Clara Peñalver. Entretien avec l'auteur de Sublimation

La photographie. Clara Peñalver. La page Facebook.

Clara Penalver est écrivain et consultant créatif. Son dernier roman est Sublimation et est basé sur la série originale de Conte. A fait ses débuts avec et est le créateur de la série de Ada Levy -Comment tuer une nympheLe jeu des cimetières y La fracture du sablier—. En outre, il écrit également livres pour enfants et a collaboré à la radio et à la télévision. Je vous remercie beaucoup avez consacré un peu de votre temps à cette interview, ainsi que sa gentillesse et son attention.

Clara Peñalver - Entretien 

  • NOUVELLES DE LA LITTÉRATURE: Sublimation C'est votre nouveau roman, qui a émergé comme une série audio. Que nous en dites-vous et de sa gestation dans ce format ?

CLARA PEÑALVER : Sublimation est une histoire qui subi plusieurs voyages chanceux avant de se réaliser. Pour commencer, il est né comme un thriller futuriste avec la mort comme centre et fil conducteur. Au début, il n'y avait qu'une histoire dans ma tête, sans formatage, alors quand la possibilité d'écrire pour Conte, j'ai décidé de l'insérer dans le règles d'une série audio. 

Tout ça entre fin 2018 et 2019. Quand j'ai finalement signé le contrat et me suis mis au travail sur l'histoire, 2020 est arrivée et, avec elle, la pandémie. La pandémie m'a forcé à faire beaucoup de changements dans l'histoire, notamment en ce qui concerne la pandémie elle-même. Mon histoire était basée sur les conséquences d'un virus dans le monde et, quand j'écrivais déjà SublimationTout d'un coup, tout le monde suivait un cours accéléré sur la façon dont un virus se propage, comment il passe d'une épidémie à une pandémie, et comment l'humanité doit s'adapter complètement, ou presque, à une situation comme celle-là. Je me sentais comme un idiot disant aux futurs auditeurs et lecteurs quelque chose qui sauraient déjà presque mieux que moi lorsque l'histoire a été publiée, alors j'ai apporté des modifications.

J'ai éliminé tout ce qui concernait la transmission du virus, de son impact impact sur le plan humain. Ce fait grandir nombre de ses personnages et que d'autres sont apparus nuevos, avec lequel, ce qui aurait pu être un grand problème pour l'histoire, a fini par être, alors, son grand coup de chance. L'histoire est tellement meilleure maintenant.

  • AL : Vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu ? Et la première histoire que tu as écrite ?

CP: Je me souviens du premier livre que j'ai dévoré, un adaptation du roman d'Agatha Christie Meurtre sur l'Orient Express, édité par Barco de Vapor et intitulé Meurtre sur le Canadian Express. Je me souviens que j'ai dévoré ce roman, que j'ai vécu dans chacune de ses pages, et qu'à partir de là, j'ai commencé à dévorer chaque livre qui me tombait entre les mains.

A propos de la première histoire que j'ai écrite, disons, un plan d'histoire un peu plus long (parce que j'avais déjà écrit beaucoup de mauvaises - très mauvaises - poésies et beaucoup de nouvelles), je ne me souviens pas du titre, mais c'était un conte fantastique à propos d'une fille qui est soudainement allée dans un autre avion où elle a été impliquée dans une guerre entre royaumes et... eh bien, quelque chose de très épique. Je pense que c'était à seize ans et qu'avec elle ils m'ont donné le reconnaissance locale au concours de contes de ma ville. C'était la première fois que j'étais dans le journal.

  • AL : Un scénariste en chef ? Vous pouvez en choisir plusieurs et de toutes les époques. 

CP: La vérité est que j'ai beaucoup de rédacteurs en chef, en plus, ils changent selon le livre avec lequel je me trouve, au niveau d'écriture je veux dire.

