Abdulrazak Gurnah

Paysage marin de Zanzibar

Paysage marin de Zanzibar

Abdulrazak Gurnah est un écrivain tanzanien qui a remporté le prix Nobel de littérature 2021. L'Académie suédoise a déclaré que l'auteur a été choisi pour la « description émouvante des effets du colonialisme et du sort du réfugié dans le fossé entre les cultures et les continents ... ". Cela faisait 18 ans que le dernier Africain - John Maxwell Coetzee en 2003 - avait remporté ce prix important.

Gurnah se distingue pour décrire de manière sensible et crue le transit des personnes déplacées par la faim et la guerre des côtes africaines vers l'Europe, et comment atteindre la "terre promise" ils doivent encore surmonter une mer de préjugés, d'obstacles et de pièges . Aujourd'hui, il a publié dix romans et un nombre considérable d'histoires et de nouvelles, toutes écrites en anglais. — Même si le swahili est sa langue maternelle. Depuis 2006, il est membre de la Royal Literature Society, une organisation en Grande-Bretagne dédiée à l'étude et à la diffusion de la littérature.

Détails biographiques de l'auteur, Abdulrazak Gurnah

Enfance et études

Abdulrazak Gurnah est né le 20 décembre 1948 sur l'île de Zanzibar (archipel de Tanzanie). À l'âge de 18 ans, il a dû fuir sa terre natale vers le Royaume-Uni en raison des persécutions contre les musulmans. Déjà sur le sol anglais, il a poursuivi des études supérieures au Christ Church College et en 1982 a obtenu un doctorat à l'Université de Kent.

Professeur de collège

Depuis des décennies, Gurnah a consacré sa vie à enseigner au niveau universitaire dans le domaine des études anglaises.. Pendant trois années consécutives (1980-1983), il a enseigné au Nigeria, à l'Université Bayero de Kano (BUK). Il a été professeur d'anglais et de littérature postcoloniale, ainsi que directeur du département d'anglais à l'Université de Kent, fonctions qu'il a occupées jusqu'à sa retraite.

Abdulrazak Gurnah

Abdulrazak Gurnah

Ses travaux d'investigation portent sur le postcolonialisme, ainsi que dans le colonialisme dirigé contre l'Afrique, les Caraïbes et l'Inde. Actuellement, d'importantes universités utilisent ses œuvres comme matériel d'enseignement. Les matières enseignées par des professeurs expérimentés se démarquent, telles que : Patricia Bastida (UIB), Maurice O'Connor (UCA), Antonio Ballesteros (UNED) et Juan Ignacio de la Oliva (ULL), pour n'en citer que quelques-uns.

Expérience d'écrivain

Dans sa carrière d'écrivain, il a créé des nouvelles et des essais, cependant, ses romans sont ceux qui lui ont donné le plus de reconnaissance. De 1987 à nos jours, il a publié 10 œuvres narratives dans ce genre. Ses trois premières œuvres -Souvenir de départ (1987), Chemin des pèlerins (1988) y Dottie (1990) - ont des thèmes similaires : ils montrent des nuances différentes des expériences des immigrés en Grande-Bretagne.

En 1994, il publie l'un de ses romans les plus reconnus, Paradise, qui a été finaliste du prestigieux British Booker Prize en 2001. Cette œuvre a été le premier à être introduit dans la langue espagnole -Quoi Paradis-, il a été publié à Barcelone en 1997 et a été traduit par Sofia Carlota Noguera. Deux autres titres de Gurnah qui ont été introduits dans la langue de Cervantès sont : Silence précaire (1998) y Sur la rive (2007).

Gurnah - considérée comme "la voix des déplacés" - s'est également démarquée pour d'autres romans, tels que : By the Sea (2001), Désertion (2005) y Coeur de gravier (2017). En 2020 présenté son dernière œuvre narrative : L'au-delà, considéré par les critiques britanniques comme : "Une tentative pour donner une voix aux oubliés."

Style de l'auteur

Les œuvres de l'auteur sont écrites dans une prose sans gaspillage ; en eux leur intérêt pour des questions telles que l'exil, l'identité et les racines est évident. Ses livres montrent les effets de la colonisation de l'Afrique de l'Est et ce que souffrent ses habitants. Ceci est vu comme le reflet de sa vie d'immigré, un élément clé qui le distingue des autres écrivains africains de la diaspora résidant sur le territoire britannique.

