Le village des tissus et 7-7-2007. Dernières lectures en rose et noir

J'ai terminé le mois d'août littéralement avec ces deux lectures de nuances différentes, rose et noir: Le village des tissus, de l'écrivain allemand Anne Jacob, titre de grand succès cette année; Oui 7-7-2007, de l'italien Antonio Manzini, le cinquième volet de la série également réussie du chef adjoint Rocco schiavone. Ce sont mes Commentaires.

Anne Jacob

Cet auteur allemand a publié sur 20 romans, entre sagas historiques et exotiques avec beaucoup de succès. Ce titre a été sa confirmation en tant qu'auteur à succès et est le premier d'une trilogie.

Le village des tissus

Nous sommes Augsbourg en 1913. Marie Hoffgartner arrive comme aide de cuisine dans le grand manoir du Melzer, une famille riche dédiée à l'industrie textile. Marie, élevée dans un orphelinatVous devrez faire un gros effort pour coexister avec le reste du service. Mais elle est volontaire, apprend vite et est aussi directe que discrète. Cependant, il a également un passé inconnu Qu'il découvrira au fur et à mesure qu'il gagnera la confiance de ses seigneurs, en particulier de la petite fille Kitty, plus folle et rêveuse.

Les Melzers, avec trois fils très différents, ils attendent le début de la nouvelle saison de danse hivernale, puisque ce sera le moment de se présenter en société pour Minou. Sa sœur aînée, plus tordue, est l'insidieuse de la famille. Oui paul, l'aîné et héritier, marche d'abord sans se soucier de sa vie de étudiant à Munich. Mais quand il doit rentrer chez lui et assumer plus de responsabilités dans l'usine de son père, rencontrer Marie et l'intérêt pour elle augmente de façon prévisible.

Une série de secrets et romances seront découverts dans la vie de chacun, des membres du service aux seigneurs, alors qu'ils commencent à souffler vents de guerre en europe et la porte se termine ouverte à une deuxième partie.

Ce que j'ai trouvé

Je lis de temps en temps des romans d'amour pour éclaircir un peu mon sang noir habituel. Et ce titre était en attente. Ils l'ont surtout comparé à des séries télévisées telles que Downton Abbey, qui est bien sûr la référence la plus claire. Et c'est certainement un grand hommage, à l'allemand, à la série exquise de la BBC, une idée originale de l'acteur, écrivain et scénariste Julian Fellowes. Mais il en reste là, dans un hommage très digne. Je veux dire, il n'y a rien de nouveau.

Tous les personnages ils sont reconnaissables, avec des échos aussi des classiques comme Jane Eyre, en particulier dans les origines de la protagoniste, Marie. La ambiance Est très réalisé et aussi le développement des faits et des personnages. Aussi votre la lecture est facile, simple, au rythme du genre, fidèle aux événements et à l'évolution des protagonistes. Mais, comme je le dis, ils ne surprennent pas et, par conséquent, n'excitent pas comme il se doit.

La rebelle plus jeune fille, la envieux sœur qui suscite naturellement l'antipathie des lecteurs, la fils aîné si responsable comme déterminé à suivre son cœur dans l'amour. Et puis il y a le service entre intrigant et fidèle à leurs seigneurs. Oui les messieurs très dans leur rôle, avec une certaine touche sombre pour le patriarche et l'affirmation et le souci habituels de la mère pour les conventions et ce qu'ils vont dire.

Alors peut-être à cause de ma tendance la plus noire J'ai raté ce plus vrai mal que l'on retrouve également dans le genre. Je voulais y croire un peu plus, ressentez plus d'émotion ou peut-être avec plus d'intensité. Cependant, c'est un bonne lecture et idéal pour les loisirs d'été et les amoureux romantiques les plus classiques. De plus, étant le premier de la série, il maintient l'intérêt et élargit ses possibilités.

Antonio Manzini

Né en Roma En 1964, Manzini est, en plus d'être écrivain, acteur et metteur en scène de cinéma et de théâtre. Il s'est formé à l'Accademia Nazionale d'Arte Drammatica avec Andrea Camilleri, le légendaire écrivain sicilien père de Sauf Montalbano, qui a déjà évoqué affectueusement dans ses pérégrinations son collègue romain maussade Rocco Schiavone. Il a publié d'autres romans et plusieurs livres d'histoires courtes. Mais c'est sans aucun doute sa série consacrée au chef adjoint Schiavone qui a séduit les critiques et les lecteurs.

7-7-2007

J'avais mes doutes avec ce dernier titre. Retourner au passé, 10 ans avant le moment présent dans la situation problématique et intrigante dans laquelle nous avons laissé Schiavone en Soleil de mai, Je n'étais pas très drôle. Ce qu'il voulait, c'était rester dans le présent et voir comment il avait réussi à sortir du désordre dans lequel il se trouvait. Ces craintes ont disparu immédiatement.

Et c'est précisément bien montrer la situation auquel ce chef adjoint de police romain, exilé Aoste, bord, grossier, brusque, scélérat et le cœur brisé qui est Rocco schiavone, Manzini décide raconte ton passé. Cette information est maintenant nécessaire et donc, dans une conversation avec ses supérieurs, Schiavone avoir à jeter la vue et le cœur derrière.

Nous rencontrons enfin Marina après avoir entendu parler d'elle, ou plutôt de son fantôme avec qui Rocco parle à la première personne dans des dialogues pleins d'amour ainsi que de perte, de tendresse et de désespoir, au cours des quatre titres précédents. Enfin on la voit et on l'écoute, on sait sur quoi elle travaillait, à quoi elle ressemblait et son histoire d'amour avec quelqu'un d'aussi différent que Rocco. Et nous lirons, partageant le même moment d'horreur et de douleur que Schiavone, le comment et le pourquoi de sa mort tragique.

Parce que si quelque chose ressort dans la composition de ces personnages est ton émotion. De tous. Malgré le caractère indiscipliné de Rocco et ses côtés plus sombres et voyous. Ces côtés sont partagés avec Brizio, Furio et SebastianoCes amis qui sont encore plus voyous mais aussi fidèles qu'ils sont prêts à tout et à s'entraider dans tout. Les moments et les conversations entre eux ils sont les meilleurs. Ce qui ressort, c'est l'émotion avec ça une telle nuance humaine, donc des mœurs assaisonnées de ce caractère italien marqué.

Nous lisons également sur le travail de Rocco à Rome, ses collègues et patrons. Oui comment sa vie tourne à l'envers quand Marina la découvre plus que de sérieux trucs et quitte la maison. S'il reviendra ou non, on le verra à travers l'histoire. En fin de compte, nous retournons au présent et nous nous retrouvons avec quelques dernières pages qui m'ont le plus ému de la série.

La série Rocco Schiavone

  1. Piste noire
  2. Côte d'Adam
  3. Une source de chiens
  4. Soleil de mai
  5. 7-7-2007

Et dans TV J'ai déjà parlé le jour de la série qu'a fait la RAI où vous pouvez mettre des visages à tout le monde.

Conclusion ...

Que tu me vois venir de loin Je garde la couleur la plus noire de ces deux lectures, non? Mais bien sûr, comme pour tout, c'est affaire de goût aussi particuliers qu'ils sont uniques à chacun.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

2 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Susana dit

    Merci beaucoup, je vais comprendre avec Manzini que je le voulais depuis longtemps et que vous avez fini de me donner le coup de pouce. Salutations!!!

    1.    Mariola Diaz-Cano Arevalo dit

      Merci à toi, Susana. Et j'espère que vous aimez Manzini et ce Rocco Schiavone. Salutations.