Entretien avec Susana Rodríguez Lezaun, directrice de Pamplona Negra

La photographie. Gracieuseté de Susana Rodríguez Lezaun.

Susana Rodriguez Lezaun est journaliste et écrivain. Créateur de la trilogie de l'inspecteur David Vázquez, signe aussi Une balle avec mon nom, son dernier roman. De plus, depuis 2018, c'est directeur du festival Pamplona Negra, un incontournable pour les amoureux du genre.

Dans ce interview, que je vous remercie beaucoup pour la gentillesse dans votre traitement et le temps passé, nous en dit un peu plus sur tout: auteurs et livres préférés, projets, ce qui se démarque de la scène éditoriale et sociale actuelle, et plusieurs autres sujets tels que le anticipation de célébrer le nouvelle édition de Pamplona Negra en janvier 2021.

ENTRETIEN AVEC SUSANA RODRÍGUEZ LEZAUN

  • NOUVELLES DE LA LITTÉRATURE: Vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu? Et la première histoire que vous avez écrite?

SUSANA RODRÍGUEZ LEZAUN : J'ai lu avant même d'avoir une raison. Mes parents m'ont apporté des livres d'images que j'aimais et le petit frère de ma mère a acheté des bandes dessinées incroyables. Je me souviens que le premier livre "adulte" que j'ai lu était un l'erreur de mon père.

Elle a été hospitalisée pour déshydratation et je lui ai demandé quelque chose à lire, mais à se souvenir de ce qu'elle avait déjà lu, en référence aux livres pour enfants. Il est descendu au kiosque et en a vu un intitulé Le joueur. Cela semblait être un titre convenable et il l'a proposé pour moi. Je n'ai pas compris beaucoup de l'histoire qu'il racontait Dovstoïeski, mais j'ai découvert des mots que je ne connaissais pas et que je voulais comprendre. Depuis lors, mes lectures ont beaucoup changé, même si j'ai continué avec Les Hollisters, les cinq et les sagas classiques des années soixante-dix et quatre-vingt.

En ce qui concerne l'écriture, c'est presque la même chose. Il a écrit des histoires, des essais et des nouvelles presque tous les jours. Mon environnement a été mon inspiration, alors je suppose que mes petits frères joueraient dans la plupart des aventures.

  • AL: Quel a été le premier livre qui vous a frappé et pourquoi?

SRL: Je me souviens comme si c'était hier à quel point j'ai été impressionné par la lecture Vent d'est, vent d'ouest, du Pearl S. Buck. Découvrez ces premières touches de culture orientale, comprenez que ce que je croyais savoir n'avait rien à voir avec la réalité, découvrez ce que les femmes de toutes les cultures sont obligées de faire simplement parce qu'elles sont des femmes ...

Je pense que j'avais environ onze ans quand j'ai lu ce livre, j'étais encore à l'école et c'était incroyable. Je l'ai proposé comme lecture de classe, mais le professeur n'a pas pensé que c'était approprié. J'ai compris alors que livres ils n'étaient pas seulement du divertissement et du plaisir, mais aussi un fenêtre sur le monde.

Un autre livre qui a eu un grand impact sur moi et m'a fait m'interroger sur beaucoup de choses était Tuer un rossignol, du Harper Lee.

  • AL: Un écrivain préféré ou qui a particulièrement influencé votre travail? Vous pouvez en choisir plusieurs et parmi toutes les époques.

SRL: J'ai toujours reconnu que ma manière d'écrire a été influencée plus ou moins directement par des écrivains tels que Pío Baroja ou Gabriel García Márquez. Aussi Miguel Hernández pour sa délicatesse en parlant de sentiments. Plus tard, j'ai découvert des romans policiers et des auteurs très importants pour moi, mais je pense que leur influence reste plus dans le style littéraire que dans la manière d'écrire, dans la prose. Et depuis de nombreuses années, deux des auteurs que j'ai lus avec le plus de plaisir sont Rosa Montero et Almudena Grandes. Ses livres, sa prose, sont un régal pour moi.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

SRL: Créer un personnage capable de rentrer dans l'histoire et devenir presque une personne réelle dans l'imaginaire collectif est le rêve de tout écrivain. Cependant, si j'aurais aimé être "mère" de quelqu'un, c'est une fille de bande dessinée dont je dévore les histoires depuis que je suis petite: Mafalda.

