Maria Sure. Entretien avec l'auteur de Tears of Red Dust

Nous avons parlé avec l'écrivain María Suré de son travail.

Photographie : Maria Sure. Profil Facebook.

Maria Sure Elle est née à Salamanque mais a déménagé à Valence; à l'âge de 21 ans et étudie l'ingénierie informatique. Elle travaille comme analyste et développeuse de ,software, mais comme il était passionné par la lecture et l'écriture, il écrit en 2014 son premier roman, la couleur du pardon. Plus tard, ils ont suivi Proyecto BEL, Huérfanos de sombra et maintenant en juin dernier, il a présenté Larmes de poussière rouge. Dans ce entretien approfondi Il nous parle d'elle et bien plus encore. Je vous remercie beaucoup votre temps et votre gentillesse pour me servir.

Maria Sure — Entretien

  • LITTÉRATURE ACTUELLE : Votre dernier roman publié s'intitule Larmes de poussière rouge. Que pouvez-vous nous en dire et d'où est venue l'idée ?

MARIA SÛR : L'idée m'est venue quand j'ai décidé de mettre le prochain roman à Valence, la ville qui m'a si bien accueilli pendant les presque trente ans que j'y ai vécu. J'ai commencé à faire des recherches sur l'histoire de la ville et j'ai découvert des histoires vraiment intéressantes qui m'ont conduit tête baissée dans l'intrigue qui se déroule dans larmes de poussière rouge. C'est très important ce qui s'est passé dans la ville au moment de la Foral Valencia moderne (XVe et XVIe siècles), dans lequel le bourreau exécutait les condamnés avec des condamnations à mort différentes selon le crime qu'ils avaient commis et leurs cadavres étaient exposés dans certains quartiers de la ville en guise d'avertissement au reste de la population.

Actuellement, il y a un jardin appelé Le jardin de Polyphile qui a été construit en hommage à l'histoire racontée dans un manuscrit très particulier du XVe siècle : Le Hypnerotomachia Poliphili (Rêve de Polífilo en espagnol). Il s'agit d'un incunable plein de hiéroglyphes et écrit en plusieurs langues, l'un d'eux a inventé. Sa paternité est attribuée à Francesco Colonne, moine de l'époque, chose curieuse si l'on tient compte du nombre de gravures à haute teneur sexuelle que contient ledit manuscrit. C'est un livre merveilleux dont plusieurs exemplaires sont conservés en Espagne, tous marqués par la censure d'une manière ou d'une autre. Certaines ont des pages manquantes, d'autres sont barrées, brûlées... L'ouvrage complet est disponible gratuitement sur Internet et je vous encourage à y jeter un œil car je pense qu'il vous plaira.

En larmes de poussière rouge, un meurtrier recrée certaines des scènes de l'époque dans lequel les détenus ont été exécutés à Valence pour avoir commis leurs crimes aujourd'hui. Le jardin de Polifilo est l'un des endroits choisis par ce meurtrier et la police devra étudier l'ancien manuscrit pour découvrir qui est derrière les morts et pourquoi.

Soit dit en passant, le titre est très important dans ce roman. Lorsque le lecteur découvrira pourquoi, il comprendra beaucoup de choses et les pièces commenceront à rentrer dans sa tête.

  • AL : Vous souvenez-vous de vos premières lectures ? Et votre premier écrit ?

MS : Quand j'étais toute petite j'aimais conteur. Mes parents m'ont beaucoup acheté. je mets la bande bandes et suivait la lecture de l'histoire tout en l'écoutant. Quelqu'un les a mémorisés. Je pense que c'est là que j'ai découvert ma passion pour la lecture. Quelques années plus tard, il dévorait tous les livres de Les cinq, que j'ai encore. Plus tard, quand j'étais un peu plus âgé, je me souviens avoir attendu avec impatience l'arrivée du Bibliobus qui traversait ma ville tous les quinze jours pour chercher tous les livres qu'il voulait lire. 

J'ai commencé à écrire quand j'avais dix ou douze ansJe ne me souviens pas très bien. J'ai écrit un roman d'aventure dans le style des Cinq. Je l'ai fait au crayon, avec des dessins des scènes les plus importantes. Il aura une trentaine de pages et j'ai encore le manuscrit plein de ratures, de fautes d'orthographe et de notes dans la marge. Je le garde très affectueusement car c'était la façon dont mon enfant moi-même imaginait déjà les histoires dans sa tête et ressentait le besoin de les mettre sur papier. 

  • AL : Un auteur de premier plan ? Vous pouvez choisir plus d'un et de toutes les périodes. 

MS : Comme il est difficile de choisir parmi tant de bons écrivains ! je lisais beaucoup Patricia Highsmith, John le CarréMême Stephen King il avait une place de choix parmi mes lectures d'adolescent. Comme auteurs plus récents, j'opterais pour Dolores Redondo, Maite R. Ochotorena, Alaitz Leceaga, Sandrone Dazieri, Bernard minierNiklas Natt et Dag, Jo Nesbo, J.D. Barker… 

Un écrivain que j'ai découvert cette année et dont j'aime beaucoup le style est Santiago Álvarez.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer? 

MS : Selon moi, le meilleur personnage de l'histoire de la littérature noire est celui de Lisbeth Salander de la série Millennium. C'est parfait. J'aime ces personnages apparemment faibles, impuissants et qui attirent souvent des prédateurs qui pensent avoir le droit d'en profiter. Des personnages qui, poussés par des circonstances qui les mettent à bout, puisent de nulle part une force intérieure qui les rend capables de déplacer des montagnes et de laisser le lecteur sans voix. 

