Claudio Rodriguez. Anniversaire de sa mort. Poèmes

Photographie : Claudio Rodriguez. Cervantes virtuel.

Claudio Rodriguez, poète de Zamora, mort à Madrid Un jour comme aujourd'hui en 1999, alors qu'il travaillait sur son dernier livre. C'est un sélection de certains de leurs des poèmes pour s'en souvenir ou le découvrir.


Claudio Rodriguez

Licencié en Philologie romantique, était un lecteur espagnol aux Universités de Nottingham et Cambridge, ce qui lui a permis de rencontrer les romantiques anglais déjà Dylan Thomas, une influence fondamentale sur sa formation de poète. A remporté plusieurs récompenses dans sa carrière en tant que Adonaïs, la Littérature Nationale, la Poésie nationale ou l' Prince Asturies des Lettres. Il était également membre de l'Académie royale espagnole de la langue.

Poèmes

Don d'ivresse

La clarté vient toujours du ciel ;
c'est un don : on ne le trouve pas parmi les choses
mais bien au-dessus, et les occupe
en faire sa vie et son œuvre.
Alors le jour se lève ; donc la nuit
ferme la grande chambre de ses ombres.

Et c'est un cadeau. Qui fait moins créé
jamais aux êtres ? Quelle haute voûte
les contient-il dans son amour ? S'il arrive déjà
et il est encore tôt, il est déjà autour
sur le chemin de vos vols
et se profile, et s'éloigne et, encore lointain,
rien n'est aussi clair que vos impulsions !

Oh clarté assoiffée d'un chemin
d'un sujet pour l'éblouir
se brûler en faisant son travail.
Comme moi, comme tout ce que vous attendez.
Si tu as pris toute la lumière,
Comment puis-je attendre quelque chose de l'aube?

Et pourtant - c'est un cadeau - ma bouche
attends, et mon âme attend, et tu m'attends,
poursuite ivre, clarté solitaire
mortel comme l'étreinte des faucilles,
mais j'enlace jusqu'à la fin qui ne lâche jamais.

Cette illumination de la matière...

Cette illumination de la matière,
avec sa coutume et avec son harmonie,
avec le soleil qui mûrit,
avec le toucher calme de mon pouls,
quand l'air devient profond
dans l'angoisse du contact de mes mains
qui jouent sans méfiance,
avec la joie de la connaissance,
ce mur sans fissures,
et la porte maléfique, suintante,
jamais fermé,
quand la jeunesse s'en va, et avec elle la lumière,
sauver ma dette.

Nouveau jour

Après tant de jours sans chemin et sans maison
et sans douleur même et les cloches seules
et le vent noir comme celui de la mémoire
arrive aujourd'hui.

Quand hier le souffle était un mystère
et le look sec, sans résine,
je cherchais un éclat définitif
vient si délicat et si simple,
si serein de levure nouvelle
ce matin…

C'est la surprise de la clarté
l'innocence de la contemplation,
le secret qui s'ouvre avec le moulage et l'étonnement
la première neige et la première pluie
laver la noisette et l'olivier
déjà très proche de la mer.

Immobilité invisible. Brise qui souffle
la mélodie à laquelle je ne m'attendais plus.
C'est l'illumination de la joie
avec le silence qui n'a pas le temps.
Plaisir sérieux celui de la solitude.
Et ne regarde pas la mer car elle sait tout
quand le temps viendra
où la pensée n'atteint jamais
mais oui la mer de l'âme,
mais oui ce moment de l'air entre mes mains,
de cette paix qui m'attend
quand le temps viendra
-deux heures avant minuit-
de la troisième houle, qui est la mienne.

Un vent

Laisse le vent traverser mon corps
et allumez-le. Vent du sud, salin,
très ensoleillé et très fraîchement lavé
d'intimité et de rédemption, et de
impatience. Entrez, entrez dans mon feu
ouvre moi ce chemin
jamais connu : celui de la clarté.
Ça a l'air assoiffé d'espace,
Vent de juin, si intense et libre
que le souffle, c'est maintenant le désir
sauve-moi. Venir
ma connaissance, à travers
tant de matière éblouie par ta fronde
grâce
A quel point tu m'agresses et m'apprends
vivre, oublier,
vous, avec votre musique claire.
Et comment tu soulèves ma vie
très silencieusement
très tôt et avec amour
avec cette porte lumineuse et vraie
qui m'ouvre serena
parce qu'avec toi je ne m'en soucie jamais
que quelque chose obscurcit mon âme.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.