  • AL: Avez-vous des passe-temps en matière d'écriture ou de lecture?

SRL : Pour écrire nécessaire silence et solitude. Le cahier avec le scénario de l'histoire, mon ordinateur, les cartes avec les personnages et rien d'autre. Je suis incapable d'écrire dans un lieu public, pas même dans une bibliothèque. Cependant, quand je lis, je peux me plonger dans l'histoire et m'abstraire totalement partout: un train, une salle bondée, un banc dans un parc, un avion, une salle d'attente ... Les mots écrits ont le pouvoir d'absorber toute mon attention où que je sois.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

SRL : Je ne me consacre pas exclusivement à la littérature, J'ai le travail de quelqu'un d'autre, donc le temps d'écrire est quand je peux, et l'endroit, le coin que j'ai dans ma maison, avec mes affaires, mon ordinateur, mes stylos et cahiers.

  • AL: Vos genres préférés?

SRL : Le roman noir, sans aucun doute, mais je suis omnivore en matière de littérature. J'adore la fiction, les livres de voyager, découvrez ce qui s'écrit dans les pays lointains d'Afrique et d'Asie, pour moi le grand inconnu; la poésie, les livres de film et musique...

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

SRL : Je lis très vite, donc sûrement entre le moment où j'écrirai ceci et vous le lirez, j'aurai déjà lu au moins un autre livre. Maintenant je suis avec La corruption de la chair, du Ambroise Parry, le pseudonyme bas dans lequel il publie un merveilleux mariage d'écrivains britanniques. Je l'aime vraiment. Le prochain sera Docile, du Anneau de Saenz de la Maza, puis une recommandation qu'ils m'ont faite m'attend, Le long rêve de Laura Cohen, du mercedes de vega.

  • AL: Comment pensez-vous que la scène de l'édition est pour autant d'auteurs qu'il y a ou veulent publier?

SRL: Je pense que c'est comme toujours: compliqué. L'aventure n'est pas d'écrire et de publier le livre, mais le faire parvenir aux lecteurs. La distribution et la promotion peuvent être un problème, et cela pèse sur de nombreux bons auteurs, qui ont des livres incroyables mais ne peuvent pas atteindre le grand public.

  • AL: Le moment de crise que nous traversons est-il difficile pour vous ou pourrez-vous rester avec quelque chose de positif personnellement et pour les futurs romans?

SRL: Honnêtement, tout ce que je veux de cette pandémie, c'est ce qui se passe et pouvoir l'oublier. C'est terrible pour beaucoup de gens, aussi pour moi. C'est très triste de voir les rues vides, les gens s'éviter, le visage couvert, de peur.

Je n'ai rien trouvé de bon pendant ces mois, et en fait J'ai à peine pu écrire quelques lignes que j'ai supprimées plus tard. Je veux que cette crise passe, qu'elle s'estompe avec le temps, que je puisse en parler dans le passé et que nous retrouvions tous notre normalité normale.

  • AL: Nous continuerons à profiter de Pamplona Negra, non?

SRL : J'espere! Nous préparons le programme convaincus que nous pourrons célébrer le festival janvier prochain, avec les mesures de sécurité nécessaires à ce moment-là, bien sûr. Nous avons des des invités très intéressants, de grands noms et quelques surprises. Ce sera une excellente édition, ou du moins nous faisons de notre mieux pour y arriver, alors nous garderons les doigts croisés pour que rien ne la gâche.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.