1. Un des «bons» (ou assez corrects) policiers et enquêteurs

Je viens de commencer Le dernier bateau, le nouveau roman très attendu de Domingue Villar avec son inspecteur Vigo Léo Caldas en tant que protagoniste. Caldas est l'un des très rares policiers nationaux que j'ai suivi avec dévouement pendant longtemps, car je suis plutôt un agent des forces de l'ordre ou un enquêteur d'autres régions du monde. J'ai donc retrouvé sa bonhomie, son bon travail et ses bonnes manières, sa nature nostalgique et donc galicienne, et en même temps son efficacité. Oui Je me suis souvenu d'autres collègues contemporains similaires. Pour les lecteurs de romans policiers qui préfèrent ceux honnêtes, sacrifiés, droits et incorruptibles serviteurs de l'ordre et de la justice.

Un Américain, un Norvégien, un Italien, un Français et un germano-écossais

Que partagent-ils?

Il y en a beaucoup plus, mais J'ai décidé de ces six. Ils sont tous issus de séries et d'écrivains reconnus avec leurs nationalités. Et on n'appartient pas à la police, mais est un enquêteur amateur, mais entre dans la liste pour être l'un de ces personnages positifs, gentils, amicaux, généreux et sacrifiés pour leurs amis et leurs proches. Tous partagent vertus similaires iIndépendamment de leurs personnages et de leurs origines.

Ce sont des efficace, intègre, sacrifié pour son équipe, son personnel ou ses amis, bien qu'ils soient devenus des scélérats comme Luca Betti et Marco Tanzi, le "bon" flic et le "mauvais" flic de la série Milan Negro signée Romano De Marco.

Aussi ont tendance à la solitude et à la mélancolie, voire à la dépressionprécisément parce qu'ils reconnaissent cette nature honnête et généreuse. Mais ils partagent sûrement tous le besoin de ne succombez pas au côté attrayant et puissant du mal avec qui ils coexistent tant. Oui, c'est peut-être un défi plus difficile d'être bon que mauvais dans le roman policier.

Martin Servaz - Bernard Minier

Le commandant français de la Police de Toulouse Martin Servaz en souffre particulièrement dépression et besoin traitement professionnel à un moment très traumatisant. C'est ce à quoi il doit faire face pendant quatre romans à un ennemi impitoyable avec laquelle, pour le moment, il ne semble pas y avoir moyen de terminer.

Bernard Minier nous l'a présenté à Sous la glace et nous continuons avec Le cercle, N'éteignez pas la lumière y Nuit. Et c'est devenu l'un des plus suivis du genre. Servaz est apprécié pour compassion (trop peut-être déjà surtout dans le dernier titre) et comment il a sacrifié une bonne partie de sa stabilité émotionnelle pour son travail.

Son combat est plus féroce par le contraste avec ce psychopathe invincible qui en surprend tant et le persécute sans relâche. Et nous souffrons avec lui pour sa fille, pour ses pertes et pour ses effort constant en surmontant vos peurs, mais en le faisant correctement.

Jan Fabel - Craig Russell

Jan Fabel est Commissaire en chef de la police de Hambourg. Moitié écossais et moitié allemand, il a ces justes moitiés qu'il partage avec son créateur, l'écossais épris d'allemand et ancien policier. Craig Russell.

Fabel est droit jusqu'à en dire assez, impeccable dans ses manières et ferme mais prévenant avec une équipe qui le respecte et l'admire. Lui, en retour, est toujours en attente d'eux ainsi que sa fille, qui est en danger plus d'une fois. Il s'entend même à merveille avec son ex-femme, bien que les lecteurs puissent soupçonner qu'elle n'est pas du blé propre à plusieurs reprises.

Nous l'avons seulement vu à moitié hésitant une fois (ce qui n'est ni l'un ni l'autre) à un niveau personnel, quand il a jeté une chevelure grise inattendue sur l'air dans El Señor del Carnaval. Face à une telle droiture, peut-être Russell lui a accordé une pause, profitant de cette atmosphère de carnaval à Cologne. Mais montre un fort contrôle de tous vos sentiments, même ceux d'entre nous qui veulent vous deviner pour une composante de votre équipe. Pour moi, c'est le plus indemne.

Myron Bolitar - Harlan Coben

L'américain Harlan Coben créé chez l'ancien basketteur, représentant sportif et chercheur amateur Myron bolitar pour que ami que nous voulons tous avoir. Vous ne pouvez pas demander plus de sympathie ou de volonté d'aider et de prendre soin des autres lorsqu'ils ont un problème. De plus, il est le fils parfait avec un amour absolument dévoué pour ses parents. Et bien sûr le meilleur petit ami et le plus amoureux, toujours pour le meilleur.

Mais la chose la plus intéressante est la relation d'affection et de soutien inconditionnels avec son meilleur ami Gagner Lockwood, le reflet opposé, sombre et sinistre du même miroir. Ensemble, ils sont invincibles par complémentarité et constituent l'un des meilleurs couples littéraires contemporains du genre.

Luca Betti - Romano De Marco

C'est la même chose que Luca Betty et Marco Tanzi. Romano De Marco a créé ces deux policiers dans la série Milan Noir qui composent Disparue y Ville de poussière. Il faut être de très bonnes personnes, et très à l'italienne, pour finir par aider votre partenaire et meilleur ami qui un jour est allé du côté obscur et qui vous a également trompé avec votre femme, mais qui a fini par vivre dans la rue puis sa fille a disparu.

Le bon Luca Betti non seulement prend et aide Tanzi, mais doit faire face à cette déjà ex-femme dont il est toujours amoureux, plus sa fille, plus un nouveau partenaire qui arrive à l'appartement. Le fait est que cela touche son honnêteté et comment il accepte de ne pas pouvoir s'empêcher d'être comme ça, malgré d'autres complications et la possibilité de s'ébouillanter à nouveau. Vous ne pouvez donc pas vous empêcher de l'admirer non plus.

Holger Munch - Samuel Bjørk

Munch est ce commissaire vétéran, compréhensif, bon père, mari et grand-père. Et dans son travail il est en charge d'une équipe dont il se sent aussi mentor. Le Norvégien Samuel Bjørk créé en Je voyage seul y Le hibou le prototype peu vu dans ces parties nordiques du doux policier, qui essaie de prendre les pires cas avec le plus grand contrôle.

Munch est un autre exemple avec son homologue de Mia Krüger, l'inspecteur jeune mais instable auquel il doit se tourner de nouveau pour travailler. Vous appréciez donc leur tranquillité particulière.

Leo Caldas - Domingo Villar

Plus galicien que la pieuvre à feira et plus bon que ce riche pain de leur terre. Et avec cette touche de sans-abri, de nostalgie et de retraite qui caractérise ses compatriotes. Leo Caldas est aussi efficace, infatigable, intuitif et avec beaucoup de main gauche. Mais c'est aussi un excellent gourmetune fils attentif et inquiet pour son père ainsi que très marqué par la mort prématurée de sa mère. Et surtout très blessé par une rupture sentimentale.

Oui aussi Vous l'opposez à un assistant aragonais sans frein ni mesure, déséquilibré par le repli galicien, mais fidèle, loyal et résolu, vous obtenez l'un des meilleurs couples du genre noir natif. Ils ont déjà leur trilogie avec Yeux d'eau, La plage des noyés y il est Le dernier bateau.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.