Les chiens durs ne dansent pas. Les grandes salopes de la vie d'Arturo Pérez-Reverte

Photographie d'Arturo Pérez-Reverte. Agence EFE

Pour un bon lecteur, rien de tel que l'enchaînement de livres qui ils atteignent l'âme et enlèvent les tripes. Que j'ai fait dernièrement en mangeant le colossal Macbeth de Jo Nesbø en six jours et dévorant ce phénoménal Les chiens durs ne dansent pas de Arturo Pérez-Reverte en deux. Deux jours de larmes à la fois du rire et de l'humour et du naufrage le plus absolu du cœur.

Deux jours à devenir un chien, dans mon cas, une chienne. Deux jours de émotion pure que tous ceux d'entre nous qui ont vécu ou qui ont vécu avec un comprendront au-delà de ces mots et du livre. Nous tous, qui savons comment ils peuvent être, vous emmènent et fabriquent ces animaux. Je vais résumer la critique dans cette phrase. Don Arturo, arrêtez Falcos, Evas et autres histoires et Suivez ce nègre et tous ses amis et ennemis. Pour moi, ils sont déjà inoubliables.

J'ai déjà écrit plusieurs articles sur les chiens. Source d'inspiration, personnages littéraires, les projets social avec eux impliqués… Alors quand j'ai vu ce nouveau roman de l'un de mes écrivains préférés, je n'ai pas douté un seul instant que je l'aimerais. Et il en a été ainsi.

A Arturo Pérez-Reverte Je le suis depuis de nombreuses années. M'a fasciné avec Alatriste, J'étais ravi de L'ombre de l'aigle, J'ai fini de conquérir avec La lettre sphérique et il m'a fait rire mille fois avec son Jodía Pavia ou Cap Trafalgar. Cela m'a aussi ennuyé avec Le siège et il n'a pas fini de me convaincre avec sa série de Falco, mais je suis habitué à leur Articles du dimanche et je suis entré dans plus d'une serpillière pour leur cause. Pour un grand honneur, je dois dire. Et quand il s'agit de questions de chiens nous sommes entièrement d'accord.

J'ai presque toute sa bibliothèque, bien que j'aie quelques titres à lire. Aussi ses recueils de compilation de ses articles. Le dernier était Chiens et fils de putes. Par conséquent, quand j'ai vu cette histoire, je n'ai pas hésité et, comme je l'ai dit, J'étais excité.

30 jours avec le noir

Dédié aux chiens qu'il a possédés, Pérez-Reverte dit avoir écrit ce livre en un mois. Et je le crois parce que cela m'est arrivé aussi. Parfois Les histoires nous viennent soudainement ou elles existent depuis un certain temps et nous savons que nous devons les écrire. Et ils sortent seuls, sans presque réfléchir. Parce qu'ils nous touchent d'une manière spéciale et qu'il nous suffit de les éliminer. De plus, nous savons que nous réussirons. C'est le cas. Une histoire courte et ronde.

Amitié, justice, cruauté, amour et loyauté

La phrase cervantine de Le colloque des chiens Avant de commencer, tout est dit. Puis Pérez-Reverte devient le Noir, un chien bâtard, un croisement entre un dogue espagnol et un rameur brésilien, qui nous parle en première personne avec sa langue de chien (fermez votre nez, donnez-moi une patte ...). Et nous connaissons son histoire pendant que nous sommes dans le Auge de Margot, une salope argentine.

Vieux chien de combat clandestin, Negro a déjà huit années et ce que nous apprécions et ressentons le mieux, c'est que est fatigué et une vie très dure a également pu le bouleverser. Mais respecte ses principes et sa loyauté. J'ai déjà lu que c'est un Alatriste à quatre pattes. Peut-être. J'ai simplement reconnu que ce personnage qui m'attire inévitablement a deux, quatre ou huit pattes.

