Keanu Reeves ouvre une maison d'édition hollywoodienne pour publier des livres d'artistes

Oui déjà Keanu Reeves Il n'était pas l'acteur nord-américain typique de la célébrité et du luxe (sa vie a été en proie à pas mal de revers depuis qu'il était très jeune), maintenant il a mené une autre action qui l'éloigne beaucoup plus de l'image stéréotypée que nous avons de les acteurs bien connus.

L'acteur a fondé une maison d'édition connue sous le nom Livres d'artiste X, qui s'adresse au public minoritaire. Cet éditeur est chargé avec beaucoup d'art conceptuel et beaucoup de politique. Un éditeur différent dirigé par des personnes inhabituelles. Dans cette nouvelle mission, Keanu Reeves n'est pas seul, il y a deux autres fondateurs: Jessica Fleischmann et Alexandra Grant.

Keanu Reeves et le monde de l'art

Non seulement il est un acteur de cinéma (septième art) mais il a également eu un avant-goût du monde musical, jouant à la fois de la guitare et de la basse. Le monde littéraire l'a déjà prouvé en tant qu'auteur en écrivant «Ode au bonheur »(« Ode au bonheur ») et "Ombres »(« Ombres »).

maintenant avec Livres d'artiste X, qui s'adresse à un public minoritaire (le tirage des premiers livres est d'environ mille exemplaires), préconise créativité, dialogue et collaboration.

Lors de sa page Web, nous pouvons voir qu'il y a encore peu de livres qu'ils ont à vendre, en particulier il y en a quatre:

  • La prison des artistes: "La prison des artistes" regardez avec inquiétude le fonctionnement de la personnalité et des privilèges, de la sexualité, de l'autorité et de l'artifice dans le monde de l'art. Imaginée à travers le témoignage serré du directeur de la prison, écrit par Alexandra Grant, et l'imagerie puissamment allusive d'Eve Wood, la prison est un paysage brutal et kafkaïen où la créativité peut être un crime et les phrases vont de l'allégorique à l'absurde. Au la prison des artistes , l'acte de créer devient une condamnation étrangement érotique, ainsi qu'un moyen de punition et de transformation. C'est dans ces mêmes transformations - parfois douteuses, parfois étrangement sentimentales - que le bord critique du livre est plus net. En termes structurels, La prison des artistes représente une intersection visuelle et littéraire unique. Prix: 35,00 $.
  • Vents forts: "Vents forts" Il part pour un road trip époustouflant à la recherche de son demi-frère, poussé par des signes cryptiques et des coïncidences. C'est un livre qui est raconté dans un style associatif et elliptique, et le récit emmène les lecteurs au plus profond d'un paysage occidental de rêve. Prix: 35,00 $.

  • Les paroles des autres: "Les mots des autres" est la première traduction anglaise complète de l'œuvre littéraire sans compromis de l'artiste argentin León Ferrari (1967). Critique de la guerre du Vietnam et de la politique impériale américaine, le livre tisse des centaines d'extraits de journaux, d'ouvrages d'histoire, de la Bible et d'autres sources. Ferrari envisageait un dialogue entre les soi-disant voix de l'autorité, insistant sur l'égale complicité d'individus comme Hitler, Lyndon Johnson, le pape Paul VI et Dieu pour perpétuer des cycles de violence sans fin. Prix: 25,00 $.
  • "Zus": Au Sœur , essai visuel du photographe français Benoît Fougeirol, les visions et les points de vue de onze des «zones urbaines sensibles» de la périphérie parisienne révèlent les dures paradoxes de la société moderne. A travers la synecdoche de l'architecture - ses matériaux, ses motifs et ses surfaces - Fougeirol présente la vitalité obstinée et l'abandon des Zus et les échecs de l'imaginaire collectif qu'ils représentent. Sœur documente chaque territoire avec un inventaire qui comprend des photographies, des représentations graphiques et des noms de lieux, dont aucun ne peut expliquer qu'une totalité. La structure cumulative du livre soulève des questions sur les outils de représentation et la nature de la perspective individuelle. Un texte de l'auteur, poète et dramaturge Jean-Christophe Bailly réfléchit sur le sens plus large et l'expérience vécue des Zus, suivant un fil lyrique dans des espaces inhospitaliers. Prix: 60,00 $.

Nous espérons et souhaitons de la part d'Actualidad Literatura, toute la chance du monde à K. Reeves dans cette nouvelle initiative. Tout engagement dans le monde de l'art en général et de la littérature en particulier, doit être célébré.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.