Jesús Sánchez Adalid. Entretien avec l'auteur de The Weapons of Light

Photographie de Jesús Sánchez Adalid: (c) Antonio Amores. Gracieuseté d'Ingenio de Comunicaciones.

Jesus Sánchez Adalid a un nouveau roman, Armes de lumière. L'écrivain de romans historiques d'Estrémadure a un une trajectoire si large qui est presque perdu dans le temps et les réalisations: La Lumière de l'Orient, Le Mozarabe, Le Captif, La Sublime Porte, Le Chevalier d'Alcántara, Alcazaba... Ce fut un plaisir de pouvoir faire cette interview avec lui. Il y raconte ce nouveau travail et raconte aussi un peu ses auteurs préférés ou la scène de l'édition. J'apprécie vraiment votre temps et votre gentillesse dédiée.

JESÚS SÁNCHEZ ADALID - ENTRETIEN

  • LITTÉRATURE ACTUELLE: Votre nouveau roman est Armes de lumière. Que pouvez-vous nous dire d'elle?

JESÚS SÁNCHEZ ADALID : Armes de lumière est une voyage de l'âme vers une période extrêmement intéressante de l'histoire, le fin du XNUMXe siècle et début du XNUMXe siècle. C'est une époque aussi fascinante qu'inconnue.

Tout commence quand, vers l'an 1000, Almanzor il menace le nord de la péninsule hibérienne encore et encore. Quelque des navires mystérieux arrivent sur la côte de Tarragone et ils laissent un étranger présent dans le petit port de Cubelles. Les aventures vitales de deux garçons nous mèneront à travers les différents territoires de la Catalogne, lorsque le campagnes militaires rapides qui aboutira à Cordova.

L'idée est venue du rencontre avec un événement historique impressionnant, mais inexplicablement inconnu. J'ai trouvé les données presque par hasard ... Il y a des histoires qui semblent attendre que le moment présent soit écrit.

Tout a commencé lors de la recherche d'un roman précédent, quand une information très significative est apparue dans les chroniques islamiques qui m'était totalement inconnue: lLes Catalans ont limogé Cordoue au début du XIe siècle, alors que le califat était toujours en vigueur. Cela s'est produit juste après la mort d'Almanzor, et comme une vengeance bien planifiée. Parce que Almanzor avant, en 985, il avait pillé et détruit Barcelone à son tour, emportant à Cordoue toutes ses richesses et des milliers de captifs.

Les comtes catalans n'ont jamais oublié cela, ni le fait que les Francs n'étaient pas venus les aider. Dès lors, ils ont décidé de devenir indépendants de la monarchie franque pour entamer leur propre voyage, malgré la grande menace posée par les musulmans. L'occasion de la vengeance est venue lorsque le califat a été impliqué dans la guerre civile. Les Catalans ont rassemblé une grande armée et sont descendus à Cordoue, qui était encore la ville la plus riche et la plus splendide de l'Ouest.

Je ai cherché recréer fidèlement la vie dans les châteaux et les camps de guerriers, les relations particulières entre les nobles et le clergé, la riche culture monastique, les coutumes quotidiennes, l'amour, la guerre, la peur et le courage ... Toujours dans le cadre fascinant d'une terre singulièrement belle et accidentée, mais aussi fertile et pleine de villes lumineuses: Barcelone , Gérone, Seo de Urgell, Vic, Solsona, Besalú, Berga, Manresa, Tortosa, Lérida…; et de grands monastères qui étendent leur influence: Santa María de Ripoll, San Cugat, San Juan de las Abadesas, San Pedro de Rodas, San Martín de Canigó… Avec le splendide califat de Cordoue en toile de fond.

Au milieu de tout cela, un jeune femme sera discuté pour libérez-vous de la servitude de votre monde familier fermé Et social.

Un autre personnage crucial de Armes de lumière es olivia, fils des comtes de Cerdagne et de Besalú, qui en l'an 1002 renonce à son héritage pour devenir moine. Au milieu de la confusion et de la violence, un homme émerge dont la raison et la sagesse apporteront la lumière et découvriront le vrai trésor, qui est de nature spirituelle ...

  • AL: Vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu? Et la première histoire que vous avez écrite?

