Macbeth de Shakespeare. Évolution de l'amitié de Banquo et Macbeth

Illustration de la couverture: (c) Rafael Mir. Merci, Maître Mir.

Il y a quelques jours, je passais en revue la magnifique version de Macbeth par Jo Nesbø. J'ai parlé d'un essai littéraire ce que j'ai fait pendant mes années à l'université élève de F. Inglesa qui comprenait évidemment l'étude des travaux de Shakespeare. Souligné Macbeth comme mon titre préféré et a mis en évidence ce qui à son époque m'attirait le plus vers ce classique: l'amitié entre le protagoniste et son capitaine Banquo et son évolution. Et c'est que, peut-être plus que Macbeth ou Lady Macbeth, j'aimais surtout Banquo et aussi le personnage de McDuff.

J'ai pu sauver cet essai dans un exercice de recherche féroce parmi un millier de papiers sauvés. L'original, aussi évidemment, était en saxon que j'ai traduit. Donc, avec ces humbles lignes d'étudiants écrites il y a plus de 20 ans, j'espère rapproche un peu plus cette œuvre immortelle aux lecteurs.

Introduction

L'évolution de l'amitié de ces deux personnages c'est l'un des facteurs les plus importants au début de la tragédie de Macbeth, quelle que soit l'ambition du protagoniste. Tout est une conséquence dérivée du Les prophéties des trois sorcières et la vulnérabilité de Macbeth contre eux qu'il n'est pas causé par une simple superstition, mais par cette ambition qui le pousse à tant de mauvaises actions ultérieures.

Macbeth se trompe sur le fait que les deux prophéties ont été vraies parce que cela le conduit à penser à son pouvoir d'obtenir ce qu'il veut en utilisant ses propres méthodes. Alors le fidélité, le concept le plus important de la vie de Macbeth, au roi Duncan et ses amis, dans ce cas, à banc, disparaît complètement. Macbeth est corrompu et brise tous ses serments, cesse de faire confiance à tout le monde, souvent même à lui-même.

Cependant, il s’agit de l’évolution de ce l'amitié de Macbeth et Banquo du point de vue de la seconde, bien que ce soit Macbeth qui le brise, par son ambition et sa peur, en tuant son ami.

Analyse

La structure de la tragédie de Macbeth est très simple. La grandeur du protagoniste est déjà établie: est tenté, tombe dans cette tentation et en est détruit. La même chose aurait pu arriver à Banquo. Sa loyauté envers Macbeth et son amitié auraient pu le conduire sur la même voie, voire enjamber son ami. s'il a écouté ou suivi les prophéties des sorcières sur ses enfants, qui deviendront rois, mais pas lui.

On comprend que cet accès possible au trône vous fait réfléchir, mais Banquo n'agit pas car il se rend compte que toute tentation peut se retourner contre soi et se trahir. Cependant, il aide Macbeth dans ses objectifs en restant toujours à ses côtés. Alors, La principale vertu de Banquo est la fidélité au bien et au mal, malgré le fait qu'à un moment donné, il s'en plaint et est jaloux du sort de Macbeth.

Mais pour voir comment le personnage de Banquo évolue, vous devez suivre certains points:

1. La réaction de Banquo lors de la première rencontre avec les sorcières

Avant de les rencontrer Macbeth et Banquo ont tous travaillé. Il a été prouvé courage et fierté dans la bataille contre l'armée du roi norvégien et atteint ainsi les oreilles du roi Duncan, qui décide de récompenser Macbeth avec le titre de l'un des vaincus.

Mais ensuite, après être revenu de la bataille, Banquo est le premier qui voit les sorcières et demande qui elles sont sans leur montrer sans peur. Cependant, les sorcières ne répondent que par des éloges et des présages pour Macbeth, qui reste sans dire un mot et attendre. En entendant cela, Banquo n'a toujours pas peur et, de plus, demande pourquoi ne lui sont-ils pas prophétisés des honneurs comme Macbeth et exige une réponse, montrant par le ton de ses paroles qu'il n'a pas peur:

... Je ne demande ni leurs faveurs ni leur haine, mais je n'ai pas peur d'eux.

Là, on voit que contrairement au mutisme de Macbeth, Banquo pas impressionné Avec ces messages surprenants, il questionne les paroles des sorcières. Ils vous donnent une réponse qui n'est pas si bonne pour le présent, mais pour un moment futur.

Moins gros que Macbeth et plus gros que lui!

Pas si heureux et pourtant tellement plus heureux!

Et il en sera ainsi parce que deviendra plus grand que Macbeth grâce à cette loyauté et dignité. Et bien qu'il soit assassiné, sa mort ne sera pas aussi tragique que celle de Macbeth. De plus, la prédiction d'être le parent d'une ligne d'héritage le trône s'accomplira avec son fils Fléance. Par conséquent, malgré sa mort, Banquo aura plus de chance.

Ainsi, lorsque les sorcières partent et que Macbeth pense à ce qui s'est passé et souhaite qu'ils lui en disent plus, les deux amis se demandent ce qu'ils ont vu et entendu. Ils ont un premier dialogue dans lequel ils parlent de ce qu'ils vont devenir. C'est la première étape de votre séparation future. Parce que même s'il ne s'agit que de parler de ce qui s'est passé, ils comprendront plus tard ce que cela signifie vraiment.