De même, Anders Olsson - Président du Comité Nobel - considère que les personnages créés par Gurnah sont très bien construits. À cet égard, il déclare : « Entre la vie qu'ils ont laissée derrière eux et la vie à venir, ils affrontent le racisme et les préjugés, mais ils se convainquent aussi de faire taire la vérité ou de réinventer leurs biographies pour éviter les conflits avec la réalité.

Un Nobel qui a surpris le monde

Prix ​​Nobel de littérature

Prix ​​Nobel de littérature

Même dans le monde littéraire, beaucoup demandent « Qui est Abdulrazak Gurnah ? » ou « Pourquoi un écrivain inconnu a-t-il remporté le prix ? » Le fait est qu'il y a plusieurs raisons suffisantes pour lesquelles Gurnah est devenu 2021 le cinquième Africain à remporter le Littérature Nobel. Cependant, tout indique que le jury a pris sa décision en fonction du thème abordé par l'auteur.

Pouvoirs de Gurna

Le fait que beaucoup ignorent la trajectoire d'un écrivain tanzanien n'enlève rien à ses compétences d'écrivain. Sa riche maîtrise de la langue, ainsi que la sensibilité qu'il parvient à capter à chaque ligne, font de lui un auteur proche du lecteur.. Dans ses œuvres, son engagement envers la réalité de son pays natal et de ses compatriotes est mis en évidence, ce qui valorise la nature humaine de sa plume et le lien entre ses expériences et son travail littéraire. Chaque histoire montre un contexte marqué par les guerres subies sur le continent.

Mais pourquoi Gurnah est-il différent ? Eh bien, l'auteur refuse de recréer des histoires redondantes sur ce qui s'est passé entre l'Angleterre et l'Afrique. Avec ses livres, il a montré une vision renouvelée du continent africain et de ses habitants, aux nuances denses que peu ont prises en compte, qui a brisé les stéréotypes et affirmé la figure du déplacé aux yeux de ceux qui lisent. Abdulrazak soulève la réalité du colonialisme et de ses conséquences aujourd'hui - la migration n'est que l'une d'entre elles, mais de chair et de sang.

Un prix dominé par d'autres nationalités

Il n'est pas surprenant que depuis la création du prix Nobel de littérature en 1901, la majorité des lauréats soient européens ou nord-américains. La France au premier rang avec 15 écrivains primés, suivis de près par les États-Unis avec 13 et la Grande-Bretagne avec 12. Et, comme mentionné à l'avance, seuls cinq Africains ont jusqu'à présent été honorés de cette distinction renommée.

Dix-huit ans s'étaient écoulés depuis eLe dernier africain se élevé avec ce prix important : John Maxwell Coetzee. Avant le Sud-Africain, il a été reçu en 1986 par le Nigérian Wole Soyinka, en 1988 par l'Egyptien Naguib Mahfouz et la première femme africaine, Nadine Gordimer, en 1991.

Maintenant, Pourquoi y a-t-il tant de disparité ?; sans aucun doute, c'est quelque chose de difficile à répondre. Cependant, on s'attend à ce que ces prochaines années voient des changements au sein de l'Académie suédoise, dus, en grande partie, aux scandales sur les inégalités et les abus qui ont eu lieu en 2018. Par conséquent, un an plus tard, un nouveau comité a été créé dans le but de changer. la vision et éviter les scénarios déshonorants. À cet égard, Anders Olsson a exprimé :

« Nous avons les yeux ouverts sur des écrivains que l'on pourrait qualifier de postcoloniaux. Notre regard s'élargit avec le temps. ET le but de l'Académie est de dynamiser notre vision de la littérature en profondeur. Par exemple, la littérature dans le monde postcolonial ».

Ces nouveaux préceptes ont donné lieu à l'Africain de se faire remarquer devant les grands noms. Ses oeuvres singulières —Avec des sujets difficiles mais extrêmement réels— a permis au Comité Nobel de la classer comme "l'un des écrivains postcoloniaux les plus remarquables au monde… ».

Forte concurrence

Cette année, il y avait des noms de lettrés renommés dans l'environnement. Des écrivains tels que : Ngugi Wa Thiong'o, Haruki Murakami, Javier Marías, Scholastique Mukasonga, Mia Couto, Margaret Atwood, Annie Ernaux, entre autres. Ce n'est pas en vain que la surprise de la victoire de Gurnah, bien méritée, surgit dans une jungle dense de personnages consacrés.

Javier Marias.

Javier Marias.