  • AL: Y a-t-il des habitudes ou des habitudes particulières en matière d'écriture ou de lecture? 

MS : j'aime bien m'isoler de l'environnement lors de l'écriture se concentrer. Je mets mes écouteurs et j'écoute de la musique. plusieurs fois j'entends canciones qui correspondent à ce que j'écris. J'utilise une musique plus mélancolique pour les scènes tristes, ou rock pour les scènes qui demandent plus d'action. Avec le dernier roman, j'ai commencé à faire un playlist sur Spotify des chansons que j'ai le plus écoutées pendant le processus d'écriture et j'ai aimé l'expérience. Il est publié dans mon site web et accessible à tous ceux qui le souhaitent.

D'autres fois j'écoute juste sons de la nature et surtout la pluie. Ces sons me détendent beaucoup quand j'écris. Je suppose que cela dépend aussi de mon humeur du moment.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire? 

MS : J'aimerais avoir un moment préféré et pouvoir respecter les horaires, mais c'est compliqué quand on ne se consacre pas qu'à ça. Au final je cherche les lacunes et l'heure de la journée peuvent être très variés. Tôt le matin, à l'heure de la sieste, à l'aube... Le moment idéal est celui où la maison se tait et où vos personnages commencent à réclamer votre attention. J'essaie d'y consacrer quelques heures chaque jour, mais ce n'est pas toujours possible.

Avant, j'écrivais à la main et je le faisais n'importe où, mais j'ai compris que cela me prenait deux fois plus de temps que de tout retranscrire sur l'ordinateur. À présent J'écris toujours à mon bureau, mon petit coin où je suis heureuse quelques heures chaque jour.

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez? 

MS : J'essaie de lire det tout. C'est vrai que j'ai lu des romans qui n'appartiennent pas au genre noir et que j'ai adorés. Je pense qu'on aime un roman pour la façon dont il est écrit et pour son intrigue quel que soit le genre auquel il appartient. Ce qui se passe, c'est qu'au moment de choisir, je penche toujours vers le noir, tant pour la lecture que pour l'écriture. Parce que j'aime beaucoup le mystère, cette atmosphère, parfois un peu étouffante, dans laquelle se déroulent généralement ce genre d'histoires, de pousser les personnages à bout et d'explorer le côté obscur que nous portons tous en nous.

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

MS : Normalement, je combine la lecture de plusieurs romans en même temps et dans des formats différents. je lis actuellement Cville en feu, par Don Winslow sur numérique, bologne boogie, de Justo Navarro sur papier et à l'écoute le voleur d'os, par Manel Loureiro, en livre audio. De ces trois, je dois dire que l'histoire que j'apprécie le plus est la dernière.

Actuellement je suis écrire la suite de larmes de poussière rouge. J'ai eu envie de plus dans la vie de certains personnages et de nombreux lecteurs ont commencé à demander une deuxième partie. Les mêmes personnages principaux y apparaîtront, mais impliqués dans une intrigue totalement différente afin que les deux puissent être lus indépendamment.

  • AL : Comment pensez-vous que la scène de l'édition est et qu'est-ce qui vous a décidé à essayer de publier ?

MS : Le moment où nous vivons est compliqué pour la scène éditoriale et pour bien d'autres. En Espagne, près de cent mille titres sont publiés chaque année, la concurrence est donc féroce. D'eux, 86% ne vendent pas plus de cinquante exemplaires par an, afin que vous puissiez vous faire une idée de la situation. Heureusement, dans notre pays, les gens lisent de plus en plus. Le confinement a rapproché les gens des livres, mais nous sommes encore bien en deçà du reste des pays européens en termes de lecture. Plus de 35% des Espagnols ne lisent jamais. Il semble qu'il y ait une tendance à lire davantage sur papier qu'il y a quelques années et le format du livre audio joue un rôle assez important. 

Mes trois premiers romans sont auto-édités sur Amazon. C'est une bonne option pour les écrivains qui débutent car cela vous permet de faire connaître vos œuvres si vous n'avez pas d'éditeur. Le problème est que la portée que vous avez en tant qu'auto-éditeur n'a rien à voir avec ce qu'un éditeur traditionnel peut vous apporter. C'est pourquoi j'ai décidé de l'essayer avec mon dernier roman. Planeta et Maeva s'y sont intéressées et j'ai finalement signé un contrat d'édition avec cette dernière. L'expérience a été et reste très satisfaisante et j'espère continuer à travailler avec eux à l'avenir.

  • AL : Le moment de crise que nous vivons est-il difficile pour vous ou saurez-vous garder quelque chose de positif pour les histoires à venir ?

MS : Je veux penser que des mauvais moments tu peux toujours trouver quelque chose de bien. Comme dans le cas de la pandémie, qui a poussé les gens à lire beaucoup plus. En ce moment de crise où les entreprises essaient de minimiser au maximum les risques, je pense que, en le cas du monde de l'édition, il est possible que les ouvrages publiés soient plus sélectionnés et la qualité de ce qui sort sur le marché est meilleur. Quant à mon point de vue d'écrivain, je continuerai à écrire comme d'habitude, qu'il pleuve ou qu'il vente. Parce que je n'écris pas en pensant à publier une œuvre, mais à donner le meilleur de moi-même et de mes personnages à chaque instant. Ensuite, une fois terminé, nous verrons ce qu'il en adviendra. 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.