Couteau de Jo Nesbø. Harry Hole et son enfer le plus personnel

Sur Octobre 17 il a été publié Couteau, le dernier roman de Jou Nesbø, douzième volet de la série par son commissaire Harry Hole. Mais pour ce jour-là je me l'avais déjà lu, qu'une chose est la date de lancement d'un livre et une autre qui est avant dans les librairies. Aussi, si c'est Jo Nesbø et Harry Hole mon la priorité est absolue et je prends généralement en moyenne deux ou trois jours. C'est ce qui se passe lorsque, malheureusement ou heureusement, vous avez plus de temps pour lire.

Ceci est mon avis très personnel de Couteau. Évidemment Je ferai taire ces moments de la marque de la maison Nesbø, mais c'est indispensable avoir lu les titres précédents ou connais assez bien la série. Et bien sûr s'abstenir de profanes et de vierges à Hells Hole. D'où il est entré maintenant, nous verrons s'il peut sortir.

Couteau

Synopsis

Il semblait que tout pourrait aller plus ou moins bien, si quelque chose comme ça peut exister dans l'univers de Hole, quand on a fini Soif. Mais il s'avère que nous avons commencé ça Couteau avec Harry vivant seul après quoi Rakel, la seule femme qu'il ait jamais vraiment aimée, jamais expulsé de la maison. Et nous ne savons pas pourquoi. En outre, est retourné boire et les travaux relégués au dernier coin du département de police d'Oslo. Prend en charge les cas qui ne l'intéressent pas et redemande pourquoi a-t-il encore merdé tout dans sa vie personnelle. Mais le bonheur et Harry Hole sont deux concepts destinés à ne jamais se rencontrer.

En même temps, il est en liberté Svein Finn, l'un de ces violeurs série que Harry a mise en prison et qu'il veut maintenant rattraper. Puis Harry se réveille un matin sans se souvenir de rien de la nuit précédente, mais a les mains et vêtements tachés de sang. C'est le début du pire cauchemar, qui se réalise, auquel vous devrez faire face. Ou jeter l'éponge et disparaître.

Toujours un plaisir

Ceux d'entre nous qui ont l'intrigue de Harry Hole dans nos cœurs sont déjà plus que déconseillé aux attentes, aux critiques ou aux éloges à un nouvel épisode publié dans la série. La même chose arrive toujours. Et avec ce dernier aussi: la meilleure parcelle, inégalée, Nesbø à son meilleur, imbattable, Harry plus suicidaire et déterminé que jamais à découvrir la vérité.

Je ne sais pas. Ce sont les opinions des critiques intelligents spécialisé dans le genre. Je viens de me promener dans la maison. Et maintenant, je connais aussi les astuces de M. Nesbø. Alors Je me retrouve avec le nouveau plaisir absolu et quelques mots: ceux de Nesbø sur le processus de création, dédié à une poignée de ses lecteurs avec lesquels nous avons pu nous entretenir il y a quelques jours.

Sa manipulation raffinée, déjà légendaire pour vous avoir conduit à cette situation que vous avez peut-être imaginée (ou pas), mais toujours sans vous en rendre compte. Ou, plutôt, si vous pouvez l'avertir. Et il y a sa maîtrise, car aussi toujours tu te laisse aller et tu tombes dans le piège. Ah, oui, c'était ça, mais ... comme tu as fait de façon spectaculaire de me le dire. Et ici, il le fait à nouveau.

Twists, vieilles connaissances et cette fin ...

Des points de suspension, parce que que Nesbø toujours nous laisse plus accroché qu'une Paraguayenne, avec un cœur lourd et un poing dans la bouche à cause du (des) coup (s) qu'elle nous a déjà donné. Et que nous l'avons senti, parce que avec Harry ne triche pas. Il vous donne toujours des détails et des raisons: dans les conversations entre les personnages, dans les intrigues, dans le destin de tous selon leur construction. Et dans l'implicite de son prémisse de base: la tragédie la plus classique, avec ses pertes, ses trahisons et, surtout, le sentiment qui accompagne toujours: dure plus longtemps que le bonheur.

De sorte que lecteurs qui dans police o Soif Ils étaient un peu mécontents de ces supposés bonheur et calme dans la vie personnelle de Harry ils n'ont pas à se plaindre Suite. Le non-sens est fini et il est là le pire coup que vous pourriez porter. Plus cette fin qui nous anticipe en fait dans l'une de ces conversations révélatrices. Il veut d'abord nous embrouiller un peu. Et s'il nous ramène à Kaja Solness (Le léopard) à la scène, que si cela met un autre suspect là-bas. Rien, la fin vient et nous répétons: ah, oui, bien sûr, mais admiré.

Aucun compromis

Aucune loyauté envers le lecteur. Seulement à Harry, à son essence comme la quintessence de l'anti-héros et aussi d'un des personnages plus romantique et épique qui ont été créés dans la littérature contemporaine quel que soit le genre. Et maintenant il est tombé dans son enfer le plus unique. Mais voilà. Debout. Peut-être qu'un jour je pourrai même l'éteindre. Voyons ce que décide son père tout-puissant. Et celui-là ne nous écoutera jamais.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)