2. La chute possible de Banquo à la tentation des prophéties

L'ayant informé de sa nomination comme baron de Glamis et Cawdor, deux des prophéties des sorcières, Macbeth est aveuglé par l'ambition d'obtenir la couronne, puisque cela ne lui a pas été prophétisé, et il n'arrêtera pas de penser à elle. Banquo ne parlera que de l'humeur qu'il a remarquée chez son ami à partir de ce moment et lui dit suivra toujours. Macbeth, voyant cela, décide de lui parler plus tard quand tout sera plus clair et plus calme.

De ce point à assassinat du roi Duncan dans le château de Macbeth, il n'y a qu'un pas, malgré les insécurités du protagoniste, qui a besoin du courage de sa femme, Lady Macbeth, pour commettre le crime. Plus tôt, alors que Macbeth réfléchit à sa trahison, il a une autre brève conversation avec Banquo, qui est là en compagnie de son fils Fleance. Macbeth réitère que lorsqu'ils auront le temps, ils reparleront des prophéties. Banquo accepte, répétant à Macbeth qu'il est à son service et reste fidèle au roi.

Mais ils ne parleront plus et le meurtre du roi aux mains de Macbeth restera caché à tous. Donc Banquo est le premier que vous voulez clarifier les raisons de ce décès et recherchez toute conspiration possible. Ces mots vont faire paniquer Macbeth et lui faire peur.

Toutefois, Banquo commence également à soupçonner Macbeth, une fois qu'il a atteint la couronne et qu'il règne avec sa femme. Ceci est exprimé dans le court monologue qui mène la première scène du troisième acte. Banquo se réfère à la façon dont Macbeth a accompli tout ce que les prophéties lui avaient annoncé, mais craint que les méthodes de son ami soient répréhensibles et motivées par la trahison et l'ambition. Et il s'interroge à nouveau, comme lors de la rencontre avec les sorcières, sur le succès de Macbeth et non sur le sien.

… Pourquoi ne devraient-ils pas aussi être un oracle pour moi et me donner de l'espoir?

Ici encore banquo maintient une certaine confiance que ce qui a été annoncé pour lui sera accompli et maintient sa loyauté maintenant à Macbeth comme leur roi. Mais, tout comme Macbeth l'a fait, Banquo aurait pu penser à la même trahison de son ami pour cette même incompréhension des privilèges de Macbeth. Cependant, sa réaction ne va pas plus loin. Seul il se plaint du jeu déloyal de Macbeth pour s'emparer de la couronne et du pouvoir.

3. Raisons pour lesquelles Macbeth pense qu'il doit tuer Banquo

C'est là que Macbeth se sent en danger. Maintenant, il est le roi, mais il est également conscient de la façon dont il l'a réalisé et commence à ne faire confiance à rien, alors bien sûr celui qu'il craint le plus est Banquo.

Tout cela est clairement vu dans le monologue macbeth dans la première scène du troisième acte. Macbeth connaît l'intégrité de Banquo et son état d'esprit correct qui le rend très confiant. Ce sont les mots:

Il est inutile d'être souverain de cette manière; la sécurité doit m'accompagner sérieusement. Mes doutes à Banquo augmentent; et c'est précisément dans sa maîtrise de son caractère que ce que l'on peut craindre de lui; beaucoup est ce qu'il ose; et le tempérament indomptable de son esprit accompagne une santé mentale qui guide son courage pour se manifester sagement. Personne d'autre que lui ne m'intimide […].

Ainsi, Macbeth considère Banquo comme une grande menace pour son règne. D'autant plus quand il repense aux prophéties selon lesquelles, en dépit de lui donner la couronne et le pouvoir immédiat, il y a aussi une récompense pour Banquo mais beaucoup plus durable en tant que père d'une lignée royale alors qu'on ne lui en a pas parlé. Alors Macbeth se rend compte que si cela se produit, c'est parce qu'il a contribué à le réaliser, en devenant avec le trône pour le laisser aux fils de Banquo, grâce à sa propre corruption:

[…] J'ai corrompu mon âme pour les descendants de Banquo […].

En conséquence, doit couper avec cette origineJe veux dire, il doit tuer Banquo et bien sûr son fils Fléance. Macbeth le fera, mais à travers des tueur à gages à ceux qui mentent en leur disant que Banquo est leur ennemi. Si Banquo est toujours en vie, Macbeth et son royaume ne seront pas du tout en sécurité.

Banquo est assassiné, mais pas son fils. La prophétie s'accomplira et alors la tragédie commencera pour Macbeth. Cela se produit dans la quatrième scène du troisième acte, quand au banquet de Macbeth, il est informé de la mort de Banquo et de la fuite de Fleance, alors il s'inquiète à nouveau jusqu'à la fin tragique.

Dans cette même scène Le fantôme de Banquo lui apparaît, qui entre et s'assied sur le trône comme signe que vos enfants seront bientôt ceux qui l'occuperont. C'est ce qui cause le début de la folie de Macbeth. Pour certains experts du travail, ce fantôme que lui seul voit est la personnification des peurs et des terreurs de Macbeth.

Enfin

Nous pourrions trouver un troisième aspect qui est le influence que Banquo aurait pu avoir sur Macbeth. Ils sont ensemble tout le temps, et bien que Banquo reste fidèle à ses principes, il les cache également à Macbeth, car il n'est pas sûr du meurtre du roi Duncan entre ses mains pour obtenir le trône. Et, comme Macbeth, il pense aussi aux prophéties. Pourtant, Si son ami n'accède pas au trône, il ne sera pas non plus le père des rois, alors il préfère laisser les choses telles qu'elles sont. Cependant, il est possible qu'il ait pu influencer les actions de Macbeth.

En fin de compte, la évolution de cette amitié est marqué par prophéties, Par la destination et pour une grande différence dans la valeur de la ambition pour chacun des personnages.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.