Marie Rey. Entretien avec l'auteur des Mille noms de la liberté

Nous avons discuté avec María Reig de son nouveau roman historique.

Photographie : Maria Reig. Site de l'auteur.

Marie Rey est un autre de ces jeunes exemples qui, à partir de l'auto-édition, mais avec détermination et enthousiasme, le succès littéraire est atteint. Avec des titres comme papier et encre y Une promesse de jeunesse, présente maintenant un nouveau roman qui vient de sortir : Les mille noms de la liberté. Dans ce interview Il nous parle d'elle et bien plus encore. Je vous remercie beaucoup votre temps consacré et votre gentillesse.

Maria Reig — Entretien

  • LITTÉRATURE ACTUELLE : Votre dernier roman publié s'intitule Les mille noms de la liberté. Que pouvez-vous nous en dire et d'où est venue l'idée ?

MARIE REIG : Les mille noms de la liberté est un voyage dans le temps en Espagne au début du XIXe siècle à travers les histoires de trois personnages : Inés, la deuxième fille d'une famille bourgeoise de Santa Cruz de Tenerife qui doit se rendre dans la péninsule pour aider sa famille ; Modesto, un étudiant en commerce qui aspire à devenir député et découvre que Cadix de las Cortes qui a disparu en 1815 ; et Alonso, un homme à la vie querelleuse qui se cache de son passé dans les rues de Cadix, mais qui recevra une mission qui changera à jamais ses plans et sa vie. Dans l'itinéraire de chacune de ces trois vies se croiseront secrets, désirs, vengeance, politique et cette incessante quête de liberté si caractéristique du XIXe siècle. 

L'idée est née de mon amour pour l'Histoire et pour cette période spécifique que j'aimais tant étudier et qui est la toile de fond de certains de mes romans préférés. Je voulais vraiment explorer les tenants et les aboutissants du règne de Ferdinand VII, raconter des histoires de recherche et de dépassement dans une période aussi convulsive et déterminante. A travers la documentation, je précisais les personnages et nuançais les intrigues. Pour moi, cela a été une expérience très enrichissante et passionnante. 

  • AL : Pouvez-vous revenir au premier livre que vous avez lu ? Et la première histoire que tu as écrite ?

MR : Je ne me souviens pas du premier livre que j'ai lu, même si je suppose que c'était l'un des livres de histoires que ma sœur et moi avions. Cependant, je retiens certains de ceux qui ont marqué mon enfance : j'aimais ceux de Kika Super Sorcière, que j'ai dévoré en heures, et j'ai beaucoup apprécié des titres comme L'histoire interminable o Le pays de l'or brûlant

oui je me souviens du première histoire longtemps j'ai écrit. C'était un été, j'ai eu quelques douze années. Et raconté les expériences d'une fille de mon âge. À partir de ce moment-là, et bien que l'histoire n'ait pas été très ambitieuse, j'ai écrit une longue histoire chaque été. J'ai adoré profiter des vacances pour entrer dans ma bulle et créer des personnages, des scènes, des aventures. Peu à peu, ils sont devenus plus complexes et étendus. 

  • AL : Un scénariste en chef ? Vous pouvez en choisir plusieurs et de toutes les époques. 

MR : Il y a plusieurs écrivains qui m'ont profondément marqué. Parmi eux, je soulignerais Carlos Ruiz Zafon, Jeanne Austen, Tolstoï, Maria Dueñas o Catherine Neville

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer? 

M. : Je pense Elisabeth Bennett, le protagoniste de Orgueil et préjugé.  

  • AL: Y a-t-il des habitudes ou des habitudes particulières en matière d'écriture ou de lecture? 

M. : Pour lire tout ce dont j'ai besoin c'est qu'il y ait assez de lumière et je suis sur papier celle du livre électronique. Et pour Écrire, j'aime bien etécouter de la musique pendant que je travaille – je crée des playlists pour chaque roman – et j'ai besoin relire le dernier J'ai écrit avant de continuer. 

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire? 

J'aime lire dans le sofa, dans les après-midi de tranquillité et de détente. lire dans le train, même si c'est moins courant, je l'aime aussi. Pour Écrire, l'endroit idéal est mon bureau, avec toutes les notes et livres de référence à portée de main. 

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez? 

MR : En tant que lecteur, j'explore toutes sortes de genres. Dès que j'ai lu un roman russe du XIXe siècle comme un thriller actuel ou un récit contemporain à la Sally Rooney. En tant qu'écrivain c'est vrai que j'ai un faible pour le roman historique. Pour moi, la phase de documentation est vitale dans le processus de création. Et, en plus, je suis fasciné par la capacité de divulgation qu'a le genre. 

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

M. : Je lis sarum, du Edouard Rutherfurd. En ce qui concerne l'écriture, en ce moment je me concentre sur la promotion Les mille noms de la liberté

  • AL : Comment pensez-vous que la scène de l'édition est et qu'est-ce qui vous a décidé à essayer de publier ?

MR : Je pense que le monde de l'édition a acquis une dynamisme sans précédent ces dernières années et que la possibilité de publier à de nouvelles voix, quelque chose de très positif, nécessaire et rafraîchissant. Cependant, le Rythme frénétique de publication rend également tout extrêmement éphémère. Le défi est d'avoir un impact sur un lecteur, d'être capable de se tailler une niche sur des étagères qui n'ont jamais eu plus d'options parmi lesquelles choisir. 

Dans mon cas, j'ai décidé de publier car, depuis mon plus jeune âge, j'ai eu besoin d'écrire, de créer des histoires. Pendant de nombreuses années, j'ai pensé qu'ils resteraient dans un tiroir, uniquement disponibles pour ma famille et mes amis. Mais ensuite j'ai pensé que je ne voulais pas que ce soit mon histoire, que Je voulais essayer de partager ce que j'ai écrit avec d'autres personnes. Alors j'ai commencé à l'essayer et, avec le travail et l'illusion, je l'ai eu

  • AL : Le moment de crise que nous vivons est-il difficile pour vous ou saurez-vous garder quelque chose de positif pour les histoires à venir ?

MR : Je crois que chaque expérience nous façonne en tant qu'êtres humains, nous impacte et laisse un résidu à partir duquel des conclusions intéressantes peuvent être tirées. Je suis convaincu que ce que j'ai vécu va me faire aborder certaines situations différemment et, peut-être, m'identifier plus intensément à certains personnages. À la fin, l'inspiration, pour moi, se nourrit d'apprentissage, d'expériences, de travail et d'observation


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.