serez pas déçu.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.