La merveilleuse expérience de lire un livre avec votre nez

livre

Couverture du livre «El perfume».

Récemment, en parcourant les étagères de ma bibliothèque de chevet, J'ai découvert un livre qui m'a surpris car un livre ne m'avait pas surpris depuis longtemps. Je dois avouer que je l'ai remarqué à cause de son adaptation cinématographique réalisée par Tom Tykwer. Quelque chose qui ne m'arrive pas d'habitude mais qui, cette fois, m'a permis de rencontrer ce qui à mon avis est l'un des romans les plus surprenants du XXe siècle.

"Parfum" est l'un de ces films qui, une fois visionnés, ne laisse personne indifférent en raison d'un complot et d'une image choquante. Quelque chose que, après l'avoir vu, j'ai gardé longtemps dans ma tête et qui s'est réveillé, comme un parfum oublié, en sentant sur l'étagère la présence du petit livre avec le même titre «énigmatique».

Logiquement je n'ai pas pu résister à le prendre, mais pas avant d'avoir honte de mon ignorance absolue quand ne pas avoir réalisé jusqu'à ce moment-là que l'origine de l'intrigue de ce film qui m'avait tant marqué était à l'origine d'un livre que j'ignorais complètement.

Une fois que je l'ai lu, je me suis rendu compte d'une situation qui m'est arrivée pendant que j'appréciais le roman qui ne m'était jamais arrivé et qui a sans aucun doute caractérisé ce travail comme authentique. L'auteur, Patrick Süskind, a pu, lorsqu'il a écrit cette histoire dans les années 80, faire quelque chose que très peu d'écrivains peuvent faire..

«Le parfum», de cette manière, n'est pas différent à cause de son intrigue mais à cause de la façon dont il nous est présenté et comment les événements qui ont lieu sont décrits. Contrairement à d'autres livres, dans ce cas,  le lecteur connaît l'histoire par l'odorat. La description de l'espace est rendue olfactive et les personnages et environnements sont connus par leur odeur et non par leur physionomie physique.

Par conséquent, en lisant, on contextualise par les différentes odeurs décrites tout ce qui se passe. Passer ainsi, au XVIIIe siècle à travers un nouveau sens et à travers les sensations qui en émanent. L'odeur devient, de cette manière, l'axe fondamental de tout, fondamental pour comprendre l'évolution de l'argument.

Un dispositif littéraire magistral imaginé par Süskind qui nous le présente à travers le personnage principal du roman, Jean-Baptiste Grenouille. Une femme tueuse avec une capacité surnaturelle à capter les odeurs. Un roman noir, historique et d'horreur unique et différent qui engage le lecteur à travers un nuage de vraies odeurs de toutes sortes.

C'est vraiment fascinant que ce Best-seller publié en 1985 était le premier roman écrit par le romancier allemand. Une manière extraordinaire, accessible à très peu, de débuter une carrière d'écrivain.

Sur ce, je dis au revoir non sans vous rappeler d'abord une citation écrite par Claudio Magris dans laquelle il déclare que: «Un vrai critique littéraire est un détective, et il est possible que la fascination de cette activité incontestable ne consiste pas dans les interprétations sophistiquées, mais dans l'odeur d'un chien qui mène à un tiroir, à une bibliothèque, au secret de la vie "

Certes, comme l'affirme Magris, c'est l'odeur qui m'a amené à trouver et à découvrir ce merveilleux roman au milieu d'une mer de livres et de sensations.

 

 


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Un commentaire, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   RICHIE dit

    LE FILM ÉTAIT DUSTIN HOFFMAN ET JE NE DIT PLUS À UN GRAND FILM et le meilleur livre est toujours l'un de mes premiers livres dans ma bibliothèque oui monsieur très bonne recommandation