Laura Mas. Entretien avec l'écrivain de The Teacher of Socrate

Photographie: (c) Ana Portnoy. Gracieuseté de Laura Mas.

Laura Mas Elle est originaire des îles Canaries de naissance. Diplôme en Journalisme, a collaboré dans divers médias et est également gestionnaire littéraire. Fan de poésie, maintenant a fait le saut vers la littérature avec un premier roman de genre historique, Professeur de Socrate. J'apprécie vraiment votre temps et votre gentillesse pour cela interview qu'il m'a accordé.

LAURA MAS - ENTREVUE

  • LA LITTÉRATURE AUJOURD'HUI: Votre premier roman littéraire est Le professeur de Socrate. Que nous dit-il?

LAURA MAS: Mon roman raconte une série de rencontres entre Diotime et Socrate dans lequel l'enseignant enseigne à l'élève le vrai sens de l'amour. J'ai ressenti le besoin de sauver la figure de Diotime, prêtresse et philosophe dont on ne sait presque rien, mais qui apparaît dans Le banquet de Platon en tant que femme révolutionnaire et clairvoyante. Ses idées ont inspiré le concept de l'amour platonique, dont le vrai sens est loin de l'actuel.

  • AL: Vous souvenez-vous du premier livre que vous avez lu? Et la première histoire que vous avez écrite?

LM: L'un des premiers livres que j'ai lu était Le Petit Princepar Antoine de Saint-Exupéry. C'était une édition illustrée que mon père me donnait et que je relis constamment. Avant de me lancer dans l'écriture d'un roman, j'avais mes petits pas en écrivant histoires et poèmes pour les magazines et les anthologies.

  • AL: Quel est ce titre qui vous a frappé et pourquoi?

LM: Quand j'étais adolescent, ça m'a beaucoup marqué Les peines du jeune Wertherpar Goethe. La passion et la sensibilité de son protagoniste m'ont profondément émue, car à cette époque j'étais aussi une jeune et mélancolique amoureuse.

  • AL: Un écrivain préféré? Vous pouvez en choisir plusieurs et parmi toutes les époques.

LM : Marguerite Yourcenar, Albert Camus, Robert Graves, Clarisse Lispecteur… La liste serait très longue. Trois auteurs contemporains qui ne m'ont jamais laissé tomber sont Lorenzo Olivan, Chantal Maillard et Luis García Montero.

  • AL: Quel personnage dans un livre aurais-tu aimé rencontrer et créer?

LM: Il y en a tellement ... Si je devais rester avec un, ce serait sûrement le complexe et le non-conformiste Emma Bovary que Flaubert a créé.

  • AL: Y a-t-il des habitudes particulières lors de l'écriture ou de la lecture?

LM: À Écrire J'ai besoin de solitude et je porte souvent musique classique de grands compositeurs comme Bach, Chopin ou Debussy. Cela m'aide à abstraire mon esprit et à rendre mon écriture plus fluide. Au lieu de cela, j'ai de plus en plus besoin du silence quand lire et j'aime le faire en buvant une tasse de thé ou de café, allongée sur le canapé ou le lit et en compagnie de mes chats.

  • AL: Et votre lieu et heure préférés pour le faire?

LM: Le meilleur endroit, à la fois pour l'écriture et la lecture, est mon appartement. Là, je trouve la tranquillité et le repos nécessaires pour échapper à l'esprit et me concentrer. Au moment de la Écrire, dernièrement, je préfère profiter des heures de clarté; Avant c'était assez nocturne, mais maintenant je mets en place une routine d'écriture quotidienne qui commence à première chose le matin. Au lieu de cela, je fond lire à partir de six heures après-midi et parfois ils peuvent m'en donner autant si le livre m'attrape.

  • AL: Y a-t-il d'autres genres que vous aimez?

LM: Outre le genre historique, j'aime beaucoup le épreuve, la biographie et bien sûr, le poésie.

  • AL: Que lisez-vous maintenant? Et l'écriture?

LM: Sur recommandation de mon éditeur, Miryam Galaz, je lis actuellement Les jours du Caucasepar Banine. Je suis en train d'écrire mon deuxième roman, qui sera un thriller historique avec de nombreuses intrigues de palais.

  • AL: Le moment de crise que nous traversons est-il difficile pour vous ou pouvez-vous garder quelque chose de positif qui vous servira pour de futures histoires de fiction?

LM: Je pense que tout le monde nous pouvons rester avec un enseignement positif à la suite de la pandémie, même si nous traversons une période très compliquée à tous les niveaux. Je suppose que, d'une certaine manière et bien que je n'en ai pas pleinement conscience, puisque j'écris un roman historique, mes sentiments et mes expériences se reflètent dans mes paroles.


Le contenu de l'article adhère à nos principes de éthique éditoriale. Pour signaler une erreur, cliquez sur c'est par ici !.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

*

*

  1. Responsable des données: Miguel Ángel Gatón
  2. Finalité des données: Contrôle du SPAM, gestion des commentaires.
  3. Légitimation: votre consentement
  4. Communication des données: Les données ne seront pas communiquées à des tiers sauf obligation légale.
  5. Stockage des données: base de données hébergée par Occentus Networks (EU)
  6. Droits: à tout moment, vous pouvez limiter, récupérer et supprimer vos informations.