Les meilleurs livres de Haruki Murakami

Les meilleurs livres de Haruki Murakami

Fils de deux passionnés de littérature, Haruki Murakami (Kyoto, 1949) est peut-être L'écrivain le plus célèbre du Japon au-delà des mers. Influencé pendant une grande partie de sa vie par l'art et la culture de l'Occident, une raison qui le différencie des autres auteurs japonais et l'a à son tour condamné à plus d'une critique de la part des cercles culturels de son pays, Murakami navigue dans des œuvres qui pourraient être partagé entre réalisme et fantaisie, rassemblant un fatalisme formé par la certitude que tous les actes et incidents constituent un seul destin. Celles-ci meilleurs livres de Haruki Murakami Ils nous aident à nous immerger dans le monde de l'éternel candidat au prix Nobel de littérature qui publie cette année son nouveau roman en Espagne, Tuez le commandant.

Kafka sur le rivage

Nommé "Meilleur livre de l'année 2005" par le New York Times, Kafka sur le rivage est considéré par beaucoup comme Le meilleur livre de Haruki Murakami. Au fil des pages de l'ouvrage, deux histoires se croisent, allant d'avant en arrière: celle du garçon Kafka Tamura, un nom qu'il acquiert en quittant une maison familiale marquée par l'absence de sa mère et de sa sœur, et Satoru Nakata, un vieil homme qui après un accident subi dans l'enfance, il développe la curieuse capacité de parler aux chats. Doté d'une imagination comme peu d'autres œuvres de l'écrivain japonais, Kafka on the Shore est un délice pour les sens et la parfaite démonstration des influences occidentales et orientales que Murakami orchestre avec une grande maîtrise.

1Q84

Publié entre 2009 et 2010 dans trois volumes différents, 1Q84 émule le titre de Le célèbre 1984 de George Orwell, en remplaçant le 9 qui, en écriture japonaise, équivaut à la lettre Q, tous deux homophones et prononcés comme «kyu». Le roman se déroule dans un monde dystopique et dans ses deux premiers volumes, il entremêle les histoires et les points de vue de ses deux protagonistes: Aomame, un instructeur de gymnastique, et Tengo, un professeur de mathématiques, tous deux amis d'enfance et trentenaires plongés dans un réalité qu'ils perçoivent différemment des autres. Rempli de nombreuses références à l'art et à la culture occidentaux, le 1Q84 est devenu un succès lorsque vendre un million d'exemplaires en un mois seulement.

Blues de Tokyo

En 1987, Blues de Tokyo il a été publié faisant connaître Murakami dans le monde entier. Une histoire en apparence simple mais chargée de la même complexité qui caractérise ses personnages et dont le début se déclenche lors d'un vol dans lequel le protagoniste, Toru Watanabe, un cadre de 37 ans, écoute une chanson des Beatles, La forêt Norvégienne, qui vous ramène à l'adolescence. Une période où il rencontra l'instable Naoko, la petite amie de son meilleur ami Kizudi dont le silence équivalait à toutes les pluies tombant sur la face de la Terre. Intimité orientale pure secouée par les rythmes occidentaux.

Chronique de l'oiseau qui serpente le monde

L'un des romans de Murakami qui fond le mieux les concepts de réalisme et de surréalisme il a été publié au Japon en 1994 et un an plus tard dans le reste du monde. Une histoire qui vient après la décision de Tooru Okada de quitter le cabinet d'avocats où il travaille, à ce moment-là, il reçoit un appel d'une femme mystérieuse. Dès lors, une tache bleue apparaît sur le visage du protagoniste, marquant son lien avec une dimension qui commence à inonder sa vie. Un des personnages étranges qui évoquent les nombreux conflits non résolus que Tooru traîne depuis des années.

Souhaitez-vous lire Chronique de l'oiseau qui serpente le monde?

La fin du monde et un pays des merveilles impitoyable

Bien que cela devienne un autre classique de Murakami au fil du temps, La fin du monde et un pays des merveilles impitoyable il est resté pendant des années comme une rareté dont l'essence en fait l'une des œuvres phares de l'auteur. Divisé en deux mondes et histoires parallèles, ce livre publié en 1985 se déroule dans une ville fortifiée qui représente "la fin du monde" vue à travers les yeux d'un protagoniste sans ombre, et d'un futur Tokyo, ou pays des merveilles maudit, où un informaticien travaille pour une institution en charge de trafic d’informations. Dystopie pas si loin de notre réalité.

Spoutnik, mon amour

Mystérieux et tragique, Spoutnik, mon amour il aurait parfaitement pu inspirer des séries comme Lost. Un drame raconté par un instituteur nommé K, dont le meilleur ami et béguin, Sumire, est un romancier en herbe qui se lance dans un voyage avec une femme de seize ans son aînée, Miû. Après des vacances sur une île grecque, Sumire disparaît, c'est pourquoi Miû contacte K sans savoir que, éventuellement, la disparition de la jeune femme est due à des raisons métaphysiques, à la certitude de se connecter avec une autre dimension dont elle ne peut jamais revenir. .

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

L'un de mes livres préférés de Murakami est aussi l'un des plus intimes de l'écrivain. Doté d'un fatalisme et d'une sensibilité uniques, ce roman qui tire son titre d'une chanson de Nat King Cole nous présente Hajime, un homme marié de deux filles et propriétaire d'un bar de jazz à succès dont la vie est totalement transformée après l'apparition. Shimamoto, a ami d'enfance qu'il a abandonné pour perdu et qui est un ouragan dans sa vie aussi chaud que destructeur.

N'arrêtez pas de lire Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil.

Les années de pèlerinage du garçon sans couleur

Publié en 2013, ce roman devient un «murakami classique»En racontant l'histoire de Tsukuru Tazaki, un ingénieur ferroviaire qui, paradoxalement, les regarde passer. Plongé dans une vie solitaire, la vie de ce protagoniste de 36 ans change lorsqu'il rencontre Sara, un personnage qui lui rappelle un chapitre de sa vie survenu il y a 16 ans: le moment où son groupe d'amis a soudainement cessé de parler. lui et sans raison apparente.

Souhaitez-vous lire Les années de pèlerinage du garçon sans couleur?

Quels sont, à votre avis, Les meilleurs livres de Haruki Murakami?


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Samantha Karla dit

    Aaah oui murakami. Le pédophile qui hypersexualise tous les personnages féminins dans ses «» »œuvres» »» pédophiles pseudo porno. Sûr. Voyons ses meilleures œuvres xd