Amara Castro Cid. Entretien avec l'auteur de Avec ça et un gâteau

Photographie : Site Internet Amara Castro Cid.

Amara Castro Cid, originaire de Vigo, a récemment été dans le monde littéraire, mais a déjà connu le succès avec ses romans publiés jusqu'à présent, Assez de temps et cela Avec ça et un gâteau. Dans ce interview Il nous parle un peu d'elle et bien plus encore. J'apprécie votre temps et votre gentillesse.

Amara Castro Cid - Entretien

  • LITTÉRATURE ACTUELLE : Votre dernier roman s'intitule Avec ça et un gâteau. Que nous en dites-vous et d'où est venue l'idée ?

AMARA CASTRO CID : Avec ça et un gâteau est un roman de famille, d'amitié, d'amour et d'amélioration. C'est l'histoire d'une jeune femme, Mariana, qui retourne dans son Vigo natal pour se remettre des séquelles d'un accident. Son père, ses frères, son psychologue, son kinésithérapeute... tous seront des personnages cruciaux pour la guérison, non seulement physique mais aussi émotionnelle. Le thème sous-jacent est le processus de deuil, mais c'est un livre positif, tendre qui se lit avec plaisir et qui, selon les lecteurs, se connecte depuis le début. 

L'idée mijotait. J'ai toujours prêté une attention particulière à comment la perte d'un être cher nous affecte. C'est quelque chose que nous devons tous affronter à un moment donné et nous ne sommes pas préparés. Le déclencheur pour mettre mon inquiétude sur papier a été un jour que j'ai cassé un verre dans la cuisine à la maison. Je l'aimais parce qu'il avait été avec moi toute ma vie, le dernier d'une série de six, un survivant qui a pris fin à cause de ma maladresse. Je me voyais ramasser les fragments et les déposer délicatement à la poubelle. Je lui ai dédié quelques mots de gratitude, tout un enterrement pour un simple objet. Mais ça faisait du bien de le faire, ça soulageait la douleur. J'ai commencé à penser à lui douleur qui génère une perte quand il n'y a aucune possibilité d'adieu et à ce moment est né Avec ça et un gâteau

  • AL : Pouvez-vous revenir au premier livre que vous avez lu ? Et la première histoire que tu as écrite ? 

AMC : Quand j'étais petit j'étais malade très souvent et je me souviens au lit avec un livre dans les mains aussi longtemps que je me souvienne. Tout d'abord, j'ai été captivé par une collection d'histoires, Les Miniclassiques. Puis vint Michael Ende avec le caractère de Bouton Jim. Et comme un livre d'une certaine longueur, Le Magicien d'Oz Il a exercé sa magie sur moi, me donnant le goût de la lecture pour m'accompagner toute ma vie. 

La première histoire que j'ai écrite, je ne me souviens pas. Enfant, j'aimais déjà écrire et je le faisais tous les jours. J'ai quitté la maison et la ville plusieurs fois au cours de ma vie et je ne sais plus quand j'ai perdu de vue mes cahiers d'enfance. Récemment j'ai trouvé une histoire avec date de 1984, c'est-à-dire de mes 9 ans. Cela ne pourrait pas être plus ringard. Un grand-père racontait des histoires à ses petits-enfants dans la chaleur de la cheminée. Il y avait un burrito qui regardait depuis la fenêtre, un chat très doux sur les genoux de grand-père et, bien sûr, une grand-mère aimante qui préparait des muffins pour le thé de l'après-midi ne pouvait pas manquer.

  • AL : Et ce rédacteur en chef ? 

AMC : Laura Esquivel est toujours le premier sur la liste par Como agua para chocolate, mon roman préféré ; Isabel Allende, en particulier celui de ses premières œuvres ; Rani Manicka, pour l'empreinte qu'il m'a laissée avec Mère de riz; Susana Lopez Rubio, à qui je ne me lasse pas de recommander ; Juan José Millas, maître des maîtres ; Cristina Lopez Barrio, par la force avec laquelle son style narratif me saisit ; Domingue Villar, mon prochain, un excellent écrivain que j'admire profondément ; José Luis Martin Vigile, pour avoir tant marqué ma jeunesse de lectrice ; et je ne veux pas arrêter de mentionner Eloy Moreno, non seulement à cause de ses paroles mais aussi parce qu'il a été ma référence dans la persévérance pour réaliser le rêve d'écrire.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer? 

AMC : j'aimerais rencontrer Tara Westover, auteur et protagoniste de Une éducation. ça aurait été un honneur créer John Brown, caractère secondaire de Como agua para chocolatepar Laura Esquivel.

