74 livres recommandés par Borges

Bibliothèque personnelle de Borges

En 1985, le Maison d'édition argentine Hyspamérica, a publié ce qui serait la bibliothèque personnelle de Borges. Cette bibliothèque comprendrait le 74 livres recommandés par Borges, qui les a une fois lus, a tellement fasciné l'auteur argentin qu'il a voulu les recommander ouvertement à tous les amoureux de la littérature.

Borges lui-même était en charge de la réalisation du prologues à ces 74 titres. Il voulait atteindre 100 ans, mais malheureusement en 1988, il est mort d'un cancer du foie.

Dans cette sélection de livres, Borges ne suivait aucun type de paramètre, mais c'était une liste totalement disparate, qu'il ne souhaitait partager qu'avec tout le monde. Certains de ses mots étaient:

Que les autres se vantent des livres qu'on leur a donnés à écrire; Je me vante de celles qu'on m'a donné à lire ... Je souhaite que cette bibliothèque soit aussi diversifiée que la curiosité insatisfaite qui m'a conduit et continue de me conduire à l'exploration de tant de langues et de tant de littératures. "

Bibliothèque personnelle de Borges

  • Julio Cortazar: "Histoires"
  • "Évangiles apocryphes"
  • Franz Kafka : "Amérique" et nouvelles
  • Gilbert Keith Chesterton : "La croix bleue et autres histoires"
  • Maurice Maeterlinck : "L'intelligence des fleurs"
  • Dino Buzzati : "Le désert des Tartares"
  • Henrik Ibsen : "Peer Gynt", "Hedda Glaber"
  • José Maria Eça de Queiroz : "Le mandarin"
  • Léopoldo Lugones : "L'Empire jésuite"
  • André Gide : "Les faux sacs à main"
  • Herbert George Wells : "La machine à remonter le temps" y "L'homme invisible"
  • Robert Graves : "Les mythes grecs"
  • Fyodor Dostoïevski: "Les démons"
  • Edward Kasner et James Newman: «Mathématiques et imagination»
  • Eugène O'Neill: "Le Grand Dieu Brown" y "Étrange interlude"
  • Herman Melville : "Benito Cereno", "Bily Budd" y «Bartleby, le greffier»
  • Giovanni Papini : "Le quotidien tragique", "Le pilote aveugle" y "Des mots et du sang"
  • Arthur Machen : "Les trois imposteurs"
  • Fray Luis de León : "Chanson des chansons" y "Exposition du Livre de Job"
  • Joseph Conrad : "Cœur des ténèbres" y "Avec la corde autour de son cou"
  • Oscar Wilde : "Essais et dialogues"
  • Henri Michaux : "Un barbare en Asie"
  • Hermann Hesse : "Le jeu des abalors"
  • Enoch A. Bennett : "Enterré vivant"
  • Claudio Eliano : «Histoire des animaux»
  • Thorstein Veblen : "Théorie de la classe de loisirs"
  • Gustave Flaubert : "Les tentations de saint Antoine"
  • Marco Polo: "La description du monde"
  • Marcel Schwob : "Des vies imaginaires"
  • George Bernard Shaw: "César et Cléopâtre", "Le commandant Barbar" y "Candidose"
  • Francisco Quevedo : «La Fortuna avec les cerveaux et l'heure de tous» y "Marco Bruto"
  • Eden Phillpotts : Les Redmayne Reds
  • Soren Kierkegaard : "Peur et tremblement"
  • Gustav Meyrink : "Le Golem"
  • Henri James : "La leçon du professeur", "Vie privée" y "La silhouette sur le tapis"
  • Hérodote: "Les neuf livres d'histoire"
  • Juan Rulfo : «Pedro Paramo»
  • Rudyard Kipling : "Histoires"
  • Daniel Defoe : "Moll Flanders"
  • Jean Cocteau : "Secret professionnel et autres textes"
  • Thomas de Quincey : "Les derniers jours d'Emmanuel Kant et autres écrits"
  • Ramón Gómez de la Serna : «Prologue à l'oeuvre de Silverio Lanza»
  • Antoine Galland : "Les milles et une nuit" (sélection)
  • Robert Louis Stevenson : "Les nouvelles nuits arabes"
  • Léon Bloy: "Le salut par les juifs", «Le sang des pauvres» y "Dans l'obscurité"
  • Bhagavad-Gita. "Poème de Gilgamesh"
  • Juan José Arreola : "Contes fantastiques"
  • David Garnett : «De la dame au renard», "Un homme au zoo" y «Retour du marin»
  • Jonathan Swift : "Les voyages de Gulliver"
  • Paul Groussac : "Critique littéraire"
  • Manuel Mujica Láinez : "Les idoles"
  • Juan Ruiz : «Livre du bon amour»
  • William Blake : "Poésie complète"
  • Hugh Walpole: «Dans le carré sombre»
  • Ezequiel Martínez Estrada : «Œuvre poétique»
  • Edgar Allan Poe: "Histoires"
  • Publio Virgilio Marón : "L'Enéide"
  • Voltaire : "Histoires"
  • J.W Dunne : "Une expérience avec le temps"
  • Attilio Momigliano : "Essai sur Orlando Furioso"
  • Guillaume James : "Les variétés de l'expérience religieuse" y "Etude sur la nature humaine"
  • Snorri Sturluson : «Saga d'Egil Skallagrimsson»

