Les sirènes et la mariée gitane. Deux grands opéras crus noirs.

Sirènes y La mariée gitane sont deux des romans noirs de plus grande projection dans le paysage d'aujourd'hui. Et il s'avère qu'il y en a aussi deux opéras de débuts réussis qui signe l'anglais Joseph Knox y Carmen Mola, l' pseudonyme de l'auteur (ou auteur) qui a le plus surpris les critiques nationaux et le public. Je viens de les lire et de leur donner un avis.

La vérité est que je dois enlever mon chapeau. Nous tous qui faisons ce que nous écrivons aimerions voir un roman dans notre premier long métrage et, aussi, le faire publier en grand, mais cela ne sort que pour certains. Les derniers exemples sont ceux de ces écrivains qui, avec leurs deux premiers ouvrages, ils ont révolutionné la scène noire avec deux histoires de celles où tout semble rond: structure, style, intrigue, dénouement et fins puissantes qui restent ouverts.

Sirènes - Joseph Knox

Joseph Knox est au début de la trentaine, il est né à Manchester, et a travaillé dans des bars, pubs et librairies avant de déménager à Londres. Avec SirènesFort de son expérience et de ses observations tout en travaillant dans ces environnements, il a obtenu ce succès la première fois.

Et il a utilisé un grand style (une narration austère à la première personne par le protagoniste) et de bons personnages, du principal au secondaire. Aussi à partir d'une structure de parties et chapitres courts qui sont lus sans s'arrêter. À cela, nous ajoutons une atmosphère aussi sombre que le récit (les rues grises et dures et les locaux et quartiers les plus pourris de Manchester). Et un complot où le très radiographie dure du médicament et la faune qui l'entoure et ses effets dans une image aussi sombre que dénuée de pitié ou d'espoir.

ces Sirènes, titre qui fait référence à les filles qui se droguent dans ces endroits et qu'alors ils doivent apporter l'argent collecté aux trafiquants de service, ils ont obtenu un succès mérité. Avec un arrière-goût d'un classique du genre, c'est une grande œuvre qui peut-être quelque peu cryptique dans les dialogues et aussi austère dans les descriptions, mais qui font partie de la agitation et état mental du protagoniste et du reste des personnages. 

Je souhaite, et c'est déjà mon opinion la plus personnelle, que le protagoniste m'aurait atteint plus profondément, une exigence particulièrement essentielle pour entrer dans une histoire. Mais je n'ai pas réussi à me connecter avec Aidan attend, le policier infiltré chaotique dont on ne sait que penser, qui se méfie de tout et de tout le monde, et qui porte une histoire personnelle de déracinement.

Je n'ai pas non plus été en mesure de bien me connecter avec ses démons et ses addictions ni avec ses relations avec les autres personnages. C'est peut-être cette atmosphère de malaise et de méfiance que dégage l'histoire. Mais leurs pertes ou leurs intérêts sont restés avec moi avant que j'arrive à ce dont j'ai besoin d'un personnage pour frapper le nerf. Cependant, le tableau dans son ensemble parvient à un équilibre. 

Et juste un autre point également simplement anecdotique: être fan de La théorie du Big Bang et adorer un si grand personnage du genre comme Bud White (LA Confidentiel, James Ellroy), que l'un des secondaires, mauvais plus que mauvais, s'appelle Sheldon White ne m'a pas aidé à y croire. Cependant, oui, je recommande un bon bain sombre avec ces Sirènes.

Joseph Knox travaille déjà sur un deuxième roman, donc il y aura plus d'Aidan Waits.

La mariée gitane - Carmen Mola

Carmen Mola est le pseudonyme de l'auteur qui a signé un premier album historique dans la scène littéraire la plus noire. Cela joue beaucoup en leur faveur car cela augmente les attentes et le mystère. Vous avez donc déjà un premier grand succès. Le second est d'avoir magistralement transféré une horreur, un rebondissement et une cruauté dans des intrigues, des détails, des personnages et des tempos que nous avons lus à d'autres auteurs de l'extérieur, mais pas tellement dans ces parties.

Il y a des traits du français, par exemple, Pierre Lemaitre ou Franck Thilliez plus effrayant ou britannique Mo hayder dans sa sombre série Jack Caffery et Daniel Cole avec son aussi récent Ragdoll. Et avec eux, Mola organise un complot impeccable autour du meurtre très macabre de deux jeunes sœurs gitanes à des moments différents mais dans des circonstances similaires.

Dans des parties animées par un récit d'événements terribles passés, les chapitres au présent font un peu plus de trois pages, avec phrases concises et descriptions accrocheuses qui facilitent une lecture aussi rapide que facile. Et une équipe policière de personnages aussi bien définis qu'efficaces s'ajoute, à commencer par le protagoniste, l'inspecteur Elena Blanco, sans aucun doute un autre succès en ces temps de la célèbre autonomisation des femmes.

Mais ils forment tous une "distribution" chorale, car sans aucun doute leur création est aussi totalement cinématographique, non seulement dans leurs descriptions et leurs comportements, mais aussi dans le rythme auquel chacun se connecte les uns avec les autres et avec l'action. En outre, et pour ceux d'entre nous qui vivent ou se déplacent habituellement à Madrid, les suivre dans leurs enquêtes à travers cette vieille ville ou ses quartiers périphériques si reconnaissables est aussi une émotion de plus.

Le dernier coup: une fin très choquante, l'une de celles qui laisse la porte ouverte à plus d'horreur celui que vous ne pensiez plus possible après celui que vous avez lu. En d'autres termes, Elena Blanco et toute son équipe ne pensent pas qu'il leur faudra longtemps pour revenir. Et je parie qu'ils maintiendront l'excellent niveau de ce bon début de série.

Mes seuls mais sont bien sûr exclusivement personnels. En littérature, je n'aime pas beaucoup le temps que je vis, et je n'aime pas non plus les choses quotidiennes de ce présent ou de ce pays. Je ressens donc un curieux contraste entre le bien de l'histoire, sa narration et les personnages avec le peu qui m'attire qu'ils bougent ou se déroulent dans des lieux que je connais. Et l'un de mes plus gros problèmes qui, sans aucun doute, est très politiquement incorrect ces jours-ci: je suis plus un protagoniste masculin. Qu'est ce que je vais faire.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

bool (vrai)