Macbeth. Ambition, puissance et folie selon Jo Nesbø

Photo: capture vidéo de la présentation de Macbeth À Londres. Avec l'aimable autorisation de la page Facebook de Jo Nesbø.

Ils parleront de toi pendant des années, Macbeth.. C'est l'une des phrases que Duff (Shakespeare's McDuff) dit dans le roman qu'il a écrit Jo Nesbo à propos du barde anglais classique pour le Projet Hogarth. Et oui, nous avons déjà parlé de Macbeth 500 ans.. Mais 500 autres passeront et cette histoire universelle sur le ambition, pouvoir et trahison il continuera à être lu et versionné.

J'ai fini ce Macbeth que Nesbø a pris 2 ans. en cours d'écriture. Ça a duré pour moi jours 6, 100 pages par jour et sans vouloir s'arrêter. C'est ce qui m'arrive habituellement avec chaque livre de cet écrivain, faiblesse de mes faiblesses noires, comme le savent déjà les clients habituels d'ici. Que puis-je dire en deux mots: pur Nesbø. Alors ceux qui ne sont pas d'accord avec leur religion ou qui sont puristes du classique, ne poursuivent pas la lecture. Mais ceux qui n'ont pas de préjugés, allez-y. L'essence de la nature humaine la plus tordue mais fragile, sombre et terrible est toujours là. Et le Viking Nesbø est un maître qui le raconte.

Macbeth et moi

Au cours de mes années de collège (étudiant F. Inglesa), j'ai dû rédiger un essai sur Macbeth, mon œuvre préférée de William Shakespeare. J'ai choisi l'évolution de la relation entre lui et banquo, également général de l'armée du roi Duncan et son ami le plus fidèle. C'est ce qui m'a le plus attiré dans la pièce: une amitié qui semble inébranlable et qui est brisée par la trahison de la manière la plus cruelle due à l'ambition démesurée de Macbeth, encouragée par sa femme Lady Macbeth. J'étais aussi très attiré par Développement du personnage de McDuff.

Macbeth et Nesbø

Plus de 20 ans après avoir écrit cet essai, j'ai lu cette version et je ressens les mêmes tripes découragées avec ces personnages qu'avec le classique et pour les mêmes raisons. En d'autres termes, l'essence n'a pas changé d'un iota dans ce histoire étouffante par la pluie permanente et l'obscurité qui recouvre une ville chaotique indéterminée des années 70. Une ville noyée par la décomposition, la crise industrielle, le trafic de drogue et la pauvreté morale de ses dirigeants corrompus et des forces de l'ordre. Presque tout peut être résumé dans cette phrase:

«Peut-être que rien n'a de sens, peut-être que nous ne sommes que des phrases isolées dans un murmure éternel et chaotique dans lequel tout le monde parle et personne n'écoute, et notre pire pressentiment s'avère être vrai: nous sommes seuls. Tout seul.

C'est ainsi que tous les personnages du classique apparaissent, plus l'égoïsme, les ambitions et les traumatismes qu'ils entraînent. Ses personnages sont là aussi, mais maintenant ils le sont maires, chefs de police et policiers certains sont corrompus et d'autres qui luttent pour ne pas l'être même s'ils finissent par l'accepter. Ils sont aussi marchands de motards, barons de la drogue qui gèrent tout le monde et dont le service est le trois sorcières cuisine de potion et «pouvoir» toxique. Et ils marchent tous et se rencontrent boîtes de nuit, stations et usines abandonnées sombres, ports gris ou casinos fastueux comme Inverness où il règne Dame, l'amour inconditionnel mais aussi la folie et le destin d'un Macbeth qui est aussi ce qu'il est et ne vit que pour elle.

«Les femmes comprennent les cœurs et comment les aborder. Parce que le cœur est la femme que nous portons en nous ».