Par exemple, avec Sublimation, Philip K. Dick et George Orwell étaient mes principaux auteurs. Eh bien, les deux et l'auteur de L'été où ma mère avait les yeux verts, Tatiana îbuleac, pour ce style narratif si riche et agile qu'il se manifeste phrase après phrase. J'ai tellement aimé ce premier roman qu'elle a publié ici en Espagne que je n'ai pas pu m'empêcher de le nommer dans le mien. Sublimation

Avec le roman actuel, mes auteurs de référence sont Martin Amis, Amélie Nothomb (je reviens trop à elle, surtout à elle Métaphysique des tubes) Y Ernesto Sabato.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

CP: Sans aucun doute le seigneur Ripley, de la grande Patricia Forgeron. Je suis très intéressé, presque obsédé par les dislocations de l'esprit humain, et Highsmith était particulièrement doué pour cela.

  • AL: Y a-t-il des habitudes ou des habitudes particulières en matière d'écriture ou de lecture?

CP: Au moment de lire non.

Au moment d'écrire ces lignes, j'ai une bonne poignée de passe-temps, de combats-moi avec les stylos ou des plumes, si un jour je n'en ai pas assez cédé, jusqu'à ce que j'en ai besoin avoir ma table scrupuleusement propre si c'est dans le bureau où je vais travailler. Aussi j'écris à la main, dans des cahiers Paperblanks spécialement choisis pour chaque histoire, qui se situe probablement entre une jolie habitude et une manie de fer.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

CP: En ce qui concerne lire, si je suis avec un livre papier, j'aime le faire sur le canapé ou au lit; parfois aussi dans certains cafétéria. Si j'écoute, c'est-à-dire, si j'écoute un livre audio ou une série audio, je le fais toute la journée, pendant que je m'occupe de mon bébé, pendant que je cuisine, pendant que je marche dans la rue, pendant que je fais les courses. Bref, à tout moment ou lors de toute tâche qui ne nécessite pas d'effort intellectuel. Ce qui veut dire que si je peux à peine lire deux romans sur papier par mois, en les écoutant je peux dévorer trois ou quatre livres par semaine, quelque chose qui me rend très heureux, et qui me permet d'apprécier la littérature d'une manière différente.

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez?

CP: En fait, je suis chair à canon pour récit contemporain. je lis seulement thriller ou roman police quand je n'écris pas et pour me divertir, presque jamais comme source d'apprentissage.

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

CP: Maintenant je viens de finir Invisible, du Paul Auster, je suis sur le point de passer au prochain roman du même auteur, Saut de kills, est avec des connotations autobiographiques. Je suis aussi plongé dans l'écriture de mon prochain thriller, plus dans le style des romans d'Ada Levy que Les voix de Carole o Sublimation, ce qui signifie qu'il s'agit d'un Thriller dans lequel je brise toutes les règles eu et avoir. C'est un roman que j'ai l'intention de terminer et de livrer d'ici septembre.

  • AL: Comment pensez-vous que la scène de l'édition est? Pensez-vous que cela va changer ou l'a-t-il déjà fait avec les nouveaux formats créatifs ?

CP: Eh bien, je pense que la scène de l'édition est beaucoup plus intéressant que jamais. La secteur Le livre traditionnel a montré pendant la pandémie que a encore de la force d'avancer, bien qu'évidemment avec des changements et de multiples adaptations à l'époque. Le nouveau format dans le domaine de la littérature, je me réfère à acoustique, nous montre que cette lecture et ce plaisir des fictions écrites n'est pas seulement terminé, mais est en plein essor.

  • AL : Le moment de crise que nous vivons est-il difficile pour vous ou saurez-vous garder quelque chose de positif pour les histoires à venir ?

CP: Voyons, je ne vais pas vous dire que c'était facile, mon travail a été grandement affecté, notamment dans les activités que j'ai toujours exercées en dehors de l'écriture. Cependant, j'ai retiré beaucoup de bonnes choses de la pandémie, pour commencer, une fille et une relation précieuse avec mon partenaire.

Et ça m'a aussi aidé modifier mon ordre de priorité, et de me diriger sur le lieu de travail vers des objectifs beaucoup plus satisfaisants, pas plus faciles, mais beaucoup plus rafraîchissants et excitants. Ce qui veut dire que bien sûr Je trouve des choses positives dans tout ça. Si je ne l'avais pas fait, j'aurais cessé d'être moi-même.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.