Alexandre Pouchkine. Anniversaire de sa naissance. 7 poèmes

Le duel de Pouchkine. Peinture d'Adrian Volkov.

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine Il est certainement le poète russe le plus connu et le plus admiré, mais il était aussi romancier et dramaturge. Et le dernier jour 6, ils sont déjà comptés 239 ans après sa naissance à Moscou. D'origine aristocratique, il est considéré comme le père de la littérature russe moderne. Et il était aussi amoureux de l'Espagne. Aujourd'hui je veux lui dédier cet article car l'un de ses poèmes, Le prisonnierEn plus d'être l'un de mes préférés, cela m'a également inspiré pour l'un de mes romans. Voilà donc mon souvenir de sa silhouette avec 6 autres.

Alexandre Sergueïevitch Pouchkine

Alexandre Pouchkine appartenait à une famille de Aristocrates russes, mais dans ses veines coulait le sang d'un page noir qui avait servi le tsar Pierre Ier le Grand. Ce sont sa grand-mère et son soignant, qu'elle appréciait le plus, qui lui ont appris et transmis le passion pour les contes et la poésie folkloriques russes. Il était un lecteur très précoce et n'hésitait pas à prendre les volumes de la bibliothèque de son père, en plus d'assister aux rassemblements littéraires qui se tenaient chez lui.

À douze ans, il a été admis à la nouvelle création Lycée impérial (qui plus tard fut appelé le lycée Puskhin), et c'est là qu'il découvrit sa vocation poétique. Ses professeurs l'ont encouragé à publier ses premiers poèmes et il l'a fait dans le magazine Journal de l'Europe.

Sa poésie dans ces jeunes années était plus sentimental qu'idéologique, mais certains des poèmes qu'il a écrits comme La liberté o Le village a attiré l'attention de Services secrets tsaristes. Cela l'a mis sous les projecteurs et il a été accusé d'activités subversives, le forçant à aller en exil. Il était en Ukraine et en Crimée. Cette expérience l'a marqué et s'est reflétée dans ses principaux poèmes comme Le prisonnier du Caucase o Les frères bandits.

Mariage avec Natalia Gontcharova, et à cause de la défense de son honneur, il est mort à l'âge de 37 ans d'une blessure par balle aux mains d'un soldat français en duel. Mais il était déjà considéré comme le père de la langue littéraire russe et du fondateur de la littérature russe moderne. Le gouvernement russe a décidé d'organiser des funérailles secrètes pour éviter d'éventuelles émeutes et manifestations politiques de ses admirateurs.

Travailler

Son travail contient un mélange de réalisme, histoire, romantisme et satire et parmi ses titres les plus importants sont Borís Godunov, Eugène Onegin, Poltava, Les cavaliers de bronze, La fille du capitaine o La reine de pique.

Su amour pour l'Espagne a commencé quand il a trouvé pour son inspiration la littérature de l'âge d'or. Il était fasciné par les figures de Don Juan et Don Quichotte. Et deux de ses œuvres, le drame L'invité de pierre et le poème Le pauvre monsieur, ils boivent de ces sources.

7 poèmes choisis

Soif précipite ton tendre gémissement

Soif précipite ton tendre gémissement,
ton intimité qui m'enivre
et brûlant, la langue du doux désir,
passion dont le vin ne satisfait pas.
Mais coupez avec cette histoire,
cachez-vous, fermez votre rêve:
sa flamme qui brûle je le crains,
J'ai peur de connaître votre secret.

Du zéphyr de la nuit

Du zéphyr de la nuit
l'éther coule.
bulle,
s'enfuit
le Guadalquivir.

La lune d'or est sortie
Silence ...! Hé!… De la guitare au son.
La fille espagnole amoureuse
Il a regardé sur son balcon.

Du zéphyr de la nuit
l'éther coule.
bulle,
s'enfuit
le Guadalquivir.

Décolle, ange, la mantille!
Quelle journée claire montrez-vous!
Par la balustrade de fer
enseigne le pied divin!

Du zéphyr de la nuit
l'éther coule.
bulle,
s'enfuit
le Guadalquivir.

C'était dans sa patrie, sous ce ciel bleu

C'était dans sa patrie, sous ce ciel bleu
elle, la rose fanée ...
Enfin il est mort, un souffle était toi,
ombre adolescente que personne ne touche;
mais il y a une ligne entre nous, c'est un abîme.
J'ai essayé, en vain, d'aérer mon sentiment:
la mort dit les lèvres avec un sombre cynisme,
et, je l'ai assisté avec indifférence.
Que j'aimais alors d'une âme fervente,
à qui j'ai donné mon amour en suspens,
avec tant de tristesse infinie et aimante,
avec martyre silencieux, avec délire.
Qu'est-il arrivé à l'amour et au chagrin? Ay dans mon âme
pour le naïf, la pauvre ombre,
pour l'heureux souvenir des jours perdus,
Je n'ai pas de larmes, pas de musique qui la nomme.

Le prisonnier

Je suis derrière les barreaux dans une cellule humide.
Élevé en captivité, un jeune aigle,
ma triste compagnie, battant des ailes,
à côté de la fenêtre, sa pitanza démange.

Le brochet, le jette, regarde la fenêtre,
comme s'il pensait la même chose que moi.
Ses yeux m'appellent et son cri,
et il veut dire: Prenons la fuite!

Vous et moi sommes libres comme le vent, sœur!
Fuyons, il est temps, faisons du blanc entre les nuages
la montagne et la marine brillent en bleu,
où nous ne marchons que le vent. ..et moi!

Je sacrifie tout à ta mémoire

Je sacrifie tout à votre mémoire:
les accents de la lyre inspirée,
le cri d'une jeune femme brûlée,
le tremblement de ma jalousie. De gloire
l'éclat et mon sombre exil,
la beauté de mes pensées claires
et vengeance, rêve orageux
de mes terribles souffrances.

Le chanteur

As-tu jeté la voix nocturne à côté du bosquet
le chanteur de l'amour, le chanteur de son chagrin?
à l'heure du matin, quand les champs se taisent
et les sons de la flûte de Pan sont tristes et simples,

Vous ne l'avez pas entendu?

Avez-vous trouvé dans l'obscurité boisée stérile
au chanteur de l'amour, au chanteur de son chagrin?
Avez-vous remarqué son sourire, la trace de ses pleurs,
son regard doux, plein de mélancolie?

Vous ne l'avez pas trouvé?

As-tu soupiré attentif à la voix calme
le chanteur de l'amour, le chanteur de son chagrin?
Quand tu as vu le jeune homme au milieu des bois,
en croisant son regard terne avec le vôtre,

N'as-tu pas soupiré?

je l'aimais

Je l'aimais,
et cet amour peut-être,
est toujours dans mon âme, brûle ma poitrine.
Mais confondez-la davantage, je ne veux pas.
Que mon amour ne vous apporte pas de douleur.
Je l'aimais. Sans espoir, avec folie.
Sans voix, par jalousie consommée;
Je l'aimais, sans tromperie, avec tendresse,
A tel point que j'espère que Dieu le veut
et qu'un autre, l'amour l'a comme le mien.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.