Grupo Planeta ferme le cercle des lecteurs

Planet ferme le cercle des lecteurs.

Planet ferme le cercle des lecteurs.

La numérisation a envahi tous les domaines de la vie quotidienne de l'humanité. Le contexte actuel oblige les entreprises et les personnes à vivre dans un environnement en constante transformation. C'est précisément L'argument du Grupo Planeta pour justifier la fermeture du Círculo de Lectores.

Plus précisément, la déclaration de l'éditeur fait référence à au «changement d'habitudes de consommation des citoyens issu de la forte implémentation des nouvelles technologies». La soi-disant révolution industrielle 4.0 a radicalement modifié l'économie; la concurrence est plus féroce que jamais.

Internet établissant les normes

Internet fixe les règles de tout: commerce mondial, communication, moyens d'interaction, stratégies pédagogiques ... Il n'est donc pas surprenant que le Círculo de Lectores soit passé de plus d'un million et demi d'abonnés à la fin du siècle dernier à environ 300.000 XNUMX au moment de sa fermeture.

La fin d'un club avec plus d'un demi-siècle d'histoire

Le Círculo de Lectores a été acquis par Grupo Planeta en 2010. A cette époque, ils avaient déjà développé plusieurs projets dont l'intention était de s'intégrer dans le commerce électronique et de profiter des applications de l'ère numérique. Cependant, ces stratégies n'ont pas fonctionné principalement en raison de l'avancement imparable de géants de la technologie comme Amazon.

Peu importait qu'il s'agisse d'un club de longue date fondé en 1962, le maintenir plus longtemps n'est pas rentable. Depuis 2016, il a enregistré une perte annuelle moyenne de près de 15% sur le chiffre d'affaires et en 2018 une augmentation de capital de 6 millions d'euros a été nécessaire.

Face à l'incapacité d'attirer de nouveaux partenaires, Grupo Planeta a sérieusement envisagé un changement vers un modèle d'entreprise plus adapté aux temps nouveaux. De nombreux Espagnols manqueront le plus grand club de lecture de leur pays, ainsi que ses nombreux agents agréés, catalogues, forums Internet et espaces pour ses abonnés dans les librairies.

Le même burofax qui a annoncé la fermeture du Cercle des lecteurs offre une faible lueur d'espoir à ses membres les plus fidèles. Dans l'un de ses paragraphes, il lit: "cinquante mille choses ont été essayées pour améliorer ce modèle, mais il a été décidé de fermer la structure commerciale, de ne pas fermer Círculo, pour entrer dans un processus de la future structure (pas encore étudiée). "

Alors, est-ce la faute des nouvelles générations?

Le plus simple serait de penser que les "changements dans les habitudes de consommation" sont dus au fait que les nouvelles générations lisent moins que leurs parents. Cependant, en analysant plus en détail les raisons de la fermeture de Círculo de Lectores, il est évident que la cause fondamentale est une carence dans les stratégies de marketing et de promotion sur les plateformes numériques. Ils ne se sont pas adaptés à temps.

La première information évidente est le préjugé qui existe autour du soi-disant Millénaires (personnes nées entre 1980 et 1995) et génération Z (née après 1995). Car, contrairement à la tendance attendue depuis des générations stigmatisées comme individualistes et désintéressées, la Millénaires Ce sont des lecteurs voraces.

La nouvelle tendance est les "booktubers".

La nouvelle tendance est les "booktubers".

En fait, le portail Biz! Republic Magazine (2019) a rapporté que rien qu'aux États-Unis «80% des jeunes adultes de 18 à 35 ans ont lu un livre quel que soit son format au cours de la dernière année, dont 72% qui ont lu une copie papier ». La même source indique que les Américains acquièrent en moyenne un à cinq livres par an.

De même, Cerezo (2016) déclare dans sa publication Génération Z et informations que les changements culturels sont beaucoup plus rapides aujourd'hui. Ce n'est plus une question de décennies. L'auteur déclare: "L'une des grandes nouveautés qu'apporte la transformation actuelle est sa vitesse d'expansion, dont l'impact est immédiat et simultané dans différentes parties de la planète."

