Juan Gelman. Anniversaire de sa naissance. Quelques poèmes

Juan Gelman Il est né un jour comme aujourd'hui en 1930 à Buenos Aires. Il a fini par vivre en exil au Mexique, après avoir quitté l'Argentine lorsque la dictature militaire a été établie. Il a commencé à écrire de la poésie dès son enfance. Plus tard, il a quitté le diplôme de chimie pour se consacrer entièrement à l'écriture. Il a remporté plusieurs prix de poésie, du Nacional en Argentine, du Juan Rulfo ou du Prix de poésie ibéro-américaine Ramón López Velarde. Et en 2007, il a reçu le Prix ​​Cervantes. Dans sa mémoire, c'est un sélection de certains de ses poèmes.

Juan Gelman - Poèmes choisis

Un autre peut

quand tu as passé avec ton automne en remorque
Peut à travers ma fenêtre
Et tu as fait des signaux avec la lumière
des dernières feuilles
Que vouliez-vous me dire mayo?
Pourquoi étiez-vous triste ou doux dans votre tristesse?
Je n'ai jamais su mais toujours
il y avait un homme seul parmi les ors de la rue

mais j'étais cet enfant
derrière la fenêtre
quand tu as dépensé peut
comme abriter mes yeux

et l'homme serait moi
Maintenant que je me souviens

Une femme et un homme emportés par la vie ...

Une femme et un homme emportés par la vie,
une femme et un homme face à face
Ils habitent la nuit, ils débordent de leurs mains,
on les entend venir librement à l'ombre,
leurs têtes reposent dans une belle enfance
qu'ils ont créé ensemble, plein de soleil, de lumière,
une femme et un homme attachés par leurs lèvres
remplis la nuit lente de toute leur mémoire,
une femme et un homme plus beaux l'un dans l'autre
ils prennent leur place sur terre.

Épitaphe

Un oiseau vivait en moi.
Une fleur a voyagé dans mon sang.
Mon cœur était un violon.

Je voulais ou je ne l'ai pas fait. Mais parfois
ils m'aimaient. À moi aussi
ils m'ont fait plaisir: le printemps,
mains ensemble, comme c'est heureux.

Je dis que l'homme doit l'être!

Ici gît un oiseau.
Une fleur.
Un violon.

Savoir

Le poème nage dans le vent et brille.
Il ne sait pas qui il est jusqu'à ce que
qui le traîne ici, où
va sûrement mourir
en plein air avec les bêtes.
J'aimerais comprendre les bêtes
pour comprendre ma bête. La
cela vous fait gémir avec des halètements d'animaux.
Quelle grâce a été gagnée dans votre souffle?
Aucun qui n'a pas été perdu.
La suspicion crépite sous le doux.
Dans ces mains.

La puerta

J'ai ouvert la porte / mon amour
soulever / ouvrir la porte
J'ai mon âme collée à mon palais
tremblant de terreur

le sanglier m'a piétiné
le cul sauvage m'a chassé
en ce minuit d'exil
Je suis moi-même une bête

Absence d'amour

Comment ça se passera, je me demande.

Qu'est-ce que ça fera de te toucher à mes côtés?
Je suis fou dans les airs
que je marche que je ne marche pas.

Qu'est-ce que ça fera de s'allonger

dans ton pays de seins si loin.
Je marche du pauvre Christ à ta mémoire
cloué, récupéré.

Ce sera comme ça.

Peut-être que mon corps explosera tout ce que j'espérais.
Alors tu me mangeras doucement
pièce par pièce.

Je serai ce que je devrais.

Ton pied. Ta main.

Usines d'amour

Et j'ai construit ton visage.
Avec des divinations d'amour, j'ai construit ton visage
dans les cours lointaines de l'enfance.
Maçon avec honte,
Je me suis caché du monde pour sculpter ton image,
pour te donner la voix,
pour mettre de la douceur dans votre salive.
Combien de fois ai-je tremblé
à peine couvert par la lumière de l'été
Comme je t'ai décrit par mon sang
Mine pure,
tu es fait de combien de stations
et ta grâce descend comme combien de crépuscules.
Combien de mes jours vos mains ont-elles inventé?
Quel nombre infini de baisers contre la solitude
plongez vos pas dans la poussière.
Je t'ai officié, je t'ai récité sur les routes,
J'ai écrit tous vos noms au fond de mon ombre,
Je t'ai fait une place dans mon lit
Je t'aimais, réveil invisible, nuit après nuit.
C'est comme ça que chantaient les silences.
Des années et des années j'ai travaillé pour te faire
avant d'entendre un seul son de votre âme.

Levez les bras ...

Levez les bras
ils enferment la nuit,
déchaîne-le sur ma soif,
tambour, tambour, mon feu.

Que la nuit nous couvre d'une cloche,
cela résonne doucement à chaque coup d'amour.

Enterre-moi l'ombre, lave-moi avec de la cendre,
Creusez-moi de la douleur, nettoyez l'air:
Je veux t'aimer gratuitement.

Vous détruisez le monde pour que cela arrive,
vous démarrez le monde pour que cela se produise.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.