Sara Gutiérrez. Entretien avec l'auteur de Le dernier été de l'URSS

Photos de couverture : avec l'aimable autorisation de Sara Gutiérrez.

Sara Gutiérrez Elle est ophtalmologiste, mais elle écrit aussi des essais aux rapports. Elle dirige également l'agence Ingenio de Comunicación avec Eva Orue. Il vient de présenter un roman, le premier, intitulé Le dernier été de l'URSS. Dans cette interview Il nous en parle et nous en dit beaucoup plus. J'apprécie vraiment le temps et la gentillesse que vous m'avez accordés.

Sara Gutiérrez - Entretien

  • LITTÉRATURE ACTUELLE: Votre dernier roman est Le dernier été de l'URSS. Que nous en dites-vous?  

SARA GUTIÉRREZ : Dernier et premier, jusqu'à présent tout ce que j'avais écrit était un essai ou un gros rapport.

Le dernier été de l'URSS est une histoire basée sur le voyage que j'ai fait à travers les terres soviétiques, de la mer Baltique à la mer Noire, pendant la première semaine de juillet 1991, quelques mois après la dissolution de l'Union soviétique. 

Celui que j'ai commencé comme un voyage touristique de plus a fini par devenir un expérience extraordinaire digne d'être partagé, principalement grâce à deux facteurs : le premier, mon compagnon de voyage, une collègue ouzbek qui n'avait jamais voyagé pour le plaisir de le faire ni vu la mer ni goûté à la liberté, et qui au début je ne voulais pas qu'elle vienne avec moi ; et le deuxième, trains de nuit, ceux à qui nous avons été contraints par ma condition de bourse en URSS (qui m'empêchait de me déplacer sans autorisation spéciale ou de séjourner dans un hôtel) et dans lesquels nous coïncidons avec des gens de toutes sortes désireux de parler du divin et de l'humain.

Dans la perspective du temps, le promenades à la journée par les villes que nous visitonsLeningrad, Tallin, Riga, Vilnius, Lvov, Kiev y Odesa, à partir de Kharkiv) : les barricades de Riga, l'intense activité religieuse à Lvov, la manifestation d'indépendance à laquelle nous avons participé à Kiev, par exemple, étaient un catalogue de signaux sur la transcendance du moment.

Dans la narration du voyage il y a forcément entremêlé empreintes de la vie quotidienne les deux dernières années de l'URSS (j'étais arrivé dans le pays en novembre 1989 pour me spécialiser en ophtalmologie) et les 5 premières années de vie indépendante dans les républiques (j'ai vécu en Russie jusqu'en juillet 1996).

Le livre est complété par le excellentes illustrations de Pedro Arjona, et quelques photos et documentation du voyage royal, dans une édition exquise de Reino de Cordelia.

  • AL: Pouvez-vous revenir au souvenir de ce premier livre que vous avez lu? Et la première histoire que vous avez écrite?

SG: Je pense que le premier livre que j'ai lu était Aventure dans la vallée d'Enid Blyton et, plus tard, toutes les aventures qui ont eu et à avoir de ce gang.

Si je dessine de mémoire, ce dont je me souviens comme premiers écrits sont quelques-uns poèmes d'amour à l'adolescence.

  • AL: Quel a été le premier livre qui vous a frappé et pourquoi?

SG: Le premier premier... aucune idée. Je me souviens que j'avais hâte qu'il arrive dans les librairies L'amour au temps du choléra pour le bon goût dans ma bouche que j'avais Cent ans de Solitude peut-être à cause du réalisme magique de García Márquez pour moi. Et, entre les deux, je me souviens m'être donné passionnément au Rayuela de Cortazar.

  • AL : Cet écrivain préféré ? Ils peuvent être plus d'un et de tous les temps.

SG: je suis un grand fan de comique, et j'essaie de ne rien manquer de Joe Sacco.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

SG: J'aurais aimé rencontrer Sherlock Holmes, et traîner avec lui dans le bureau de mon collègue ophtalmologiste, le Dr Conan Doyle. Je suppose que cela aurait été particulièrement stimulant pour moi de créer Frankenstein.

  • AL: Y a-t-il des habitudes particulières lors de l'écriture ou de la lecture?

SG: J'allais dire aucun, mais maintenant que j'y pense Je lis ou écris toujours allongé, ou au moins avec vos jambes tendues haut, détendues.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

SG: La dimanche matin, dans le lit. Lire sur une chaise longue face à la mer est aussi un grand plaisir.

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez? 

SG: j'aime particulièrement le comique et l' épreuve.

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

SG: Je lis L'évangile des anguilles par Patrik Svensson (Asteroid Books, 2020). je pense au compte d'un autre voyage.

  • AL : Que pensez-vous de la scène éditoriale par rapport à votre position dans l'équipe que vous formez chez Ingenio de Comunicación ?

SG: Parler en général est difficile et dangereux, mais en m'en tenant à la partie du secteur avec laquelle je me rapporte, je pense qu'il est très actif, en croissance et à la recherche de nouvelles façons de renforcer l'importance du livre en tant que tel, en le transformant même en objet de désir, et très engagé auprès des librairies. 

  • AL: Le moment de crise que nous traversons est-il difficile pour vous ou pourrez-vous garder quelque chose de positif pour les futurs romans?

SG: Le moment que nous vivons est d'être très très durMais je ne doute pas que s'il reste quelque chose, ce sera le moins grave à long terme.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)