«Nemesis» et «The Black Dahlia». Rééditions de Nesbø et Ellroy

Jo Nesbo et James Ellroy à Barcelone. San Jordi, 2015.

Jo Nesbø et James Ellroy à Barcelone. San Jordi, 2015.

Novembre sombre avec cette paire de titres qui sortent des rééditions. Le dahlia noir, Le classique de James Ellroy, le chien fou de la littérature noire américaine, Il est réédité avec une nouvelle traduction en espagnol et l'avant-propos de l'auteur.. L'année prochaine marquera précisément 30 ans depuis sa première publication.

Et de Jo Nesbø, probablement l'écrivain le plus reconnu du genre noir des terres froides nordiques, il est réédité Némésis. C'est le quatrième roman de la série de votre gentil inspecteur Harry Hole. Pour ceux qui la font entrer dans cette nouvelle collection Rouge et Noir, voilà. Les deux sont maintenant édités par le groupe d'édition Random House.

Le dahlia noir - James Ellroy

Titre essentiel dans l'œuvre vaste et intense de l'écrivain de Los Angeles James Ellroy (1948)C'est le premier roman du soi-disant Los Angeles Quartet, en relation avec les trois autres écrits ci-dessous, se déroulant dans les années 40 et 50. Un quatuor qui est aussi l'un des grands classiques du genre crime criminel du siècle dernier.

Il englobe les thèmes principaux et récurrents de cet auteur controversé, et qui ont toujours une base historique profonde: la corruption à tous les niveaux, en particulier la police et le politique, la criminalité, les trahisons ... La pire nature humaine de l'univers d'une ville qui a déjà transcendé sa réalité comme Los Angeles. Jamais aussi glamour et aussi noir que dans les années 40 et 50 avec son Hollywood le plus doré.

Rares sont ceux qui ont décrit et raconté ces années avec une telle détermination et creusant leurs pires tripes. Et avec un langage aussi brutal que complexe. Oui, il peut y avoir de la fiction, mais le sentiment de réalisme prévaut. En fait, le meurtre horrible d'Elizabeth Short en janvier 1947 était bien réel.. Ellroy s'est appuyé sur elle, et sur celle de sa propre mère, pour composer l'une de ses meilleures intrigues avec le portrait d'un couple de policiers qui font partie de ceux qui n'oublient pas. Et ce ne sera pas que les portraits de policiers du LAPD manquent dans tout le travail d'Ellroy.

Je recommande de le lire calmement car Le dahlia noir ce n'est pas un roman facile. Eh bien, rien chez Ellroy n'est facile. Mais pour ceux d'entre nous qui sont très friands de cette époque et, par-dessus tout, du style féroce et cruel d'Ellroy, c'est l'une de ses meilleures œuvres.. Bien sûr, abandonnons la version cinématographique que Brian De Palma a signée en 2006. Quelle absurdité par rapport au chef-d'œuvre dont Curtis Hanson (DEP) a fait LA Confidential (1997). Nous parlerons un autre jour des adaptations cinématographiques qui ont été faites à cet écrivain.

Némésis - Jo Nesbo

La quatrième opus de la série du désastreux mais fascinant et si particulièrement cher (évidemment pour ses fans) inspecteur harry trou. L'énorme policier autodestructeur et brillant Il revient dans une autre de ses affaires compliquées et avec des rebondissements de marque maison. Comme son départ exceptionnel, l'un des meilleurs de tous.

A partir de là, il faut encore une fois faire tout son attention pour suivre les investigations et les problèmes dans lesquels cet incorrigible Harry Hole se retrouve, ou se crée lui-même. Dans ce cas, Hole reprend l'enquête sur un vol de banque où ils ont également tué un de leurs employés. Les indices mènent à un voleur très célèbre qui ne peut pas être coupable parce qu'il est en prison.

Pour l'aider, il aura Beate Lønn, un enquêteur très spécial de la police, qui a la capacité d'identifier les traits du visage presque automatiquement, mais avec des problèmes de maintien des relations sociales. Beate Lønn est également l'un des personnages les plus appréciés de toute la série, comme ceux qui l'ont déjà lu le sauront.

De plus, à mesure que de plus en plus de vols se produisent, Harry a des ennuis. Il sera le principal suspect dans la mort d'une vieille petite amie avec lequel il reste une nuit. Mais il se réveille le matin à la maison avec une horrible gueule de bois et sans se souvenir de rien. Vous devrez donc faire tout votre possible pour découvrir ce qui s'est passé.

Pourquoi les lire

Parce qu'ils sont incontournables du genre, notamment Le dahlia noir. Si rien n'est connu sur le travail d'Ellroy, c'est un bon titre pour le démarrer. Il est d'une structure plus classique et n'a pas encore le degré de complexité que les suivants acquièrent.

Et de Némésis il y a peu plus à dire si vous êtes Holeadicto, vous collectionnez sa série dans cette collection de Red and Black ou vous l'avez déjà lu ou relu. Que tu le relis sans problèmes.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

3 commentaires, laissez le vôtre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.

  1.   Nurilau dit

    Ugh, deux poids lourds Mariola, il y a de nombreuses années je me suis laissé accrocher, avec plaisir, à l'univers d'Ellroy, j'ai lu deux fois le quatuor de Los Angeles, et je suis toujours prisonnier de cet Ellroy que tu décris. Bien que pour être honnête, je dois dire que ses prochaines œuvres m'ont coûté cher. La prochaine saga je ne pouvais pas avec elle et je me souviens encore de l'inconfort du lecteur avec Mes coins sombres et l'histoire de son meurtrier.
    Et à propos de Nesbo, que dire, parce que je suis un Nesboadicta et très très heureux de l'être parce que chaque jour j'apprécie davantage Harry Hole et son monde entier.
    Cet article m'a touché Mariola, merci beaucoup !!!

    1.    Mariola Diaz-Cano Arevalo dit

      Que puis-je vous dire que vous ne savez pas déjà sur ces deux ...? Merci pour le commentaire.

  2.   Marc Héron dit

    Je trouve ce que je pense être un bogue dans Nemesis et j'aimerais le commenter au cas où quelqu'un verrait du sens.

    À la fin de la première partie, il y a un chapitre intitulé «L'illusion» où l'auteur présumé du vol s'exprime à la première personne. Il dit qu'il ressent Dieu pendant les deux minutes qu'il donne aux employés pour collecter de l'argent, parle de la façon dont il s'habille pendant le vol, etc.

    Dans l'avant-dernier paragraphe, il dit qu'il a vu le prince et qu'il lui a donné l'arme israélienne et voici le problème: à la fin, on découvre qui est le voleur et il n'a aucune relation avec le prince. De plus, à un moment donné, on dit que le prince donne le pistolet israélien à Alf Gunnerud, ce qui n'a rien à voir avec les vols.

    Et pour compliquer les choses, dans le dernier paragraphe, il laisse entendre que l'orateur a quelque chose à voir avec le cas d'Ana et indique qu'il rit quand la police considère que c'est un suicide. Ni le voleur ni Alf Gunnerud n'ont rien à voir avec le suicide d'Ana.

bool (vrai)