JSA : Le premier livre que je me souviens avoir lu était intitulé Je suis d'Estrémadure. C'était un livre d'enfant qui décrivait des choses d'Estrémadure et racontait des histoires de personnages d'Estrémadure du passé.

J'ai écrit la première histoire quand j'avais 10 ans. Était un histoire d'un pianiste.

  • AL: Quel a été le premier livre qui vous a frappé et pourquoi?

JSA : J'ai été très choqué Michel Strogoff par Jules Verne. Ça m'a ému, ça m'a gardé dans la tension, ça m'a fait voyager… Je n'ai jamais pu oublier cette histoire.

  • AL: Quel est votre écrivain préféré? Vous pouvez en choisir plusieurs et parmi toutes les époques.

JSA : Ce n'est pas une question à laquelle il est facile de répondre dans mon cas. Mais j'essaye ... Miguel Délibés, en tant qu'auteur espagnol contemporain. piaulement BarojaBenito Pérez Galdos, Lewis Landman… Etrangers: Victor Hugo, Fyodor Dostoïevski, Lion Tolstoï, Anton Tchekhov, Vladimir Nabokov (je viens d'auteurs russes ...). Mais aussi Thomas Mann, Virginia Woolf, Orhan Pamuk, Nagib Mafoud, Najib Mahfoud… Il y en a tellement!

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

JSA : Le demi vicomte par Italo Calvino lorsque nous avons l'information.

  • AL: Avez-vous des passe-temps en matière d'écriture ou de lecture?

JSA : J'écris avec un stylo à encre noire sur folio blanc. Ensuite, il va à l'ordinateur ...  

Je lis par une fenêtre de ma maison à Alange. Devant un très beau paysage.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire??

JSA : La automne du soir à côté de cette fenêtre.

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez en plus du genre historique?

JSA : Je ne lis généralement pas de romans historiques, car je passe beaucoup de temps à lire l'histoire, des traités, des chroniques, des essais ... Pour le reste, je lis un peu de tout: la philosophielivres de voyage classique, biographies et même livres de cuisine et la gastronomie.

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

JSA : J'ai lu un livre de Eugène ZolliIntitulé Avant l'aurore. Et j'écris le scénario pour un documentaire sujet historique.

  • AL: Comment pensez-vous que la scène de l'édition est pour autant d'auteurs qu'il y a ou veulent publier?

JSA : Il me semble que il y a de nombreuses opportunités. Le support numérique est un bon moment pour commencer. Ne vous découragez jamais. La bonne nouvelle est que, malgré la pandémie, le marché de l'édition s'est développé et se lit bien plus qu'il y a un an.

  • Le moment de crise que nous traversons est-il difficile pour vous ou pourrez-vous rester avec quelque chose de positif?

JSA : C'est une période terrible. Mais, dans mon cas, J'ai pu réfléchir et travailler avec plus d'immobilité et de concentration.

L'époque dans laquelle nous vivons est en effet triste, sombre ... Nous sommes confrontés à une situation nouvelle et inattendue. Nous tous, grandis dans une culture qui essayait de plus en plus de bannir la douleur et la mort, nous sommes soudainement confrontés à la fragilité et à l'impuissance. Les questions nous viennent directement et violemment à travers le danger imminent et la peur qui nous agite. C'est la peur de tomber malade, d'être kidnappé dans une unité de soins intensifs… C'est, enfin, la peur de mourir. La pandémie nous a rendus à la mort, l'événement le plus terrible et le plus insurmontable pour beaucoup.

J'ai rencontré des situations très douloureuses. Mais aussi ce temps rare, comme toutes les circonstances défavorables, a ses enseignements et ses moments de confort et de lumière. Il n'y a pas assez d'espace ici pour indiquer les cas avec la description nécessaire. Qu'il suffise de dire que Je découvre des choses passionnantes sur l'être humainCette merveille que nous sommes! Un mystérieux mélange d'ombres et de lumières ... Il y a des gens qui viennent à moi, souvent émerveillés, pour l'avoir découverte en interne, pour la rencontre de nombreuses vertus humaines qui sont restées latentes et qui font maintenant surface ... Amitiés retrouvées, familles désunies qui se retrouvent, appels inattendus, pardon, réconciliation, actes héroïques, désintérêt, amour sincère ... Je suis sûr qu'à partir de maintenant, plus rien ne sera plus pareil!


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)