Impressions de l'auteur après avoir remporté le prix Nobel

Après avoir reçu le prix, l'auteur tanzanien n'entend pas abandonner le thème qu'il a fait Lauréat du Prix Nobel. Avec la reconnaissance, vous vous sentez plus motivé pour exprimer franchement votre opinion sur divers sujets et votre perception du monde.

Dans une interview à Londres, il a déclaré : «J'écris sur ces conditions parce que je veux écrire sur les interactions humaines et ce que les gens traversent lorsqu'ils reconstruisent leur vie ».

Impressions de presse

La désignation d'Abdulrazak Gurnah comme lauréat du prix Nobel a surpris à la fois le territoire suédois et le monde entier. L'auteur ne figurait pas parmi les gagnants possibles, puisque ses œuvres n'ont pas été déclamées par des spécialistes Dans la littérature. En témoignent les commentaires qui ont émergé dans la presse après la nomination, parmi lesquels nous pouvons souligner :

  • "Un choix mystique de l'Académie suédoise". L'Express (Expressen)
  • « Panique et confusion lorsque le nom du lauréat du prix Nobel de littérature a été présenté. Journal de l'après-midi (Aftonbladet)
  • "Félicitations Abdulrazak Gurnah ! Le prix Nobel de littérature 2021 est bien mérité ». National EN (Jorge Iván Garduño)
  • "Il est temps de réaliser que les non-Blancs peuvent écrire." journal suédois (Suédois Dagbladet)
  • "Abdulrazak Gurnah, une star sur laquelle personne ne parie un centime" Lelatria Magazine (Javier Claure Covarrubias)
  • "La nouvelle du prix Nobel pour Gurnah a été célébrée par des romanciers et des universitaires qui ont longtemps soutenu que son travail méritait un lectorat plus large." Le New York Times

Paradis, l'œuvre la plus remarquable de Gurnah

En 1994, Gurnah présente Paraíso, son quatrième roman et le premier dont les textes sont traduits en espagnol. Avec ce récit, l'auteur africain a obtenu une grande reconnaissance dans le domaine littéraire, étant à ce jour sa création la plus représentative. L'histoire est racontée d'une voix omnisciente ; c'est un mélange de fiction avec les souvenirs de l'enfance de Gurnah dans son pays natal.

Entre les lignes, Gurnah dénonce clairement les terribles pratiques d'esclavage à l'encontre des enfants, qui se produisent depuis des années en territoire africain. Le tout mêlé tour à tour aux beautés naturelles, à la faune et aux légendes qui font partie de la culture de la région.

Pour sa réalisation, l'écrivain s'est installé en Tanzanie, bien que là-bas il ait affirmé : "Je n'ai pas voyagé pour collecter des données, mais pour me remettre la poussière dans le nez”. Cela reflète le non-déni de ses origines; il y a une réminiscence et une reconnaissance d'une belle Afrique, cependant, sous une réalité pleine de conflits graves.

Certains spécialistes ont convenu que l'intrigue dépeint «ll'adolescence et la maturité d'un enfant africain, une histoire d'amour tragique et aussi une histoire de corruption de la tradition africaine à cause du colonialisme européen ».

Synopsis

L'intrigue étoiles Yusuf, un garçon de 12 ans né au début des années 1900 à Kawa (ville fictive), en Tanzanie. Son père Il est gérant d'un hôtel et est endetté envers un marchand nommé Aziz, qui est un puissant magnat arabe. Ne pouvant faire face à cet engagement, il est obligé de mettre son fils en gage dans le cadre du paiement.

Après un déménagement, le garçon part à la côte avec son "oncle Aziz". Là commence sa vie de rehani (esclave temporaire non rémunéré), en compagnie de son ami Khalil et d'autres serviteurs. Sa fonction principale est de travailler et de gérer le magasin Aziz, d'où proviennent les produits vendus en périphérie par le commerçant.

En plus de ces tâches, Yusuf doit prendre soin du jardin clos de son maître, un lieu majestueux où il se sent pleinement. La nuit, il s'enfuit vers le lieu édénique où à travers les rêves il cherche à retrouver ses racines, celles de cette vie qui lui a été arrachée. Yusuf devient un beau jeune homme et aspire à un amour sans espoir, tout en étant désiré par les autres.

À 17 ans, Yusuf entreprend son deuxième voyage avec la caravane marchande à travers l'afrique centrale et le bassin du Congo. Au cours de la visite, il y a une série d'obstacles dans lesquels l'auteur capture une partie de la culture africaine. Les animaux sauvages, les beautés naturelles et les tribus locales ne sont que quelques-uns des éléments indigènes présents dans l'intrigue.

