Entretien avec I. Biggi, lauréat du prix Cerros de Úbeda pour les romans historiques

L'écrivain basque Iñaki Biggi a remporté le prix Collines d'Úbeda du roman historique avec votre titre le plus récent, Valkyries. Auteur aussi de Le sanctuaire y La formule Stradivarius, aujourd'hui nous consacre cette interview Je vous remercie beaucoup pour votre gentillesse, votre temps et votre dévouement. Eskerrik demande.

Actualités littéraires: Vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu? Et la première histoire que vous avez écrite?

I. Biggi : Pas le premier livre, mais ce serait un roman de Les trois enquêteurs, magnifique serie pour attirer les enfants vers la lecture. J'ai récemment relu l'un d'entre eux pour essayer de trouver la formule alchimique avec laquelle je l'ai obtenu. Et bien sûr comment ne pas mentionner Salgari avec Sandokan o Le corsaire noir.

Je ne me souviens pas non plus de la première chose que j'ai écrite. Beaucoup de choses, toutes perdues. Mais la première chose que j'ai écrite avec un peu de fondation c'était mon premier roman, Le sanctuaire, qui a commencé comme une histoire courte et s'est terminée par plus de 300 pages.

AL: Quel a été le premier livre qui vous a frappé et pourquoi?

I. Biggi : Peut-être El Padrino. Je pense que c'est le roman qui plus de fois j'ai lu, sûrement un score. Les personnages qu'il dessine Mario Puzo ils me semblent presque insurmontables. Vito Corleone c'est un être monstrueux mais il a sa propre dignité. Ce mélange me fascine.

AL: Quel est votre écrivain préféré? Vous pouvez en choisir plusieurs et parmi toutes les époques.

I. Biggi : Tolkien, Maalouf. Mais J'ai ri mucho avec Sharpe, Pratchett, Mendoza… J'ai voyagé dans les étoiles avec Asimov. Et passé tellement effrayé avec Stephen King. Agatha Christie et son Hercule Poirot. En y réfléchissant, je me souviens de plus en plus.

AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

I. Biggi : Iñigo Montoya de La princesse fiancée. Combat, torture, vengeance, géants, miracles, persécutions, véritable amour. Que pouvez-vous demander d'autre à un livre?

AL: Avez-vous des passe-temps en matière d'écriture ou de lecture?

I. Biggi : Pour lire je crois que aucune. Je le fais dans n'importe quelle position et à tout moment. Je deviens abstrait facilement. Écrire est déjà une autre histoire: silence et espace bouger. Si je suis en pleine frénésie, et avec combien je suis nerveux, J'ai été immédiatement submergé et tout me dérange.

AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

I. Biggi : Où il y a un ordenador, tranquillité, temps et espace. Je ne demande pas grand-chose, n'est-ce pas?

AL: Quel écrivain ou livre a influencé votre travail en tant qu'auteur?

I. Biggi : Mes premiers romans Je les ai écrits à un moment où j'étais immergé dans toute lecture de roman historique avec des complots qui sont tombés entre mes mains, et ils m'ont beaucoup marqué. Alors je suppose que je devrais dire Philip Van Den Bergen et La conjuration Sixtine, Ken Follet et Les piliers de la Terre, Amin Maalouf et Le voyage de Baldassare, Umberto Eco et Le nom de la rose...

AL: Vos genres préférés?

I. Biggi : Évidemment le roman historique. Mais aussi, et beaucoup, le roman noir et de nombreuses œuvres de science-fiction ou fantastique. Il y a des genres, pas beaucoup, que je n'ai pas l'habitude de lire, mais j'en ai toujours été Ils sont lus jusqu'à l'étiquette du colacao chaque fois que vous prenez votre petit-déjeuner.

AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

I. Biggi : Maintenant je suis avec Temps d'espoir, le dernier roman de Emilio lara, et avec Gataca de Franck Thilliez.

Concernant l'écriture Je suis avec les corrections de mon cinquième roman, Je l'attendsà la sortie du quatrième, qui apparaîtra dans printemps, et finir de préparer un sixième qui est déjà entré dans la phase d'écriture, une fois la documentation compilée. Ils sont romans indépendants les uns les autres et j'aime généralement réserver leurs parcelles, au cas où ils gagneraient.

AL: Comment pensez-vous que la scène de l'édition est pour autant d'auteurs qu'il y a ou veulent publier?

I. Biggi : Eh bien, pourquoi allons-nous nous tromper. Comme tu l'as bien dit, il y a beaucoup d'auteurs et nous voulons tous voir nos œuvres dans les librairies, qui nous ont coûté tant d'heures, de joies et de souffrances, et pas assez de demande pour tout absorber. Les éditeurs prennent des risques financiers et parfois cela ne paie pas. Nous essayons tous de rendre les œuvres visibles. Lorsque vous publiez un roman, vous êtes déjà nerveux à propos des ventes car un futur en dépend. Si vous ne l'avez toujours pas publié, vous faites du porte-à-porte ... Ce n'est pas facile.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.