Les clubs de lecture sont maintenant des booktubers

Le portail Ecoosfera (2019) décrit la génération Y (millennials) comme la première génération mondiale, grâce à la familiarisation avec Internet et à la diffusion de la numérisation. De même, la crise économique mondiale et des phénomènes tels que le changement climatique ont fortement marqué leurs intérêts et leurs coutumes.

Par conséquent, les milléniaux ont tendance à rester bien informés sur diverses questions politiques et écologiques. Ces circonstances ont conduit à la diversification des sources d'information. Ce ne sont plus seulement des livres, maintenant les bibliothèques virtuelles, les forums et les publications indexées en ligne sont également pertinents.

De plus, l'opinion des lecteurs est cruciale, à la fois pour se qualifier et pour apporter des contributions qui enrichissent la valeur de l'information. Pour cette raison, les consultants perçoivent les booktubers comme des plates-formes très polyvalentes et interactives qui réunissent tous les aspects mentionnés.

Dans le cas de la fermeture du Cercle des lecteurs de Grupo Planeta, les alternatives pour évoluer dans le monde numérisé sont déjà disponibles. Peut-être que dans un avenir pas trop lointain, un retour en tant que booktuber ou dans un modèle commercial similaire qui peut rivaliser dans la vertigineuse révolution industrielle 4.0 sera possible.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

6 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Sergio Fulgencio Sarabia dit

    Bonsoir. J'ai besoin d'informations sur la manière dont ils retournent l'argent que je n'ai pas utilisé et qui y est encore accumulé. Merci beaucoup . salutations

  2.   Pedro Suenz dit

    L'ancien directeur du Círculo de Lectores, Hans Meinke, a bien compris ce que pourrait être le futur modèle de Círculo: un club de lecture d'excellence, qui s'occupe de l'art de faire de bons livres, bien reliés, illustrés, accompagnés de diverses activités culturelles. Bertelsmann, pour sa part, est un groupe d'édition qui s'est consacré à la destruction systématique du monde de l'édition en absorbant un grand nombre d'éditeurs en Allemagne et dans le monde, et en particulier les clubs du livre, qui étaient une invention spécifiquement allemande pour à partir de 1919, bien qu'il y ait eu des précurseurs, et encore plus des années d'après-guerre (vers 1950), quand il y eut un grand boom dans ce type de canal de vente. Avec le changement du marché et la numérisation, Bertelsmann a simplement décidé de claquer son Círculo de Lectores original (Bertelsmann Lesering), désormais appelé uniquement The Club, après avoir avalé 95% des clubs qui se sont créés en Allemagne, en Autriche et en Suisse. La médiocrité n'a pas seulement prévalu, elle s'est également avérée être un tueur éditorial. Círculo de Lectores de España était différent, car Hans Meinke savait copier le modèle de la Guilde des Bibliothécaires de Gutemberg (Büchergilde Gutenberg) encore existante, fondée en 1924 (la même année que Deutsche Buch-Gemeinschaft, avalée à 50% en 1969 par Bertelsmann et anéantie en tant qu'entité indépendante de 1974 à 1988). Comme Büchergilde, Círculo a publié des livres de grande qualité, bien reliés et avec une bonne variété de thèmes ou de genres littéraires. Círculo aurait pu survivre avec ses 300.000 XNUMX clients-partenaires actuels conservant cette ligne éditoriale de Hans Meinke dans le style Büchergilde. Mais Bertelsmann s'est débarrassé du prix d'aubaine du club en le confiant à un éditeur médiocre: Planeta. Quelque chose de peu compréhensible, car au Portugal, Círculo de Lectores est toujours entre les mains de Bertelsmann (Bertrand), ainsi qu'en Argentine et dans d'autres pays. En France, France Loisirs est devenue l'entière propriété de ses fondateurs.