De retour en Afrique de l'Est, la Première Guerre mondiale a commencé et son patron Aziz rencontre les soldats allemands. Malgré le pouvoir du riche marchand, lui et d'autres Africains sont recrutés pour servir l'armée allemande. À ce stade, Yusuf prendra la décision la plus importante de sa vie.

Synopsis d'autres romans de Gurnah

Souvenir de départ (1987)

Est-ce premier roman de l'auteur, se déroule dans la zone côtière de l'Afrique de l'Est. Son protagoniste est un jeune homme qui, après avoir affronté un système arbitraire dans son pays, est envoyé au Kenya avec son oncle opulent. Tout au long de l'histoire, son voyage sera reflété et comment il grandira pour avoir une renaissance spirituelle.

By the Sea (2001)

C'est le sixième livre de l'écrivain, sa version en espagnol a été publiée à Barcelone en 2003 (avec une traduction de Carmen Aguilar).  Dans ce récit, il y a deux histoires qui s'entremêlent lorsque les protagonistes se rencontrent sur la côte de la mer britannique. Il s'agit de Saleh Omar, qui a tout quitté à Zanzibar pour s'installer en Angleterre, et Latif Mahmud, un jeune homme qui a réussi à s'échapper il y a longtemps et qui vit à Londres depuis des années.

Désertion (2005)

C'est un roman qui se déroule en deux temps, le premier en 1899 puis 50 ans plus tard. En 1899, l'Anglais Martin Pearce est secouru par Hassanali, après avoir traversé le désert et arrivé dans une ville d'Afrique de l'Est. Le marchand demande à sa sœur Rehana de panser les blessures de Martin et de prendre soin de lui jusqu'à ce qu'il se rétablisse. Bientôt, une grande attirance naît entre les deux et ils entretiennent une relation passionnée en secret.

Les conséquences de cet amour interdit se refléteront cinq décennies plus tard, lorsque le frère de Martin tombera amoureux de la petite-fille de Rehana. L'histoire mêle le temps qui passe, les conséquences du colonialisme dans les relations et les problèmes que symbolise l'amour.

A propos de ce roman, le critique Mike Phillips a écrit pour le journal anglais Le gardien: 

« La plupart des désertions c'est si joliment écrit et c'est aussi agréable que tout ce que vous avez lu récemment, un doux souvenir nostalgique d'une enfance coloniale et d'une culture musulmane disparue, définie par ses manières réfléchies et habituelles, superposées par son calendrier de fêtes et d'observances religieuses.

uvres complètes Abdulrazak Gurnah

Des romans

  • Souvenir de départ (1987)
  • Chemin des pèlerins (1988)
  • Dottie (1990)
  • Paradise (1994) - Paradis (1997).
  • Admirer le silence (1996) - Silence précaire (1998)
  • By the Sea (2001) - Sur la rive (2003)
  • Désertion (2005)
  • Le dernier cadeau (2011)
  • Coeur de gravier (2017)
  • Au-delà (2020)

Essais, nouvelles et autres ouvrages

  • Autoritaire (1985)
  • Des cages (1992)
  • Essais sur l'écriture africaine 1 : une réévaluation (1993)
  • Stratégies transformatrices dans la fiction de Ngũgĩ wa Thiong'o (1993)
  • La Fiction de Wole Soyinka » dans Wole Soyinka : An Appraisal (1994)
  • Indignation et choix politique au Nigeria : examen des fous et des spécialistes de Soyinka, de l'homme mort et de la saison de l'anomie (1994, conférence publiée)
  • Essais sur l'écriture africaine 2 : Littérature contemporaine (1995)
  • Le point médian du cri ': L'écriture de Dambudzo Marechera (1995)
  • Déplacement et transformation dans L'énigme de l'arrivée (1995)
  • Escorte (1996)
  • Du chemin du pèlerin (1988)
  • Imaginer l'écrivain postcolonial (2000)
  • Une idée du passé (2002)
  • Les histoires rassemblées d'Abdulrazak Gurnah (2004)
  • Ma mère vivait dans une ferme en Afrique (2006)
  • Le compagnon de Cambridge à Salman Rushdie (2007, introduction au livre)
  • Thèmes et structures chez les enfants de minuit (2007)
  • Un grain de blé de Ngũgĩ wa Thiong'o (2012)
  • L'histoire de l'arrivée : telle qu'elle a été racontée à Abdulrazak Gurnah (2016)
  • L'envie de nulle part : Wicomb et le cosmopolitisme (2020)

Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.