Le fait est que deux amis ont disparu, Teo et Boris el Guapo, et les clients réguliers de l'auge, y compris un chien philosophe nommé Agilulf, ils commentent le sort incertain auquel ils ont pu faire face. Teo, en outre, était le meilleur ami de Negro et bien qu'ils soient séparés par une série de circonstances, y compris un triangle amoureux, l' Black regarde sur le devoir de les chercher. Il a une bonne idée de ce qu'ils auraient pu devenir et frissonne rien qu'en y pensant.

Chiens policiers, néo-nazis, huppés, trafiquants ...

La galerie de personnages Celles que Negro rencontre sont très diverses, comme leurs histoires. Margot Avec son accent argentin, l'élégant setter irlandais Dido, sommet du triangle sentimental, le fou et le phénoménal Mortimer (un drôle de teckel), qui guide notre héros vers la terrible Cañada Negra, ou Helmut et ses hommes de main (néo-nazis Doberman sans cervelle). Et ils sont aussi Snifa et Fido, chiens policiers.

Ressortir Tequila, un xoloitzcuintle mexicain à la tête du chien le plus dangereux «cartel» et qui les a très bien placés, avec un conseiller, Rufus, qui est un lévrier espagnol dont j'ai l'histoire et les images comme des souvenirs tristes et choquants de ma propre enfance.

Et puis il y a le pauvres misérables enlevés ou abandonnés qui finissent entre les mains de ces animaux sauvages à deux pattes qui les enferment dans des cages et les utilisent comme chiens de combat ou comme combat. Les histoires du labrador chocolat abandonné nommé Thomas et le petit Coucou, un vigneron terrifié, secouer l'âme.

Pour aggraver les choses, nous étions un petit vigneron de 11 ans, très courageux et intelligent comme on l'appelait Chiqui. Et tu as toujours le nôtre Coucou, une croix pékinoise, qui a déjà 16 ans. Les deux étaient Moutons de rue de Manchego qui ont survécu à l'abandon et aux mauvais traitements, mais qui les ont recherchés jusqu'à ce qu'ils nous trouvent. Alors, imaginez, M. Reverte, quelle lecture de ce chapitre de Duel dans la Barranca.

«Plus mili que le chien de Gladiateur«

Parce que oui, il y a des larmes, mais Ils sont aussi risibles, rires inévitables cela prend tous les regards dans le train dans lequel vous lisez. Parce qu'il est impossible d'arrêter de rire avec ce drame de Boris le Beau au chapitre 8. De l'anthologie. Ou en cela partie finale où cette phrase ci-dessus semble décrire le dernier des adversaires du nègre, un beau (Berger français). Je dois transcrire ce dialogue d'argot boxeur entre eux.

«Date pog muegto, peggo espagnol,» grogna le gabacho, doucement mais clairement.

"D'abord tu vas sucer ma prune," répondis-je. Putain de franchise.

Il cligna des yeux de confusion.

-Le cigare?

-La bite, crétin.

Mais il y en a tellement comme ça, ou si politiquement incorrect ou inversé, que ceux d'entre nous qui ne sont pas des demi-mesures ou qui le prennent avec du papier à cigarette doivent apprécier oui ou oui.

Je suis spartacus

Nous avons tous voulu être Spartacus quelque fois. Et ainsi ça finit Teo, l'autre protagoniste, le miroir inversé en noir ou transformé (supposément) par les humains en cela tueur redouté, ce monstre créé par le maître qui l'est habituellement. Mais qu'en fin de compte il se révolte, se venge, se libère et parvient à vivre et à jouir, même si ce n'est jusqu'à la fin, de cette liberté et de l'instinct le plus primitif. Comme plus d'un de nous aimerait le faire dans la vie. Ou rendre justice comme celle des animaux.

Alors ...

Pour les humains, pour les chiens, pour tout le monde. Vous devez le lire. Sans complexes, sans demi-mesures, avec du sang, avec des larmes, avec de la tristesse, avec de la douleur, mais aussi avec espoir, humour, tendresse, respect et amour. Mais seuls ceux d'entre nous qui ont des chiens et en ont eu toute leur vie apprécieront vraiment ce merveilleux roman.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.