Charles Simic a un anniversaire. Certains de ses poèmes

Un Mai 9 1938 est né Charles simic, Poète américain né à Belgrade qui traite dans ses poèmes de la vie contemporaine. Il a été Prix ​​Pulitzer de poésie en 1990 et est toujours reconnu comme une des grandes voix de la scène poétique internationale. Je fais une sélection de certains de ses poèmes.

Qui est Charles Simic

Il est né en Belgrade en 1938. En 1943 son père a émigré aux États-Unis (Il était ingénieur et sa profession lui avait fait nouer de nombreux contacts). Le reste de la famille, Charles, sa mère et un jeune frère, n'ont pas pu le rencontrer en haut 1954. Là, ils se sont installés à Chicago. Charles a terminé le lycée, mais n'est pas allé à l'universitéAu lieu de cela, il a commencé à travailler et à écrire de la poésie. Après avoir fait son service militaire en 1961, il était envoyé en Allemagne et en France comme police militaire.

En 1968 a publié son premier livre, Ce que dit l'herbe. Il a enseigné la littérature à l'Université de Californie puis au New Hampshire où il continue de travailler aujourd'hui. A publié plus de soixante livres, entre eux un en prose, La vie des images. Le dernier est Griffonné dans le noir, publié dans 2018.

Il est considéré l'un des plus grands poètes et essayistes contemporains de langue anglaise, mais il est également très admiré sur la scène poétique internationale. Il a gagné Prix ​​Pulitzer de poésie 1990 et il est également poète lauréat des États-Unis.

Plus de travaux

  • Démanteler le silence 
  • Hôtel Insomnia
  • Le monde ne s'arrête pas et d'autres poèmes
  • Où est le chat?
  • Une mouche dans la soupe, qui recueille leurs souvenirs.
  • La voix à trois heures du matin 

Poèmes

Notre gang

Comme les mites

traîner autour d'un lampadaire

en enfer

nous étions.

Âmes perdues,

tous et chacun.

si vous les trouvez,

renvoyez-les à l'expéditeur.

**

Papillon noir

Vaisseau fantôme de ma vie

surchargé de cercueils,

mettre les voiles

avec la marée du soir.

**

Dans cette notre prison

Où le directeur est si discret

que personne ne le voit jamais

faites votre tour,

il faut être très courageux

taper sur une paroi cellulaire

quand les lumières sont éteintes

En attente d'être écouté,

sinon pour les archanges du ciel,

oui pour les damnés de l'enfer.

**

Téléphone sans ligne

Quelque chose ou quelqu'un que je ne peux pas nommer

m'a fait asseoir et accepter ce jeu

Je continue de jouer des années plus tard

sans connaître leurs règles ou savoir avec certitude

qui gagne ou perd,

autant que je me suis creusé la cervelle en étudiant

l'ombre que je projette sur le mur

comme un homme qui attend toute la nuit

un appel depuis un téléphone sans ligne

se disant que ça sonne peut-être.

Le silence autour de moi si dense

que j'entends un bruit de cartes mélangées,

mais quand je regarde mon dos, inquiet,

il n'y a qu'un papillon de nuit dans la fenêtre,

son esprit insomniaque et dérangé comme le mien.

À partir de poèmes sélectionnés

Pastèques

Bouddhas verts
Au stand de fruits.
Nous mangeons un sourire
Et nous crachons nos dents.

**

Note glissé sous une porte

J'ai vu une grande fenêtre aveuglée
Par la lumière du soleil de fin d'après-midi.

J'ai vu une serviette
Avec de nombreuses empreintes sombres
Accroché dans la cuisine.

J'ai vu un vieux pommier
Un châle à vent sur ses épaules,
Avançant seul très petit à petit
Chemin des collines arides.

J'ai vu un lit défait
Et j'ai senti le froid de ses draps.

J'ai vu une mouche trempée dans le noir
De la nuit à venir
Me regardant parce que je ne pouvais pas sortir.

J'ai vu des pierres qui étaient venues
D'une grande distance violette
Se presser autour de la porte d'entrée.

**

Peur

La peur passe d'homme en homme
Sans savoir,
Comme une feuille passe son tremblement
À un autre.
Soudain, tout l'arbre tremble
Et il n'y a aucun signe du vent.

**

La chaise

Cette chaise était autrefois un élève d'Euclide.

Le livre de ses lois repose sur son siège.

Les fenêtres de l'école étaient ouvertes

Alors le vent a tourné les pages

Chuchotant les glorieuses épreuves.

Le soleil se couche sur les toits dorés.

Partout les ombres s'allongeaient

Mais Euclide ne dit rien de tel.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.