Carla Montero. Entretien avec l'auteur de The Fire Medallion

Photographie : Carla Montero, profil Twitter.

Carla montero Il a étudié le droit et la gestion des affaires, mais les dernières années ont été consacrées à la littérature. Il a gagné Prix ​​du Cercle des lecteurs de romans avec Une dame en jeu, son premier succès. Puis ils ont continué La table d'émeraude, La peau d'or, L'hiver sur ton visage ou Le jardin des femmes Verelli. Son dernier roman est Le médaillon de feu et il est sorti en octobre dernier. Je vous remercie beaucoup votre temps et votre gentillesse en m'accordant cette interview dans lequel il parle d'elle et d'autres sujets.

Carla Montero - Entretien

  • LITTÉRATURE ACTUELLE : Le titre de votre roman est Le médaillon de feu. Que nous en dites-vous et d'où est venue l'idée ?

CARLA MONTERO : Le médaillon de feu reprendre certains des personnages d'un de mes précédents romans, La table d'émeraude, de les embarquer dans une nouvelle aventure à la recherche de la relique qui donne son titre au livre. Ana Garcia Brest, un jeune historien de l'art, et Martin Lohse, un mystérieux chasseur de trésors, sont les protagonistes de cette intrigue qui les emmène à travers Madrid, Berlin, Zurich, Saint-Pétersbourg ou Istanbul dans une course dangereuse pour obtenir le bijou.

Au cours de leur recherche, ils se connecteront avec un histoire du passé se déroulant à Berlin, en mai 1945, juste après que les Soviétiques aient pris la ville et que la Seconde Guerre mondiale se termine en Europe. Dans ce scénario convergent plusieurs personnages qui ont beaucoup à voir avec le médaillon : Katya, une tireuse d'élite russe; Eric, un scientifique allemand; Ramiro, un étudiant espagnol, Et Peter Hanke, un ancien agent de la Gestapo.

L'idée d' reprendre les personnages de La table d'émeraude C'est quelque chose que, tout au long de ces dix années depuis la publication de ce roman, le public. Cela, avec d'autres sujets que je voulais aborder et qui semblaient parfaitement s'intégrer au projet, a conduit à Le médaillon de feu.

  • AL : Pouvez-vous revenir au premier livre que vous avez lu ? Et la première histoire que tu as écrite ?

CM: Non, je ne me souviens pas du premier livre que j'ai lu. C'était peut-être une bande dessinée, quand j'étais petite je les aimais, aussi les livres de Elena Fortun, Les cinq, Les Hollisters… Peut-être que le premier livre pour adultes que j'ai lu était Cardigan, du Daphné du Maurier, et ça m'a bluffé. La première chose que j'ai écrite était un aventure romantique, à la main, en folios, étant adolescent.

  • AL : Un scénariste en chef ? Vous pouvez en choisir plusieurs et de toutes les époques. 

CM : j'ai trop auteurs préférés, je ne peux pas en choisir un. Jane Austen, les sœurs bronzée, Charles Diable, oscar Wilde, Agathe Christie, Hemingway, Scott Fitzgerald, Ken brochure, Rosamunde pilcher, Miguel Délibés, Elena Fortún ... Buf, c'est que j'en ai laissé tant ...

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer? 

CM : Un Jane Eyre et M. Rochester.

  • AL: Y a-t-il des habitudes ou des habitudes particulières en matière d'écriture ou de lecture? 

CM: Aucun. En raison de ma situation de membre d'une famille nombreuse, j'écris où je peux, comment je peux et quand je peux.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire? 

CM : Si je peux choisir, je préfère les moments de silence et solitude, à mon bureau devant la fenêtre, avec un thé, qui finit par être froid, et une bougie allumée. 

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez?

CM: Tout sauf la terreur -sauf pour certains classiques- et science fiction

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

CM:Hommes sans femmes, du Murakami. Et écris, j'en écris quelques-uns interviews.

  • AL : Comment pensez-vous que la scène de l'édition est et qu'est-ce qui vous a décidé à essayer de publier ?

CM : moi j'ai décidé publier le prix du Cercle des lecteurs de romans. Jusque-là, je n'avais pas eu la vocation de publier, j'écrivais pour mon plaisir. Mais je suis tombé sur ce prix récemment annoncé et le fait qu'il ait été voté exclusivement par les lecteurs m'a encouragé à me présenter. Je l'ai gagné et cela m'a amené là où je suis aujourd'hui, douze ans plus tard et avec six romans publiés.

Actuellement, l'existence de nombreux plateformes d'autoédition C'est une bonne vitrine pour faire le grand saut dans le monde de l'édition. C'est vrai aussi qu'il y a beaucoup de concurrence et, d'après ce que j'entends, il est difficile de trouver des œuvres qui allient qualité et orientation commerciale.

  • AL : Le moment de crise que nous vivons est-il difficile pour vous ou saurez-vous garder quelque chose de positif pour les histoires à venir ?

CM : La situation actuelle ne m'affecte pas au niveau professionnel, en tout cas, elle le fait pour le mieux car ces années de pandémie les gens ont repris goût à la lecture comme un loisir prioritaire. Dans tous les cas, Je ne pense pas que cette pandémie m'inspire. Pour ma part, j'en ai assez pour le vivre, je ne veux pas qu'il fasse aussi partie de mes histoires. Ce n'est même pas un sujet attrayant pour moi en tant que lecteur.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.