  3.   Pedro Suenz dit

    L'ancien directeur du Círculo de Lectores, Hans Meinke, a bien compris ce que pourrait être le futur modèle de Círculo: un club de lecture d'excellence, qui s'occupe de l'art de faire de bons livres, bien reliés, illustrés, accompagnés de diverses activités culturelles. Bertelsmann, pour sa part, est un groupe d'édition qui s'est consacré à la destruction systématique du monde de l'édition en absorbant un grand nombre d'éditeurs en Allemagne et dans le monde, et en particulier les clubs du livre, qui étaient une invention spécifiquement allemande pour à partir de 1919, bien qu'il y ait eu des précurseurs, et encore plus des années d'après-guerre (vers 1950), quand il y eut un grand boom dans ce type de canal de vente. Avec le changement du marché et la numérisation, Bertelsmann a simplement décidé de claquer son Círculo de Lectores original (Bertelsmann Lesering), désormais appelé uniquement The Club, après avoir avalé 95% des clubs qui se sont créés en Allemagne, en Autriche et en Suisse. La médiocrité n'a pas seulement prévalu, elle s'est également avérée être un tueur éditorial. Círculo de Lectores de España était différent, car Hans Meinke savait copier le modèle de la Guilde des Bibliothécaires de Gutemberg (Büchergilde Gutenberg) encore existante, fondée en 1924 (la même année que Deutsche Buch-Gemeinschaft, avalée à 50% en 1969 par Bertelsmann et anéantie en tant qu'entité indépendante de 1974 à 1988). Comme Büchergilde, Círculo a publié des livres de grande qualité, bien reliés et avec une bonne variété de thèmes ou de genres littéraires. Círculo aurait pu survivre avec ses 300.000 XNUMX clients-partenaires actuels conservant cette ligne éditoriale de Hans Meinke dans le style Büchergilde. Mais Bertelsmann s'est débarrassé du prix d'aubaine du club en le confiant à un éditeur médiocre: Planeta. Quelque chose de peu compréhensible, car au Portugal, Círculo de Lectores est toujours entre les mains de Bertelsmann (Bertrand), ainsi qu'en Argentine et dans d'autres pays. En France, France Loisirs est devenue l'entière propriété de ses fondateurs.

  4.   Axun dit

    «» »La première information évidente est le préjugé qui existe autour des soi-disant milléniaux (personnes nées entre 1980 et 1995) et de la génération Z (née après 1995). Car, contrairement à la tendance attendue depuis des générations stigmatisées comme individualistes et désintéressées, les milléniaux sont des lecteurs voraces.
    En fait, le portail Biz! Republic Magazine (2019) a rapporté qu'aux États-Unis seulement, "80% des jeunes adultes âgés de 18 à 35 ans ont lu un livre dans n'importe quel format au cours de l'année écoulée, dont 72% qui en ont lu un exemplaire imprimé". La même source indique que les Américains acquièrent en moyenne un à cinq livres par an. »» »»

    Lire un livre par an, c'est être un lecteur vorace? Alors, que serons-nous ceux d'entre nous qui lirons 2-3 par mois?

    1.    Rachel dit

      Je suis d'accord avec le dernier commentaire, vous pensez qu'acheter cinq livres par an est un lecteur vorace…. où allons-nous nous arrêter. Pour moi, c'est une grande honte qu'ils aient fermé le cercle des lecteurs depuis que je suis membre depuis de nombreuses années, même si j'ai un livre électronique, mais où est le livre papier, l'odeur du nouveau livre, les toucher et tourner les pages. La génération d'aujourd'hui ne lit absolument rien, très très peu de milléniaux et de génération z (désolé pour ma désinformation mais je pensais que les milléniaux étaient ceux nés après 2000 et quelque chose, je n'ai jamais entendu parler de la génération z, ça sonne comme un roman d'horreur) plus que tout parce que j'ai un fils de 16 ans et je le vois en lui et chez beaucoup de ses collègues et amis. Je me considère comme un lecteur vorace puisque je lis un livre par semaine, si je l'aime dans cinq jours et si ça m'accroche de la première page dans trois ou deux jours même. Je perds le compte du nombre que j'en lis par an, mais cinq seraient la risée

  5.   Cesar Patiño dit

    Cela fait vraiment mal que Círculo de Lectores ne se soit pas adapté aux nouvelles technologies. J'ai grandi avec lui, mon père tenait le magazine, il ne restait pas moins de deux ou trois livres à la maison, des lps de toutes sortes de musique. Merci Cercle de lecteurs. Vous resterez dans l'âme de ceux d'entre nous qui aiment la lecture et la musique. Hug de Bogotá.