Prix ​​Planeta 2018: Nous dévoilons l'intrigue des œuvres finalistes.

Conférence de presse du Prix Planeta 2018: Ce sont les 10 romans dont le lauréat et le finaliste.

Conférence de presse du Prix Planeta 2018: Ce sont les 10 romans dont le lauréat et le finaliste.

Aujourd'hui, le président du groupe Planeta et le jury de la Prix ​​Planète 2018 ils / elles ont dévoilé l'intrigue de les 10 romans finalistes lors d'une conférence de presse tenue au Palacio de San Pau, à laquelle était présente Actualidad Literatura.

Cette année 2018, le thème des romans finalistes a pris une tournure importante après 65 éditions du Prix Planeta. Le roman historique et la guerre civile cèdent cette année la place aux romans avec des protagonistes féminines. Dans les dix finalistes, on trouve des romans policiers de toutes sortes (avec humour, avec science-fiction, psychologique et historique) et plus de science-fiction que jamais. Il en va de même pour les romans finalistes:

Au revoir, par Sandra Glaser (pseudonyme)

Une saga familiale au rythme effréné. Une histoire de lutte, de dépassement et de survie de trois générations de femmes d'une même famille, poussées à la folie par une figure masculine impitoyable, et où la narratrice tente de comprendre son passé pour se réconcilier avec le présent.

Violence de genre de Paulina Ayerza (pseudonyme)

Un roman transgressif, avec des histoires lesbiennes et une fin choquante. Après avoir appris la mort de la femme qui était autrefois son grand amour, un peintre argentin vivant à Paris raconte l'épreuve qu'elle a traversée et les relations difficiles de domination et de rejet social qui s'établissent entre les deux.

Regardant un ciel silencieux, par Elena Francis (pseudonyme)

Thriller de science-fiction. Une lumière mystérieuse, pour laquelle les scientifiques ne peuvent trouver aucune explication, apparaît dans le ciel. Cependant, les conséquences se manifestent rapidement: des personnes diverses à travers le monde commencent à partager des souvenirs, à faire des cauchemars et à se connecter pour la vie.

The Rise, de James Sussex (pseudonyme)

L'ascension fulgurante d'une femme dans un monde d'hommes plongés dans la lutte pour le pouvoir politique et qui pensent que le leadership n'appartient qu'à eux. La protagoniste manœuvrera habilement pour atteindre ses objectifs.

L'art de l'évasion, par Daniel Tordera.

Dystopie de science-fiction dans laquelle quatre vieilles connaissances se réveillent dans une pièce fermée avec une seule boîte. A l'intérieur, un pistolet, trois balles et une note, qui annonce qu'un seul d'entre eux peut survivre, ils doivent être d'accord, décider qui restera en vie et se suicider ensuite.

L'ombre des cerisiers, par Ariane Onna (pseudonyme)

Dans une ville du Pays basque français, un événement terrible se produit qui choque tout le monde: qu'est-ce qui peut conduire une femme apparemment heureuse à mettre fin à ses jours et sa fille qui a un peu plus d'un an? C'est le mystère que le narrateur tentera de révéler, en se plongeant dans l'étouffement et la solitude qu'implique la maternité.

Les perdants, par María Díez García

Histoire de deux personnages antagonistes qui se croisent et s'entremêlent sans qu'ils le sachent. Lui, tueur à gages de profession et qui, en dehors de son travail particulier, mène une vie normale; elle, un détective privé spécialisé dans les infidélités et enquêtant sur une affaire de meurtre.

Le palais moderniste de San Pau: scène d'honneur pour la présentation des œuvres finalistes du prix Planeta 2018.

Le palais moderniste de San Pau: scène d'honneur pour la présentation des œuvres finalistes du prix Planeta 2018.

Le compagnon d'Hatchepsout (pseudonyme)

Roman policier historique. Valence, S. XVI: une femme trouve le premier codex d'échecs moderne du monde. New York, XNUMXe siècle: un médecin est impliqué dans la recherche de ce codex. L'enquête la mènera à Valence, où elle découvrira son sombre passé et son présent trouble.

Angela par Leticia Conti Falcone

Cette écrivaine bien connue sort de son genre habituel avec un roman policier classique à la Raymond Chandler. La mort d'un jeune uruguayen, dédié à la correction de textes et à l'écriture d'histoires noires, fait revenir le commissaire Piedrahita à l'action, découvrant que la femme était en fait empoisonnée. Mais qui avait des raisons de la tuer?

L'amant de la veuve noire, par Ray Collins (pseudonyme)

Roman noir avec une touche d'humour. Un promeneur de chiens argentin est impliqué dans l'affaire de la veuve noire, un vengeur qui assassine des clients prostitués. Il se méfie de plusieurs femmes mais finit par découvrir qu'il ne s'agit que d'une couverture pour les entreprises louches auxquelles son défunt frère était lié.

Laquelle de ces œuvres sera lauréate et finaliste du Prix Planète 2018? Les paris sont autorisés. Demain 15 octobre 2018, jour de sainte Thérèse, comme tous les mois d'octobre depuis 65 ans, en hommage à Teresa, l'épouse du fondateur, le mystère sera dévoilé.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.