Bibliothèque personnelle Borges2

Si vous souhaitez lire ces prologues cliquez ici. Il y a un total de 72 pages où Borges donne plus que des raisons de lire ces livres. Si vous êtes un fidèle disciple de cet écrivain et de son œuvre, vous ne pouvez pas arrêter de lire ce bref Biographie de Borges dans lequel nous passons en revue à la fois la vie et la carrière littéraire de l'auteur de Buenos Aires.

Prologue de Borges aux "Contes" d'Edgar Allan Poe

A titre d'exemple et d'anticipation, nous vous laissons le prologue que Borges a écrit aux Contes écrits par le maître de la terreur, Edgar Allan Poe. Profites-en!

La littérature d'aujourd'hui est inconcevable sans Whitman et sans Poe. Il nous est difficile d'imaginer deux personnes plus diverses, sauf que chaque homme est diversifié. Edgar Poe est né en 1809 à Boston, une ville qu'il détesterait plus tard. Orphelin à deux ans, il a été adopté par un commerçant, M. Allan, dont le nom de famille était son deuxième prénom. Il a grandi en Virginie et a toujours été connu du Sud. Il a fait ses études en Angleterre. Un monument de son long séjour dans ce pays est la description d'une école à l'architecture si curieuse qu'on ne sait jamais à quel étage elle se trouve. En 1830, il entra à l'Académie militaire de West Point, d'où il fut expulsé en raison de son penchant pour le jeu et la boisson. Agressif et névrosé de nature, il a néanmoins été un travailleur acharné et nous a laissé cinq volumes généreux de prose et de vers. En 1835, il épousa Virginia Clemm, âgée de treize ans. En tant que poète, il est moins apprécié dans son pays d'origine que dans d'autres parties du monde. Son célèbre poème "The Bells" a conduit Emerson à le surnommer le jingle man. Il s'est brouillé avec tous ses collègues; il a ridiculement accusé Longfellow de plagiat. Lorsqu'il fut appelé disciple des romantiques allemands, il répondit: «L'horreur ne vient pas d'Allemagne; cela vient de l'âme. Il a toujours abondé en «apitoiement sur lui-même» et son style est interjectif. Ivre, il est mort dans la salle commune d'un hôpital de Baltimore. En délire, il répéta les mots qu'il avait mis dans la bouche d'un marin mort, dans une de ses premières histoires, au bord du pôle sud. En 1849, lui et le marin moururent ensemble. Charles Baudelaire traduisait tout son travail en français et le priait tous les soirs. Mallarmé lui a consacré un sonnet célèbre. D'un seul récit de sa datation de 1841, "Les meurtres dans la rue Morgue", qui apparaît dans ce volume, vient tout le genre policier: Robert Louis Stevenson, William Wilkie Collins, Arthur Conan Doyle, Gilbert Keith Chesterton, Nicholas Blake, et tant d'autres. De sa littérature fantastique, rappelons-nous "Les faits dans le cas de M. Valdemar" "Une descente dans le Maelström", "La fosse et le pendule", "Ms. Trouvé dans une bouteille »et« L'homme de la foule », tous d'une invention inouïe. Dans «La philosophie de la composition», le grand romantique déclare que l'exécution d'un poème est une opération intellectuelle et non un don de la muse.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   diana watts dit

    Merci pour ce bijou!!!