  • AL: Y a-t-il des habitudes ou des habitudes particulières en matière d'écriture ou de lecture? 

AMC : Je ne peux pas être plus maniaque et le pire c'est que cela s'aggrave avec l'âge. Je collectionne toutes les manies typiques des lecteurs et des écrivains, mais je vais vous dire un peu plus personnel. Quand j'écris, j'ai généralement quelques Playmobil sur la table. La plupart sont des personnages du roman sur lequel je travaille, mais je suis également accompagné de deux autres, Crète et Chypre, lecteurs potentiels. Sans eux, je ne me concentre pas. Si quelqu'un veut me rendre la vie impossible, il n'a qu'à le cacher et il aura gagné la bataille.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire? 

AMC : Il n'y a pas de meilleur moment pour moi que quatre ou cinq heures du matin, quand tout est silencieux. Garde en tête que J'habite dans une rue piétonne, la plus commerçante de Vigo, et il n'est pas facile de se concentrer avec un chanteur d'opéra sous sa fenêtre et si lorsqu'il part vous profitez d'un moment de calme, soyez assuré qu'un guitariste, un cornemuseur ou un auteur-compositeur-interprète arrivera bientôt. S'il n'y a personne avec les décibels à pleine capacité, c'est qu'une manifestation, un défilé s'apprête à passer ou qu'il est temps d'assister à l'allumage des illuminations de Noël. Les bibliothèques étaient mon refuge, mais je ne peux pas travailler avec un masque. J'espère être de retour très bientôt. 

Et un endroit très spécial où j'aime écrire est le grenier de la maison de mes parents. Je me l'ai approprié comme bureau d'été et c'est un endroit agréable pour écrire.

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez? 

AMC : J'aime aller entrelacement des genres dans la lecture. A l'heure où j'écris, avec l'idée d'éditer, je suis plus fidèle à ce que je fais à cause de « cordonnier, à tes chaussures », mais je garde aussi quelques secrets dans le tiroir. Qui sait si un jour...?

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

AMC : Je lis La soeur perdue, du Lucinda Riley. C'est le septième tome de la saga de Les sept soeurs. Je les ai tous aimés. J'ai lu ceci avec une boule dans la gorge parce que l'auteur nous a quittés cette année à cause d'un cancer. Une jeune femme, avec une carrière brillante et tellement de choses à raconter… Je ne peux pas croire que ce sera la dernière histoire que je lis de Lucinda Riley, alors j'essaie d'avancer lentement, je ne veux pas que ça s'épuise.

Ça fait un moment depuis J'ai commencé à écrire mon troisième roman. Pour l'instant je ne peux pas révéler grand choseJe vais juste vous dire que le nom du personnage principal est Rita et il est également mis en Galice, comme mes romans précédents. Un m très excité Avec ce projet, même si parfois je suis frappé par l'idée de ne pas être à la hauteur, principalement parce que je suis un être humain et, en tant que tel, j'ai les craintes normales que n'importe qui d'autre aurait. Heureusement, je ne suis pas pressé. Je savoure chaque phase du processus et j'aime bouger à mon rythme.

  • AL : Comment pensez-vous que la scène de l'édition est ?

AMC : j'ai commencé comme auteur auto-édité en 2017. Je comprends que la pandémie a considérablement accru cette façon de lancer un travail à la lumière, mais à ce moment-là, nous n'étions pas si nombreux et cela s'est très bien passé grâce au effort titanesque Qu'ai-je réussi à faire pour le promotion. Cependant, je savais que ce n'était pas la voie que je voulais suivre, et dès le deuxième roman, j'avais plus de tempérance. Le jour où Maeva a approuvé mon manuscrit, je m'en souviendrai toujours comme l'un des plus heureux de ma vie. Maintenant, je suis exactement là où je voulais être. Vous ne pouvez pas demander plus.

  • AL : Le moment de crise que nous vivons est-il difficile pour vous ou saurez-vous garder quelque chose de positif pour les histoires à venir ?

AMC : Je pense que, dans une plus ou moins grande mesure, nous sommes tous différents, différents de ce que nous étions avant la pandémie. Personnellement, Je trouve encore particulièrement difficile de m'habituer à quitter à nouveau la maison. Disons que je souffre encore un peu d'un confinement du périmètre mental, tout cela me semble incroyablement loin. Et je sors, oui, mais je le fais avec un certain effort. Je suis également devenu incapable de regarder un programme d'information sans que les larmes me viennent aux yeux. Je suppose que tout cela laissera sa marque dans les histoires à venir, c'est inévitable.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)