Dit-il Duff, et il le dit très bien. Parce qu'avec un développement similaire à celui de Macbeth, partager tout le rôle principal avec lui dans cette version. Voici l'ami et le soutien de Macbeth depuis qu'ils se sont rencontrés à l'orphelinat quand ils étaient jeunes et avaient perdu leur famille. Ils partagent également moments beaucoup plus sombres et, en tant qu'adultes et devenus policiers, ils finissent par s'éloigner de l'égoïsme et du désir de promotion de Duff, du manque d'ambition et même de la naïveté de Macbeth et d'une femme, celle de Duff (Meredith), dans un triangle amoureux important pour l'intrigue.

Ce seront elles, les femmes, qui marqueront le destin des deux, comme elles le font aussi dans le classique. Duff perdra sa femme et Macbeth finira par être emporté par l'ambition et aussi la folie de Dame, qu'elle rencontre dans une scène magistrale d'une opération de police dans le casino qu'elle dirige. Plus âgé que lui, éblouissant, dérangeant et profondément traumatisé, le destin les unit irrémédiablement Ce qui lui manque, elle le compense amplement et sans scrupules. Et il le condamne également. Ou non.

"Nous ne devenons jamais quelque chose que nous ne sommes pas déjà." Macbeth

Oui, il le sait déjà. Tout pour le peuple, pour le peuple et avec le peuple, parce qu'il est de la ville. Il n'a ni le sang ni l'éducation ni n'appartient à l'élite qui est, ou prétend être, Duff ou le chef de police Duncan, ou le maire. Mais cela l'amène à la paradoxe de devenir un meurtrier. Laissez-vous emporter par l'ambition induite.

Pouvez-vous lire ce Macbeth sans connaître le classique shakespearien?

Bien sûr. Sans complexes.

Ceux d'entre nous qui l'ont lu ou vu dans tant d'adaptations cinématographiques, c'était le dernier, on trouve tout le classique: sorcières, malédictions, sabres, poignards, fantômes, prédictions et beaucoup de style presque de langage théâtral. Il y a aussi tous les personnages de Duncan le gardien du château (ici un marchand très pertinent pour l'histoire) passant par le nobles mais en élargissant et en croisant leurs histoires dans un puzzle de style Nesbø. Il y a aussi ceux enchaînement et rebondissements de la scène de la marque maison qui parviennent à vous faire douter même en connaissant bien l'argument.

Les plus réticents à la lecture de classiques (ou Shakespeare), dont les vers et le style leur sont difficiles même s'il s'agit d'une œuvre courte, dois découvrir (ou pas) dans ces Pages 638. Ils ne manquent pas du sang, ni de la violence en abondance. Et ils ont de l'intrigue, de l'action, de la folie et une fin spectaculaire avec cette touche presque fantastique que Nesbø n'abandonne pas non plus. Il vous a jeté des miettes de pain tout le temps et là vous vous retrouvez, admirant comment il résout cela prédiction ce que Macbeth croit qu'il n'y aura pas d'homme né d'une femme qui puisse le tuer. Alors cette cicatrice Duff signifie tout. Et tu vas à Fléance vengeant son père et tu pleures encore pour le grand banc, ici aussi devenir un père de Macbeth plus qu'un ami.

Finalement…

Pour tous. Amateurs de romans policiers, classiques, Shakespeare, Nesbø et tout simplement de belles histoires qui peuvent être racontées de plusieurs manières.

Quelques phrases supplémentaires

  • «Le désir d'être aimé, la capacité d'aimer donnent de la force aux gens, en plus d'être leur talon d'Achille. Donnez-leur l'espoir d'avoir de l'amour et ils déplaceront des montagnes; enlevez-le et un souffle de brise les renversera. " Hécate
  • «Ce sont vos qualités qui vous ont abattu, votre manque de cruauté. Duff.
  • Vous avez toujours su, toute votre vie, que vous êtes voué à perdre à la fin. Cette certitude a été et est vous, Macbeth. Duff
  • "Je suis devenu un meurtrier pour que personne ne puisse salir le nom de la police, c'était pour la ville, contre l'anarchie." Macbeth

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)