Ma sélection de livres de l'année. Une critique

2021 se termine. Encore une année de lecture, moins qu'elle n'aurait pu l'être, mais toujours nécessaire. Cependant, c'est peut-être mon âge, mais depuis un moment maintenant mon doigt sur la tablette et mes mains sur le papier ne tremblent pas quand j'en ai commencé une et cela ne m'a pas convaincu. Avant de faire l'effort et de l'achever. Je sais ce que c'est que d'écrire un livre et les heures et le processus laborieux de production et de promotion pour l'amener au lecteur. Mais maintenant... De toute façon, ce qui a été dit, ce sera l'âge et sachant aussi qu'il n'y aura pas de temps matériel pour lire tout ce que vous voudriez. Cette sélection de livres est purement personnelle, pour être clair, mais je soulignerai également quelques autres qui ont été publiés auparavant. Espérons que l'année prochaine continuera à nous apporter de bonnes histoires. Joyeux 2022!

Tout d'abord, disons que, grâce à la récupération Foire du livre Madrid, j'ai pu saluer et féliciter certains de ces auteurs pour ces histoires choisies, comme Domingo Villar, Daniel Martín Serrano ou Iñaki Biggi.

Lectures de l'année

Le Royaume - Jo Nesbø

Il s'agit de la titre international avec lequel je reste. Petite surprise, étant donné que la paroisse régulière qui me lit sait de loin que Jo Nesbø est ma faiblesse.

Insomnie -Daniel Martin Serrano

Et c'est le titre national que je souligne de cette année. Un début dans le roman - non littéraire - de ce scénariste, auteur et enseignant qui n'a pas pu mieux débuter.

La danse des fous - Victoria Mas

J'ai eu une édition non vénale en cadeau d'un ami et je l'ai récupéré un après-midi. extraordinaire roman de l'écrivaine française Victoria Mas qui a touché mon cœur et j'ai recommandé toute l'année. Pour sa force, sa dénonciation et son portrait social d'une époque.

Quelques histoires complètes - Domingue Villar

Ce n'est pas une nouvelle que quelque chose que Domingo Villar écrit est bon, sous la forme d'un roman de 600 pages ou d'un histoires comme ceux-là. Avec des illustrations aussi magnifiques que seuls des amis peuvent vous en faire, le résultat est une lecture d'après-midi qui vous remplit de fantaisie, émotion et nostalgie.

Mourir en novembre - Guillermo Galvan

A Carlos Lombardie, Guillermo Galván, l'ancien policier devenu détective dans le Madrid d'après-guerre, je l'ai rencontré l'année dernière et je l'ai adoré. Cette troisième histoire a aussi. Et plus que par ses intrigues, cette trilogie se démarque pour moi par ses cadre exquis de ce Madrid des années quarante et du richesse de style dans votre écriture.

Blacksad 6. Tout tombe, première partie - Juanjo Guarnido et Juan Diaz Canales

Vingt ans d'amour pour cette série de romans graphiques —avec seulement 6 titres— et un détective aussi classique que choquant John Blacksad, ce grand protagoniste de chat anthropomorphe noir. Son sixième récit ne déçoit pas et le 22 nous apportera sa vente aux enchères.

Remarques spéciales

  • Projet Moses - Iñaki Biggi

J'ai commencé l'année avec lui et je ne pouvais pas faire mieux. Un grand hommage de cet écrivain de Saint-Sébastien à ces histoires de films de guerre qui se déroulent dans la deuxième Coupe du monde avec des titres tels que Douze de la potence (votre référence la plus claire) ou Les canyons de Navarone.

  • Le garçon aux bobines - Père Cervantes

Émouvant et durable à la fois ce roman au magnifique portrait de la Barcelone d'après-guerre, avec aussi un hommage au cinéma, un grand protagoniste et l'un des meilleurs et des plus terribles méchants du genre.

Et Manuel Bianquetti

Hé bien oui. Toute une découverte pour moi d'avoir lu La manœuvre de la tortue y La tragédie du tournesol et découvrez son protagoniste, l'énorme Manuel Bianquetti dans tous les sens créé par Benito Olmo. Lu (ou plutôt dévoré) en un peu plus d'une semaine, Bianquetti s'est glissé dans cette liste très exclusive de protagonistes du genre qui sont pris instantanément un morceau de mon coeur plus noir. Cette année, j'ai aussi lu vos nouvelles, Le grand rouge, avec un autre protagoniste charismatique. Mais je reste définitivement avec Bianquetti.

Aussi, le meilleur a été avoir pu te dire personnellement a Benito Olmo et savoir ce qu'il y aura version film déjà en production et avec une distribution qui, bien sûr, correspond au moins à mon iconographie imaginée.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)