Esteban Navarro. Entretien avec l'auteur d'un roman policier

Photographie: site Web d'Esteban Navarro.

Stéphane Navarro (Moratalla, 1965) est un très prolifique auteur de romans policiers qu'un jour, il a décidé de s'auto-publier après l'avoir fait avec plusieurs éditeurs. M'a accordé cette interview où il nous raconte un peu tout. De son travail, ses écrivains et livres préférés et comment il voit la scène actuelle. J'apprécie vraiment ta gentillesse et le temps de m'occuper de moi.

Stéphane Navarro

Police nationale pendant de nombreuses années, a quitté la profession et il se consacra pleinement à l'écriture. Il a commencé à publier sur 2008 et a travaillé avec divers éditeurs tels que Random House, Playa de Ákaba ou Doce Robles. Mais c'est l'un de ces cas inhabituels qui a décidé de parier sur lui-même et maîtrisez votre production en passant au publication assistée par ordinateur.

Parmi ses titres de genre policier - il connaît le tissu pour quelque chose - il y a Un an de pratique, L'altruiste, Penumbra ou Une histoire policière.

Interview

  • NOUVELLES DE LA LITTÉRATURE: Vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu? Et la première histoire que vous avez écrite?

ESTEBAN NAVARRO: Le premier livre que j'ai lu était L'évasion de Logan. Ma mère me l'a acheté au Cercle des lecteurs, quand j'avais entre huit et neuf ans. J'avais lu avant, mais je pense que c'était le premier livre que j'ai lu dans son intégralité.

Ma première histoire, que je ne garde pas, se voulait un comique, puisque j'ai tenté de le dessiner en l'écrivant. Je me souviens que c'était intitulé Son Lomo, et il s'agissait d'un voleur en col blanc qui a volé les coffres-forts des riches pour le pur plaisir.

  • AL: Quel est ce livre qui vous a touché et pourquoi?

FR: j'ai été choqué Demandez à Alicia. C'est un livre écrit d'après le journal d'un adolescent mort d'une overdose et ses parents, une fois qu'ils l'ont sauvé, ont voulu que son expérience soit rendue publique. Je l'ai lu quand j'avais douze ans et c'est peut-être pour cela qu'il m'a frappé.

  • AL: Vous êtes un auteur très prolifique. Quel point commun ou quelle caractéristique tous vos romans ont-ils?

FR: Le premier lecteur de mes romans est moi-même, par conséquent, ils sont écrits pour me divertir. J'écris ces histoires que j'aimerais lire.

  • AL: Un écrivain ou des écrivains préférés? Vous pouvez choisir parmi toutes les époques.

FR: Georges Simenon, sans hésiter. Et Oscar WildePar La photo de Dorian Gray, que je considère comme un chef-d'œuvre de la littérature universelle.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

DANS UN Ellery Reine. À l'époque, il semblait être un personnage très curieux.

  • AL: Avez-vous des passe-temps en matière d'écriture ou de lecture?

FR: Je ne commence jamais un roman avant d'avoir le titre, Je ne parviens pas à écrire sur un document portant le nom "Sans titre". Et je n'en ai pas à lire: j'ai lu assis dans un fauteuil, à une table, sur une chaise, dans le champ, sur la plage et même chez ma belle-mère, si nécessaire. Je lis sur papier, mobile, Kindle, iPad ou autre où il peut être lu.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

FR: Je le fais habituellement en mon petit bureau de mon petit appartement, où j'ai un fauteuil et une lampe, à côté de la table où j'écris mes romans.

  • AL: Plus de genres littéraires que vous aimez?

FR: J'ai tout lu, mais j'ai une prédilection particulière pour science fiction.

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

FR: En ce moment je lis Histoire de rêve, du Arthur Schnitzler. Et je me retrouve immergé dans mon prochain roman, que je prévois de publier dans Novembre cette année.

  • AL: Comment pensez-vous que la scène de l'édition est pour autant d'auteurs qu'il y a ou veulent publier?

DANS: I Je m'auto-publie, cela dit tout. Les éditeurs recherchent uniquement des auteurs et auteurs connus, que leurs œuvres soient bonnes ou non. Le roman, dans ce cas, est le moins important.

  • AL: Le moment de crise que nous traversons est-il difficile pour vous ou pourrez-vous garder quelque chose de positif pour les futurs romans?

FR: Pour le moment, je n'ai pas renoncé à écrire sur ce que nous vivons, mais il est certain que dans tout ce qui est écrit à partir de maintenant il y aura une réflexion, quoique légère, de cette crise.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)